François Boko au Benin: Visite de tous les dangers

0

En séjour au Bénin dans le cadre d’une Mission de l’UE:L’Avocat togolais François Boko est-il en sécurité ?
Avocat au barreau de Paris et opposant togolais, Me François Esso Boko séjourne à Cotonou dans le cadre d’une mission de l’Union européenne (Ue) qui travaille pour le renforcement de la Justice. Mais connaissant ses relations tumultueuses avec le régime de son pays qui l’a contraint à l’asile politique en France, plusieurs observateurs craignent pour sa sécurité sur le territoire béninois, facilement accessible aux voisins.

Ancien ministre de l’Intérieur du Togo, Me François Akila Esso Boko, avocat au barreau de Paris, mieux connu depuis 2005 pour sa farouche opposition à l’actuel régime de son pays, est en visite de travail au Bénin depuis quelques jours. Son désaccord total avec le pouvoir de Faure Gnassingbé dont il ne voulait pas de l’arrivée, lui a valu de sérieux ennuis. D’abord sa démission du gouvernement, ensuite son exfiltration vers la France par les chancelleries étrangères au Togo. Pour n’avoir jamais accepté que le pouvoir se transmette du père au fils, c’est-à-dire de Gnassingbé Eyadéma à Faure, ce qui est d’ailleurs contraire à la constitution du Togo, l’avocat a échappé à plusieurs manœuvres attentatoires contre sa vie avant de trouver l’asile politique à Paris où sa sécurité est renforcée. La question qui se pose actuellement avec la présence de François Akila Esso Boko au Bénin, est de savoir si les autorités actuelles du Togo ont-elles déjà fait table rase du passé pour ne pas inquiéter ce dernier dans sa mission au Bénin ? Etant donné que les caciques de ce régime sont toujours en place, et connaissant bien leur mode de fonctionnement, l’Avocat ne se sent pas en sécurité depuis qu’il a foulé le sol béninois.

Autant de questions que se posent les observateurs. En deux ans, c’est sa deuxième visite de travail au Bénin, toujours dans le cadre des missions que diligente l’UE pour accompagner les pays dans leurs efforts de renforcement de leur Justice. Il a déjà pris part à plusieurs missions internationales du genre au cours desquelles les dirigeants des pays visités prennent des dispositions particulières pour assurer la sécurité de l’avocat, parce que toute tentative d’atteinte à sa vie donnera lieu à un incident diplomatique et écornera l’image de l’Etat dont le territoire a été le théâtre de l’agression perpétrée. En ce moment où le Bénin vit dans une insécurité grandissante marquée par des braquages qui n’ont pas épargné, il y a seulement quelques jours l’ambassadeur du Ghana près le Bénin dont le véhicule a été volé avant d’être retrouvé, il serait de l’intérêt du pays que les autorités béninoises redoublent de vigilance pour contrecarrer ces genres d’actes.

Le cas de Me François Esso Boko ne doit pas être négligé, car, personne ne sait ce que ses adversaires lui réservent après avoir manqué à plusieurs reprises de lui régler leurs comptes au pays. Et comme il n’y a pas de frontière entre le Bénin et le Togo, tout peut arriver. Les autorités béninoises doivent tout mettre en œuvre pour qu’aucune atteinte ne soit portée contre l’opposant togolais. Quelque soit la raison qui serait avancée pour justifier un éventuel forfait, le Bénin n’aura pas d’excuses à présenter à la communauté internationale.

Idelphonse Akpaki

Laisser une réponse