Gabriel Améyi : Il détourne les fonds de la FIFA

0

 

Gabriel Améyi détourne les fonds de la FIFA pour ses propres affaires, le personnel toujours impayé La Fédération Togolaise de Football (FTF) huit (8) mois après avoir changé de tête, connaît des dysfonctionnements insoupçonnables et une gestion opaque.

Gestion calamiteuse de la FTF

La méthode de gestion du député président de la FTF Gabriel Améyi est assez alarmante au point où le personnel subit des traitements assez humiliants avec des arriérés de salaires.

Améyi face à la sécheresse financière

Bien avant son élection à la tête de la FTF le 05 novembre 2010, des informations persistantes faisaient état des difficultés financières auxquelles M. Améyi faisait face. A l’origine, la fermeture du réseau mafieux de la vente des bois azobés au Port Autonome de Lomé. Le député RPT de Kloto est amené à mettre en vente certaines de ses maisons dont celle de Totsi. Pendant la campagne pour le scrutin du 05 novembre 2010, M. Améyi aurait demandé des prêts à plusieurs de ses amis pour corrompre les électeurs comme il en a l’habitude depuis INFA de Tové en 2002.

Gabriel Améyi, président de la fédération Togolaise de Football

Depuis son élection, la sécheresse financière d’Améyi se confirme au jour le jour. La plus grosse illustration est le retrait de son club Maranatha FC de Fiokpo de la course à la ligue africaine des champions. Les hésitations qui ont caractérisé la reprise du championnat de deuxième division et le non démarrage de la première division confortent la position de ceux qui estiment que Améyi a des problèmes d’argent. On le connaît dans sa générosité teintée de corruption généralisée. Mais depuis son arrivée dans le fauteuil de Kégué, le  » Douk Saga  » du football togolais est perdu dans la masse et devient presque invisible.

Malgré tout, le controversé président destructeur du football togolais avait son idée de la gestion de la FTF.

FTF : opportunité du vol et d’une nouvelle santé financière

Ils sont nombreux à croire que son arrivée à la FTF serait une occasion où les clubs et le personnel de l’administration seraient gâtés par son argent vu la fortune que M. Améyi avait déboursé pour anéantir les bureaux de Rock Gnassingbé, Bernard Walla et de Tata Avlessi. Mais visiblement, le neveu du feu Général Améyi Mawulikplimi a son plan secret : spolier tous les fonds alloués à la FTF pour ses propres affaires.

Pour arriver à ses fins, M. Améyi a réussi à imposer sa maîtresse Yvette Klussey au Secrétariat Général de la FTF chargé de l’Administration et des Finances.

Malgré le tollé que cela avait suscité par rapport au fait que Mlle Klussey ne connaît rien de l’administration de football, son copain de président savait pertinemment le rôle lugubre qu’elle allait l’aider à jouer avec l’argent de la FTF.

Des sources proches de la FIFA indiquent que la FTF a bénéficié des près de trois cent (300) millions FCFA de novembre 2010 à juin 2011, mais le personnel traîne encore un mois d’arriéré. Selon nos informations, il y a quelques jours, la Secrétaire Klussey avait remis aux malheureux agents dix mille (10.000) FCFA comme avance sur les mois de mai et de juin avant de revenir quelques jours plus tard payer le mois de mai tout en prenant soin de soustraire les dix mille (10.000) F. Mlle Klussey aurait déclaré au personnel que les dix mille (10.000) F sont ses propres sous qu’elle leur a prêté en l’absence du président.

Hut ! Améyi peut nous dire aujourd’hui que c’est de cette manière que sa maîtresse aussi est payée ? Au moment où personne ne sait où se trouvent les fonds envoyés par la FIFA, les autres membres du Bureau qui sont tous des saprophytes et qui ne regardent que les poches d’Améyi, ne trouvent rien à dire.

Comment les fonds de la FTF sont-ils gérés concrètement ? Il n’y a que Améyi et sa Secrétaire qui sont à même de situer les uns et les autres. Malgré tous ces millions de la FIFA, c’est inconcevable que les agents de la FTF traînent encore des arriérés de salaire. Les sorties calamiteuses de Hervé Piza et de Tino Adjété respectivement premier et deuxième vice-président de la FTF ont montré la profondeur des dysfonctionnements du bureau postiche, régenté par le gourou de Womé qui passe le plus clair de son temps à Accra au Ghana.

Il se raconte que ses rares retours à Lomé, ce serait juste pour vérifier si la FIFA a envoyé de nouveaux sous sur le compte fictif de la FTF.

A cette allure, la reprise des activités ne serait pas pour demain. Dans ce cas, c’est le football togolais qui est davantage plongé dans les fosses abyssales pour la gloire du faux président Améyi Gabriel.

Xavier Nono

Le correcteur

Laisser une réponse