Faure: Il est plus pragmatiste que tous ses opposants

0

 

Aux dernières nouvelles, Faure serait entrain de tout cadenasser. Les reformes institutionnelles comme constitutionnelles inscrites dans l’Accord Politique Global (APG, ndlr) de Ouagadougou ne sont plus à l’ordre du jour. Seul à bord, il a toutes les commandes et les attributs de l’Etat avec lui. Cinquante laudateurs plus ceux  que Gilchrist lui a donné en cadeau comme députés en plus ! Ici, on ne parle plus d’un jeu de billard, mais d’un grand bazar où tout le monde fait ce qu’il veut. Signe des temps, les Togolais ne savent toujours pas leur nombre et combien sont-ils depuis le recensement qui a vu l’oubli total de la diaspora qui serait la seconde au monde après celle du Liban. L’opposition non plus n’a point envie de savoir combien ils sont ces Togolais que Faure et amis ont compté. Embusqué, Pascal Bodjona Akoussoulèlou, le gros bras étudie à son niveau toutes les tartufferies possibles si on devrait gongonner qu’il y a élection.

Dans ce décor surréaliste, tous les Togolais ont commencé par marcher désormais avec leurs têtes, les pieds servant à repousser le normal au détriment du paranormal. Les députés de l’ANC,qui devraient se donner des semaines de réflexion avec le concours des bonnes volontés, sont désormais plus préoccupés par leur salaire de 800.000 FCFA mensuels. On n’espère que les juges de la CEDEAO qu’on décrit comme plus corrompus que leurs robes noires feront le reste en leur faisant justice. Dans ce méli-mélo où tout ce confond, chaque parti politique a préféré mettre le cap sur les menteries. On ment au peuple comme on peut. Le CAR qui ne représenterait que lui même à  désormais une voix sonore qui dépasserait celle de deux mégaphones couplés. La CDPA réduit à trois intellos. Nicolas Lawson et Péré Dahuku introuvables. Kofi Yamgnane se la coule douce en France, un verre de beaujolais au bec pour terminer les bouteilles de Noël restantes dans la cave! Au finish, et  malheureusement c’est le RPT qui revient s’asseoir sur le fauteuil. Eux au moins savent ce qu’ils
cherchent, ceux qu’ils veulent. Le pouvoir rien que le pouvoir. « RPT toujours, victoire !», dit-on au sein du Régime Politique Tempéré (RPT, ndlr). Les raccourcis pour trouver ce pouvoir sont proscrits. Et Faure qui l’a compris n’a pas fait de dentelle. Avant de sabrer son champagne de nouvel an, il s’est rassuré que les hommes en bottes, je dirai les hommes en képis, sont tous mobilisés pour lui au cas où… De tout ceci, les néophytes d’une opposition la plus moribonde sur la côte-ouest
africaine n’auront rien compris, rien saisi du langage sinon des cours de politiques qu’on leur sert depuis 43 ans. Au lieu de mettre le cap dans la recherche des ressources humaines d’abord et des finances ensuite, chacun attend le moment venu pour se présenter devant des Nanas-Benz entendez ces femmes qui ont au  prix de dur labeur  rassemblé de l’argent et qui  sont devenues des assurances tout risque pour l’opposition togolaise. Pour trouver quoi mettre comme pancartes publicitaires ou maillots de campagne, les opposants togolais ne se font  pas prier quand il s’agit d’aller prendre dans les mains où le commun des mortels trouverait indécent. On raconte pêle-mêle comment Jean-Pierre Fabre s’est fait tout petit quand il a s’agit de réunir 20.millions pour êtres candidat aux présidentielles de mars 2010. Le RPT, lui ayant le trésor public et les caisses des impôts comme des douanes, l’égérie de la cour Ingrid Awadé peut apporter ces millions , je dirais ces milliards dans ses petites jupes.  Dans cet univers où tout se confond, les plus opposants d’hier sont les plus aptes à se transformer en véritables viviers nourriciers à la dictature . Les cas Gnininvi, Me Agoyibor, et Edem kodjo sont dans les mémoires au Togo. On oublie que plus le temps passe, et plus les peuples perdent confiance. On a vu Nicolas Lawason,brillant retord, pragmatiste politique, devenir tel un vulgaire escroc du côté du Ghana voisin. L’argent faisait défaut. Et à force de ne plus trouver où mettre sa tête, je dirai quoi mettre dans la panse, c’est l’ennemi qu’on décriait hier être le drame de la fatalité togolaise qui devient le sauveur dans les délires. En transportant 10.000 billets en dollars pour sa libération provisoire au Ghana, Pascal Akoussoulelou Bodjona, savait que le plus grand gongonneur venait d’être désormais dans la nasse. Il venait de l’avaler comme ils ont avalé au RPT, journalistes respectables, médecins méritants et économistes de renom. C’est ça la politique made in Togo. On mobilise les ressources humaines pas pour les mettre dans un creuset au service du Togo, mais pour les faire réfléchir de la longevité du parti RPT et de son fils infecte. On veut tout et tout de suite. On sait que ni papa Gnassingbé ni bébé Gnassingbé n’a inculqué les notions de civisme, moins de patriotisme, et pire de nationalisme aux Togolais.

