Faure Gnassingbé: l’armée c’est d’abord la tribu et puis l’ethnie

0

Dix-huit mois après l’arrestation de son demi-frère Kpatcha, Faure Gnassingbé poursuit la réforme de l’armée. Enquête au cœur de la troupe.
 
Faure Gnassingbé profite toujours de l’arrestation en avril 2009 (officieusement pour des questions d’héritage) de son demi-frère, ancien ministre de la défense et député de Kara (nord) Kpatcha Gnassingbé, pour restructurer de fond en comble tous les commandements des Forces armées togolaises (FAT).

Selon nos informations, le beau-frère du président, le colonel originaire de Tchitchao (nord), Félix Abalo Kadanga, patron de la Force d’intervention rapide (FIR), séjourne au Maroc depuis le mois de juillet pour y suivre un stage d’un an. A son retour, ce militaire du premier cercle pourrait succéder au Kabye originaire de Kara (nord), le général Wiyao Bali, actuel chef d’état-major de l’armée de terre (CEMAT). Il pourrait, par la suite, remplacer le général Essofa Ayeva, lequel est chef d’état-major général des armées (CEMA). Ayeva partira en retraite dans quelques mois. Il avait succédé au général Zakari Nandja, aujourd’hui toujours « placardisé » au sein du gouvernement comme ministre de l’eau car soupçonné de proximité avec son « frère » bassar Kofi Yamgnane, ex-candidat à la présidentielle de 2010.

Le président togolais s’appuie également sur le ministre de la sécurité, Atcha Titikpina, ainsi que sur le lieutenant-colonel moba (nord), Yark Damehane, actuel chef d’état-major de la gendarmerie nationale. Trois autres personnalités de l’ethnie kabye sont également fréquemment consultées: le lieutenant-colonel Barnabo Nampukine, responsable du Régiment de soutien et d’appui (RSA), Kouma Biténéwé, directeur de cabinet du ministre de la défense, ainsi que Yao Kpelenga, patron du Régiment commando parachutiste de Kara (RPK). Enfin, un autre membre du cercle sécuritaire, le colonel Assih Agossoye, ex-chef des renseignements généraux sous Eyadema père, a été mandaté par Faure pour gérer le patrimoine des Gnassingbé.

Yotrofei Massina est l’officier le plus influent auprès du chef du l’Etat, mais aussi le plus dangereux pour le régime car il est propriétaire d’une fortune personnelleacquise en partie grâce à ses relations avec des commerçants libanais, guinéens et nigériens. Colonel kabye formé à la dure en Chine et en Corée du Nord, ce dernier a tourné casaque alors qu’il était très proche de Kpatcha. Il surveille aujourd’hui les faits et gestes de son ancien mentor dans sa cellule de l’Agence nationale de renseignement (ANR). Très méfiant à son égard, le président togolais a préféré le nommer à la tête des renseignements généraux, un poste stratégique mais qui lui ôte toute responsabilité directe sur un corps d’armée.

Lettre du Continent N° 638 27/10/2010
  

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Laisser une réponse