Gbagbo prudence, Béréna peut faire mal que Hafiz !

0

 

Le fait même que les analystes et les psychologues de l’ONU aient pensé à un noir et de surcroît un Togolais pour prendre les commandes de l’ONUCI devrait interpeller chaque africain et surtout les Ivoiriens. La mentalité collective du Togolais fait de lui un traître qu’un nationaliste, un lâche qu’un brave africain, un corrompu qu’un noble, un lâche qu’un lige. En violant les règles les plus élémentaires qui disent qu’il faut un un homme « propre » pour diriger une institution internationale comme l’ONU, les fonctionnaires internationaux viennent de jeter les masques. Ici ,il n’est plus question de chercher les voies démocratiques pour aider les Ivoiriens. Les bruits de bottes ont toujours fait leur preuve au Togo, et l’ONU a depuis une cascade de dossiers sur la manière de « cogner » les peuples dont le Togo à la maîtrise. Depuis 43 ans, ce sont les Gnassingbé aidés par les généraux dont Gnakoudè Béréna qui dirigent d’une main de fer le Togo. Rien n’est  fait ici au hasard, mieux tout est calculé au millimètre avec des connections franco-africaines monstrueuses. La France a beaucoup mûri ses idées en intimant  à Bang -Ki Moon de choisir un Togolais pour coordonner les activités de la force onusienne en Côte-d’Ivoire, et rien n’augure que le Kabyè ne va pas trahir la cause africaine. Quand la métropole a voulu changer le cours de l’histoire dans ses colonies après les indépendances, c’est un Kabyè du nom d’Eyadema qui avait accepté jouer les sales rôles. ( il a accepté d’être le criminel  à la place de la France en échange de 6000FF) écrit l’historien Elikia N’Bokolo. On se rappelle aussi que le général guinéen de la CEDEAO avait sciemment laissé les loubards de Prince Johnson prendre en étau le président Samuel Doe moyennant 10.000 dollars. Pour les dépenser le  pauvre général se rendit compte que s’étaient des faux billets après  qu’il ait laissé ses corrupteurs tranché la tête de leur proie. Entre le général Bangladeshi  et le Togolais qui a encore quelques petites notions de repect de la constitution et des lois d’un pays en filant tous les coups foireux de  Joung Choi au pouvoir de Laurent Gbagbo, il faut choisir le premier. Ce sont les Béréna, et les Bitenewé, alors  respectivement patron de la garde présidentielle  et le deuxième patron des commandos du camp Landja qui avaient revigoré  Eyadema en 1998 quand la déferlante jaune de l’UFC l’avait battu à plate de couture en intimant l’ordre au général Seyi Mémène de braquer la CENI. Il faut le faire savoir au monde. Un général comme Béréna non repectueux des lois dans son pays pour résoudre le problème sécuritaire en Eburnie laisse à méditer.

Bérena a déjà  trahi dans sa vie

Ils sont nombreux a avoir tourné le dos à celui qui les nourissait hier et les gavait  de quelques présents : Kpatcha Gnassingbé.  Depuis son arrêstation, les généraux et officiers Kabyès ont tous aussi changé de veste. Abass Kaboua du MRC rappelle :  » Tous ces généraux qui ont tourné dos au député avaient ses faveurs. Ils prenaient des millions, qui pour soigner sa femme ,qui pour soigner son enfant ». Dans les recoupements du Lynx, Béréna aussi mangeait dans les mains de Kpatcha.
Aux Ivoiriens d’être fermes. Les généraux Togolais sont à l’image de leur patriarche défunt. Quand les interêts de la France sont menacés, on ne discute plus. Et par l’axe Faure et  la Licorne, on peut corrompre le général Béréna de laisser le sanctuaire aux mercenaires onusiens de prendre le palais présidentiel en Côte-d’Ivoire. Et pour déjà masquer,et donner le visage candide du général, on parle du Togo qui est allé chercher 246 enfants ivoiriens pour l’asile au Togo. Ironie du sort, 1000 Togolais sont encore en Libye dans l’attente de retrouver leur mère patrie. Qui trompe qui ?

Npaka Gnakou Zimbabwé Lynx.info

Laisser une réponse