Quand l’heure vient de demander au peuple de se prononcer, chacun sait que le peuple togolais n’a pas une éducation qui lui permette de s’offrir le programme de société qu’il veut et qu’il va défendre au prix de la mort. Les têtes brulées onusiennes et les argentiers de l’UE ayant pris acte que Faure a eu raison de mettre en panne le VSAT et de déchirer les procès verbaux de Fabre, il fallait s’asseoir et mettre des têtes qui réfléchiront de comment bouter toute cette pègre hors du Togo avec les législatives, la seule voie actuelle qui permettrait de mettre le fils infecte en minorité et le remercier par un départ retentissant en 2015. Apparemment, c’est le RPT qui est actuellement entrain de les endormir tous. Et c’est normal, aucun opposant togolais n’a moins de 40 ans. Fatigués et les os rhumatisés, nos opposants  ne peuvent se lever que sous les ordres de médécins. D’autres étant entrain de soigner de vilaines maladies. Une année va bientôt s’écouler depuis le vol des urnes bis de Faure, puis viendra la deuxième, la troisième et la cinquième année. C’est aussi cela, l’opposition togolaise, des plus pitoyables de la côte ouest africaine. On anticipe rien! On ne prévoit rien. Les plans B voire C que pratiquent tous les grands politiques de ce monde sont inconnus . Faure qui sait que le contribuable européen va nourrir sa dictature ne se fait pas de soucis, si ce n’est d’accumuler ces starlettes comme si il était un collectionneur né. Il sait aussi qu’il a en face des hommes et des femmes pour la plupart avec une histoire et un jardin secret dans ses mains.

D’autres ont aidé son père à mater la négraille togolaise. D’autres ont mangé et ont ensemble maudit les autres. Une suite de pépés et de mamis avec chacun son petit jardin secret que Faure connait. Et comment pourront-ils le convaincre qu’ils sont meilleurs que lui? Agbéyomé Kodjo qui commence aussi par comprendre que le pouvoir et l’argent, qu’on raconte qu’il aime tellement, ne sont pas du côté où il a fait erreur d’aller, a brusquement penser qu’il faut freiner avec le FRAC. Du haut de ses OBUTS, il n’en est rien! Si ce n’est un gros panier sans base électoral. D’où son tango actuel. Deux pieds en arrière pour le FRAC, un pied en avant pour le RPT. De qui se moque-t-on? Qui est opposant à qui et qui ne l’est pas à tous au Togo? Dans les révolutions disait Napoléon, il y a deux types de gens. Ceux qui font la révolution et ceux qui en profitent de la révolution. Nous sommes persuadés que seulement le peuple togolais fait sa révolution dans la faim, et dans la misère ambiante. Des sans foi ni loi, je dirais des sans vergognes d’opposants pour en profiter sur le dos avec des idées farfellues de co-gestion, de régime tempéré et de patati patata.

Sinon, comment comprendre que les multiples gifles données aux opposants togolais par les différents secrétaires généraux des Nations Unis ne leur servent point de leçon ? Les gifles de la France et de ses présidents à prendre position tujours et toujours pour la dictature. Comment expliquer qu’aucun opposant n’ait eu l’idée de trouver une autre voie de sortie ?
Il nous revient de nous demander s’il ne s’avère pas nécessaire de laisser Faure diriger le Togo comme son père pendant au moins 35 ans? Au moins les Togolais ne seront plus déchiqueter par les zouaves de militaires de Faure . On ne verrait plus au moins ces flaques de sang traverser nos ruelles, nos routes toutes fois qu’il y une élection au Togo. Pour tout ce qui ce passe depuis vingt ans au Togo, J’ACCUSE nos opposants. Dans l’espoir qu’ils me répondront.

Camus Ali Lynx.info

Laisser une réponse