FTF : Gabriel Améyi et sa maîtresse Yvette Klussey mettent le feu à la maison

0

L’on dirait qu’ils ne pensent qu’au cul chaque jour que Dieu fait. Eux, ce sont tous ceux qui ont une petite parcelle de pouvoir au Togo à commencer par le plus « Faure » d’entre eux. Mais le prince n’est pas le seul à savoir entretenir un harem, certains de ses sous-fifres aussi s’y sont mis avec tout ce que cela comporte comme dégâts au sein des entités qu’ils dirigent. Celui qui défraie la chronique en ce moment de survoltage à Lomé est le sieur Gabriel Komlan Mawulawoè Améyi, président de la Fédération Togolaise de Football.

« L’on ne sait quelle mouche a piqué cet individu pour qu’il en vienne à nommer sa petite maîtresse Yvette Délali Klussey secrétaire générale de la fédération. Un poste stratégique qui devrait être confié à un connaisseur. Il faut que les choses changent dans ce pays où les uns et les autres ont perdu depuis des lustres ce que sont la grandeur et l’honneur. Gabriel Améyi n’avait pas à confier le secrétariat général d’une aussi importante structure qu’est la FTF à celle qui lui permet de prendre ses petits pieds, Yvette Klussey. De mémoire de Togolais, aucun autre président de fédération avant lui n’a commis une telle gaffe » se désole un proche de la Fédération.

En effet, nous étions de ceux qui croyaient dur comme fer que la secrétaire générale personnelle de Gabriel Améyi ne ferait pas du tout l’affaire. Et ça, nous y croyons encore jusqu’à la semaine du 20 août dernier où le premier vice-président de la faîtière du football togolais Hervé Piza a été obligé de monter au créneau pour exiger le limogeage pur et simple de celle qu’il qualifie d’arrogante et d’incompétente , l’actuelle secrétaire générale de la Fédération Togolaise de Football Yvette Délali Klussey. Des informations font état de ce que cette dernière a poussé son arrogance loin au point de susciter le courroux des présidents de clubs. « Elle a cette manière de parler et de répondre aux gens qui ne nous plaît pas. Quand l’on l’appelle souvent pour certaines informations, elle cafouille et choque. Une preuve qu’elle y a été nommée pour des desseins autres que ceux du football togolais », confie un responsable de club de première division.

Pendant que l’on y est, il faut relever que, les seuls faits d’armes connus à ce jour au Togo de la nommée Yvette Klussey restent ses apparitions en tant que présentatrice de la chaîne des sept merveilles TV7 appartenant à un certain Joël Sodji (un cousin à l’autre Emmanuelle Sodji de l’Agence Internationale de Télévision AITV), et ses éclats de joie dans le hall de l’hôtel Mercure Sarakawa lors de la cérémonie de proclamation des résultats à l’issue du congrès électif du 05 novembre 2010. Nous étions ce jour ébahis de voir un journaliste de surcroît, présentatrice d’une chaîne de télé, jubiler devant les gens parce que son « cogneur » venait d’être déclaré vainqueur face au Lieutenant-colonel Rock Balakiyem Gnassingbé.  Nous ne savions pas à l’époque qu’elle jubilait ainsi car, elle et son homme avaient concocté leur plan depuis le lit, celui de prendre possession de la maison FTF et d’en faire ce que bon leur semble. A présent, les masques tombent.  A l’œuvre, la maîtresse du président s’est révélée une piètre secrétaire générale. Forte de ses relations intimes avec Gabriel Améyi, Yvette Klussey a tellement poussé les cornes au point d’oublier qu’avant tout, la fédération togolaise de football est une structure publique, maugrée-t-on du côté de l’administration de cette fédération. « Vous pensez que c’est Piza seul qui ne la supporte pas. Eh bien, d’autres aussi ne supportent pas du tout ses airs arrogants et méprisants. Et puis, elle a instauré un désordre indescriptible dans la gestion du secrétariat général. Les courriers ne sont pas répondus à temps pénalisant du coup la fédération qui doit faire face à certaines échéances. Sans oublier le fait qu’elle confonde tout et croie que nous sommes dans une entreprise de son mari de président. Le feu couve en ce moment et ça risque d’exploser d’ici peu si Gabi ne recadre pas sa secrétaire particulière », souffle un membre du bureau sous couvert de l’anonymat.

Si après s’être mis à dos certains de ses employés à la Fédération, Gabriel Améyi s’éloigne davantage de ses proches collaborateurs notamment Hervé Piza, son vice-président, Tino Adjété et autres, que lui restera-t-il ?

Taffa Biassi Lynx.info

 

Laisser une réponse