Faure : Le 14 juillet d’abord après les Evalas

0

 

Quand on n’est pas kabyè  jusqu’à dans les veines on ne peut pas comprendre ce que représente les Evalas en pays kabyè. Faure né de père kabyè et de mère Ewé et s’identifiant plus « Ewe »  que kabyè est cruellement perdu en conjectures quand il s’agit des Evalas. C’est avec peine qu’il participe a cette messe culturelle depuis qu’il a capté le pouvoir en 2005. Les Evalas pour lui, c’est un peu une perte de temps. Le dandy né avec la cuillère en or dans la bouche est plus branché sur le commerce, les affaires, les femmes, le « ma tu vu  » que cette fête qui rappelle un peu le rythme Zoulou en Afrique du Sud . Pourtant, Eyadema en avait fait des Evalas l’activité culturelle et sportive la plus médiatisée du Togo. Tout les débuts du moi de juillet, les jeunes kabyès  en âge de lutter se retrouvent dans leur Kozah natal pour l’évènement. L’année dernière Faure s’était permis de faire des aller-retours Lomé-Kara pour suivre les Evalas, une grande première ! Le mois de juillet, c’est ce mois qui attire les touristes vers Kara. Et comment les touristes peuvent-ils encore venir quand la lutte des Evalas devient chaque année un décor, une simple fête de jeunes gens qui ont une envie d’exhiber leur belles poitrines et leurs gros bras ? Après avoir divisé sa famille, son armée, le peuple togolais, Faure part à la division aussi de la fête culturelle en pays kabyè. A Kara , tout le monde se demande depuis quand les Evalas débutent dans la deuxième quinzaine du mois de juillet ? Mais la stratégie  de «  l’Esprit nouveau est ailleurs ». Raison. Les gaulois veulent faire marcher toutes les armées africaines sur les champs Elysées le 14 juillet pour la commémoration de 50 années de pillage éhonté dans leur pré carré. L’évènement  est de taille et est une occasion pour tous les satrapes et guignols africains. Il ne faut pas manquer de se faire légitimer ne serait-ce que sur le plan international. Quand dans son tréfonds Faure sait qu’il a dû mater l’esprit collectif togolais pour revenir aux affaires en inventant son score via son VSAT personnel,  avec le 14 juillet , il faut sacrifier aussi ce qui reste à un peuple quand il a tout perdu : sa culture.

Imaginez-vous togolais, Sarkozy laisser un évènement de taille qui est le ferment de son identité depuis des générations au profit de Faure ? Faure n’a rien compris. Autant il n’a aucun gène d’un président visionnaire, autant les kabyès devraient commencer par s’éloigner de lui. Quand on a honte de s’identifier à  son peuple, on devrait aussi avoir honte de demander les services de ce peuple pour se faire tout le temps élire comme président.

Signe des temps, il y a deux ans qu’il a mis ses propres frères et le député Kpatcha en prison, les privant de fêter les Evalas comme cela se faisait au temps du père. Eyadema doit être entrain de se retourner dans sa tombe….

Camus Ali lynx.info

Laisser une réponse