Gbagbo est à La Haye – Mais pourquoi Alassane Ouattara n’y est pas ?

0

Dans le programme de rupture proposé par le Pr Mamadou Koulibaly hier à Ivotel, la question de la justice et de l’impunité. « Gbagbo est à La Haye. Mais alors, pourquoi Ouattara n’y est pas? On ne peut pas prendre l’un et laisser l’autre. Il faut mettre fin à l’impunité en Côte d’Ivoire. »

Bilan An 2 de Ouattara par LIDER – Justice: Des enquêtes à profusion qui n’aboutissent jamais nulle part

• La commission nationale d’enquête (CNE) a rendu ses conclusions depuis le mois de juillet 2012, indexant aussi bien les pro-Ouattara que les pro-Gbagbo comme auteurs des violences post électorales commises entre le 31 octobre 2010 au 15 mai 2011 en Côte d’Ivoire. Interrogé de façon récurrente par la presse et la communauté internationales sur la justice des vainqueurs pratiquée par son régime, M. Ouattara parait aux questions en arguant que cela changerait dès que la Cne aurait terminé son travail, ce qui est fait depuis 10 mois, sans suite.

• Le scandale des surfacturations des travaux de réfection des universités, qui ont atteint la somme faramineuse de plus 175 milliards de francs Cfa, pour un montant initial de 42 milliards de francs Cfa, a contraint le président à annoncer une enquête. Cependant, force est de constater qu’à ce jour, rien n’a été entrepris à ce sujet et aucun résultat n’a été communiqué.

• Le 1er janvier 2013, une bousculade mortelle a eu lieu lors d’un feu d’artifice meurtrier organisée dans le cadre du programme événementiel de la première dame «Abidjan, perle des Lumières». Plusieurs dizaines d’enfants et de jeunes sont morts piétinés et les blessés ont été comptés par centaines. Le chef de l’Etat a annoncé une enquête, qui n’a jamais abouti nulle part, les responsabilités remontant jusqu’au plus haut sommet de l’Etat. Le procureur de la République a d’ailleurs été limogé après avoir pointé du doigt le gouvernement dans cette hécatombe.

• Victimes de la rage meurtrière de soldats Frci, de miliciens Dozo et des jeunes pro Ouattara, des réfugiés et des déplacés du camp de Nahibly ont été massacrés avec une violence inouïe le vendredi 20 juillet 2012, sans que cela ne donne lieu à la conclusion d’une quelconque enquête et sans que personne ne soit sanctionné à ce jour.

• Une enquête avait été ouverte sur le détournement des fonds d’indemnisation des victimes des déchets toxiques. L’ex-ministre Adama Bictogo a été viré du gouvernement, sans qu’il ne fasse pour autant l’objet d’aucune poursuite et l’enquête n’a toujours pas abouti.

La vengeance justicière et l’impunité, contre lesquelles LIDER s’érige avec véhémence depuis sa création, sont célébrées par le président Ouattara, bien décidé à protéger les meurtriers et criminels de son camp, en privant leurs victimes de réparation et en faisant la promotion des bourreaux.

Lider

 

Laisser une réponse