Faure GNASSINGBE envoie Moïse Lida KOUASSI à l’abattoir du boucher ivoirien

0

 

Faure GNASSINGBE envoie Moïse Lida KOUASSI à l’abattoir du boucher ivoirien  Alassane Dramane Ouattara: Les Leçons aux Togolais de la Diaspora et à leurs Pays d’accueil.

Le Germaniste ivoirien Moïse Lida KOUASSI vient d’être livré poings et pieds liés par Faure Essozimna Kodzo GNASSINGBE comme un vulgaire colis encombrant ou comme un trophée de guerre le mercredi 6 Juin 2012 au Boucher d’Abidjan Alassane Dramane Ouattara qui  assistait à une conférence de l’UEMOA tenue à Lomé, la capitale togolaise.

Le cynisme abject dans cette violation flagrante du Droit Humanitaire international est que le violent dictateur togolais sans conscience a sciemment posé cet acte à la date d’anniversaire de sa naissance maudite, implicitement en guise de démonstration de «pouvoir personnel» au sein des institutions poreuses et inopérantes de la sous-région ouest-africaine mais surtout comme preuve évidente de son ignorance himalayenne des Traités et Conventions internationaux en matière du Droit Humanitaire pourtant signés et ratifiés par l’Etat Togolais : Si la Confédération Suisse par exemple ne peut jamais livrer des Réfugiés politiques togolais ou ivoiriens officiellement reconnus aux régimes barbares de Lomé et d’Abidjan en vertu de la Convention de Genève, car la Vie de ces Réfugiés est visiblement en danger au Togo et en Côte d’Ivoire, il est absolument illégal sur le plan du Droit Humanitaire international que le Togo (qui est également signataire de la même Convention internationale) livre un Réfugié ivoirien ou tchadien aux régimes barbares d’Abidjan et de Ndjamena!

   Le jeune dictateur togolais très sournois et très violent Faure Essozimna Kodzo GNASSINGBE n’est pas à son coup d’essai : il a déjà cyniquement envoyé à l’abattoir  le réfugié politique tchadien Hassan FADOUL qui a été livré poings et pieds liés en Janvier 2010 au violent dictateur débile Idriss DEBY-ITNO du Tchad.

   Ce qui est visiblement reproché à Moïse Lida KOUASSI qui avait échappé de justesse à un assassinat crapuleux en avril 2011 en Côte d’Ivoire par les rebelles d’Alassane Dramane Ouattara, est sans doute son appartenance au Front Populaire Ivoirien (FPI) du Président Laurent GBAGBO et ses hautes Fonctions politiques et ministérielles dans le Gouvernement du Président GBAGBO.
L’imprudence de Monsieur KOUASSI à notre humble avis est d’avoir choisi comme Terre d’Asile le TOGO  violemment régenté depuis bientôt 50 ans par GNASSINGBE-père et GNASSINGBE-fils qui sont pourtant officiellement trempés dans tous les trafics illégaux de matériels de guerre en Afrique depuis décennies, qui sont pourtant bien connus pour leur soutien à peine voilé aux rebelles d’Alassane Dramane Ouattara  et qui n’avaient pas du tout hésité de faire confier les basses besognes au génocidaire professionnel togolais Gnakoudé BERENA  qui est tristement bien connu depuis le Génocide rwandais en 1994 et qui a pris le Commandement militaire de l’ONUCI dans des conditions rocambolesques, dans l’unique but d’aider la horde militaire française à «dégager violemment» (sic!) le Président Laurent GBAGBO au profit du faux franc-maçon mourant Alassane Dramane Ouattara.
On peut pourtant douter que Monsieur KOUASSI soit si naïf pour choisir le TOGO des GNASSINGBE comme «base-arrière» en vue de préparer un éventuel revirement de la situation en Côte d’Ivoire totalement détruite par Alassane Dramane Ouattara! L’intéressé est logiquement censé savoir qu’il est scrupuleusement surveillé au TOGO par les Services des Renseignements Togolais qui sont ostensiblement de mèche avec les violents rebelles d’Alassane Dramane Ouattara!
C’est pourquoi nous pouvons sincèrement douter aussi que ses ordinateurs et téléphones brutalement saisis puis fouillés par la horde médiocre des Services des Renseignements togolais et ivoiriens pourraient contenir un seul indice de «complot de Coup d’Etat» (sic!) qui ne cesse de hanter les nuits cauchemardesques et hallucinantes du Boucher d’Abidjan Alassane Dramane Ouattara et de ses médiocres bidasses brutaux. 

