Faure: Ministre de la Défense et Président de la République

0

Depuis le «  vrai-faux » coup d’état manqué de son demi- frère, le prince de la République a lourd dans sa poche. Et pour cause. Au trousseau de clés de la présidence, est venu se greffer le trousseau de clés du ministère de la Défense et des Anciens Combattants. Il y’a comme une peur bleue de Faure dans le ciel Togolais. Mais laisser le pouvoir signifierait amener les clés à ses concurrents qui rêvent le voir assis au Tribunal Pénal International (TPI). Même une amnistie proposée par l’opposition, son père défunt n’en voulait pas ! Mais que fait courir Faure pour qu’il ne fasse confiance en personne ? On annonce, que le propre cuisinier du président de tous les Togolais devrait désormais être assisté de sa Maman Simone avant de faire la popote à son rejeton. Faure est gagné par une paranoïa indescriptible. Mais bien qu’il y a des hommes de l’ombre qui y travaillent et d’arrache-pied pour que le prince ne tombe, il paraît que tout est encore plus compliqué. La famille Gnassingbé est si nombreuse que le prince ne sait par quel bout prendre. A cela, vient s’ajouter les militaires trop proche de son frère Kpatcha qui regardent Faure en chien de faïence. Ceux qui aussi sont à la solde de Faure, sont devenus gourmands qu’il lui faut des hommes de l’ombre. Mais, le temps presse et Faure doit désormais donner des consignes visibles pour asseoir son pouvoir qu’on décrit comme vacillant et ne reposant que sur un carré de militaires vereux et rapaces. Intelligent, et très stratège, Faure s’attache les services d’un militaire que tous les officiers de Pya avaient tourné dos quand Gnassigbé pére et fils avaient cru bon de rectifier. Ce militaire tapis dans l’ombre qui lui prête main forte, a un passé chargé et devrait interessé sûrement les services de Mgr Barrigah chargés de Réconcilier et dire la Vérité aux togolais.

L’homme de l’ombre en question

Tout cynique par nature est un homme intelligent. Machiavel qui a élaboré les thèses les plus sulfureuses de ce que doit être un chef de l’Etat vient appuyer nos thèses. Et Faure qui n’a pas lu l’auteur italien du Prince en a entendu parler. Quand il prend, sinon capte le pouvoir en 2005, le colonel Biténewé Kouma est en pleine croisière du côté de Pô au Burkina-Faso. Le RPT et les hommes  se rappellent que le militaire et Tido Looky, l’enfant du banquier Looky, ont essuyé ensemble leur barbarie et que tous deux sont encore vivants. On réveille Tido de son sommeil américain et on le prie d’aider à donner le numéro  d’où se cache son ami. Il faut aider le clan. Biténewé Kouma qui avait fait une interview sur RFI suite à la mort d’Eyadema demande expressément aux confrères gaulois de mettre la bande enregistrée à la poubelle. Quand la fratrie « kabyè » appelle, tout le monde doit être présent ! Celui qui disait débarrasser le Togo de la brutalité dans une lettre menaçante au généralissime président défunt doit avaler pour la seconde fois ses mensonges. Kouma Biténewé regagne le clan et une mallette bourrée d’argent  comme réparation pour les menaces subies lui est offerte. C’est cet ombre qui va accompagner le Togo dans le premier quinquennat de Faure. Très cynique, Biténewé dit « Bit » connaît toutes les méthodes militaires pour tordre le coup à la démocratie et sait échafauder des stratégies de guerre pour mettre sous éteignoir toutes velléités  contestataires contre le pouvoir de son désormais mentor Faure. Fait d’abord, attaché militaire au ministère de la défense et des anciens Combattants, Biténewé est le vrai patron du ministère de la Défense dans le gouvernement Houngbo II. On ne le dit pas assez ! Il le dirige avec finesse, parfois en utilisant les méthodes douces très « chinoises » de répression contre le peuple. Et au Togo, qui tient l’argent et les armes, est celui qui a le pouvoir. La peur de Faure de ne plus jamais remettre ce poste régalien est aussi la pomme de discorde  avec le patron d’Obuts, Agbeyomé, quand celui-ci déclare au Lynx : « Je n’ai jusqu’ici entendu aucun responsable politique togolais s’offusquer du fait qu’aucun ministre de la Défense n’ait été nommé dans ce Gouvernement. Cette situation est extrêmement grave, et au lieu de constituer une avancée comme certains le prétendent, cette décision confère à opérer un recul de plus de trente ans. Ceci équivaut de fait, à laisser les questions de la défense nationale entre les seules mains et à l’unique discrétion du Président de la République. J’entends dénoncer cette situation avec la plus grande vigueur. » .

Faure disait peu après 2005 qu’il voulait pour lui , trois mandats afin de mieux construire le Togo. Désormais avec l’arme fatale qu’il tient d’une main de fer, c’est fort possible que les togolais comptabilisent pour les Gnassingbé de père en fils 70 ans de règne. Et dans un pays comme le Togo où l’adversaire d’hier est l’ami d’aujourd’hui, la possibilité d’un règne sans  fin de Gnassingbé I est bien réelle.

Taffa Biassi Lynx.info

 

Laisser une réponse