Nous pouvons sincèrement douter également que le minable psychopathe agonisant Alassane Dramane Ouattara, ses brutaux bidasses assoiffés de sang, son minable complice togolais Faure Essozimna Kodzo GNASSINGBE et son médiocre complice argentin Luis Moreno OCAMPO de la sulfureuse Cour Pénale Internationale pourront bientôt brandir en toute probité à l’opinion publique une seule «preuve» suffisamment convaincante des prétendus «charniers» (sic!) et autres prétendus «crimes post-électoraux les plus graves» (sic!) qu’ils auraient trouvés contre Monsieur Moïse Lida KOUASSI suite à cette extradition illégale vers l’enfer ivoirien.

L’une des leçons très importantes que les Exilés volontaires et involontaires togolais doivent tirer de cette extradition illégale est que le régime rétrograde de Faure Essozimna Kodzo GNASSINGBE est aussi en mesure de réclamer auprès de certains gouvernements peu scrupuleux la tête de certains Togolais de l’extérieur que le pantin de Lomé 2 et ses minables thuriféraires alimentaires peuvent estimer «dangereux» pour la pérennisation de leur système d’oppression.

Les intérêts économiques, hégémoniques et diplomatiques très obscurs de certains pays occidentaux qui prônent la démocratie et la bonne gouvernance le jour tout en soutenant la dictature et la cleptomanie la nuit, ainsi que le besoin malsain de soutien mutuel entre des gouvernements africains impopulaires peuvent amener les uns et les autres à tenter de livrer d’honnêtes Togolais en exil au régime tyrannique de Lomé 2, en tentant de contourner cyniquement les Conventions et Traités internationaux régissant le Droit Humanitaire International ou de les violer délibérément. 
Si certains pays européens tels que la Suisse ne pourront pas se prêter si facilement à de telles machinations macabres pseudo-juridiques en raison de leur Système Judicaire assez fiable et grâce aux mécanismes efficaces de contre-pouvoir incarnés par leurs Institutions et Organisations citoyennes, rien n’exclut que des Togolais en exil au Burkina Faso du dictateur Blaise Compaoré, au Nigeria de l’intrigant incompétent Goodluck Jonathan ou en France des obscurs réseaux françafricains ne pourraient pas se retrouver malheureusement un beau matin poings et pieds liés entre les mains des lugubres tortionnaires togolais Atcha Titikpina, Yotroféi Massina, Damehane Yark, Koulo, Abalo Kadanga, Signa Tchakpélé et leurs hommes de main.

L’ancien Ministre togolais François BOKO qui a failli être récemment arrêté de façon rocambolesque au Bénin du sulfureux Yayi BONI et extradé manu militari vers le Togo sur la demande secrète et insistante du jeune violent tyran togolais Faure Essozimna GNASSINGBE en sait quelque chose…
Les Organisations citoyennes et de défense des Droits humains tant en Afrique que partout ailleurs sont donc prévenues pour savoir ce qu’il faut entreprendre en tout moment face à de telles violations flagrantes du Droit Humanitaire International et des Droits Humains fondamentaux …  

L’autre leçon très importante à tirer de ce scandale ignominieux est la preuve patente de la persistance des graves persécutions politiques aveugles contre toute personne vivant tant au TOGO que hors du TOGO et supposée être peu favorable au régime totalitaire togolais et ses alliés.
C’est également la preuve patente de la persistance des arrestations arbitraires à caractère politique mais soigneusement déguisées en délit de Droit commun ainsi que la persistance de la torture systématique tant psychologique que physique dans les lieux de détention au TOGO.
Le récent scandale de la falsification grotesque du rapport officiel de la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH) par le régime totalitaire togolais dans l’espoir de se donner une image soignée sur le plan international vient de trouver encore une fois une confirmation de la persistance l’état de terreur qui continue d’hypothéquer sérieusement la quiétude sociopolitique ainsi que le décollage économique et social du TOGO dont le régime totalitaire actuel constitue une grave menace pour la Paix sociale et la Stabilité sociopolitique dans toute la sous-région ouest-africaine.

 Une Autorité des Services d’Immigration d’un pays d’accueil qui se fonde aveuglement sur les  déclarations fallacieuses du régime totalitaire togolais ou sur les rapports officiels souvent fantaisistes pour extrader cyniquement ou expulser involontairement toute personne vers le TOGO sous Faure Essozimna Kodzo GNASSINGBE cautionne indubitablement le règne de la Terreur en vigueur au TOGO et encourage indubitablement la violation intolérable du Droit Humanitaire international et des Droits Humains fondamentaux.
 
Les Africaines et les Africains conscients ne refusent nullement de retourner tôt ou tard dans leur pays natal respectif. Mais il serait vraiment inhumain, immoral et cruel de les livrer en pâture à des régimes de Terreur assoiffés de sang et n’ayant aucun respect pour la Dignité Humaine.         

[1] Contacts :

PYRAMID of YEWE
    CH-5400 Baden (SUISSE)
E-Mail: [email protected] 
Téléphone: +41‘ (0)78’ 754’ 57’ 86.

    Baden (SUISSE), le 7 Juin 2012.

Laisser une réponse