Faure et smala acculés: Des signes qui ne trompent pas!

0

 

Il est bien loin le temps où Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’intérieur pouvait lancer devant les étudiants parisiens, que les élections de 2005 au Togo étaient un « simulacre » et s’empresser d’embrasser le bourreau togolais quand il s’assied à l’Elysée comme président. Il est aussi loin le temps où la smala autour de Faure pouvait prendre d’assaut les ministères français parce que le prince arrive pour une visite d’Etat en France. Et depuis qu’il a capté pour la deuxième fois son fauteuil à la faveur d’une élection qui a fait couler encore beaucoup d’encre, tout ne semble plus rose comme le prince  se l’était imaginé. Les relais et les relations s’effritent. Le monde bouge et les officiels français aussi en on bien marre de se faire hara-kiri toutes les fois qu’il s’agit du drame togolais. Comme une fin de règne présage des signes annonciateurs, alors qu’on attendait que se soient les marches du FRAC qui devraient avoir raison de Faure et de son pouvoir, c’est plutôt une nouvelle force de lutte qui a germé de nulle part pour prendre le pouvoir en étau. Très stratège politique, l’indécrottable visionnaire de la maison UNIR, Gilbert Bawara averti dans une interview à Lynx.info : « Sauvons le Togo » est un tentacule du FRAC…».

Dans le face à face avec Claude Ameganvi du Parti des travailleurs, on pouvait aussi sentir une fin de règne que chacun dans le camp « UNIR » voit venir mais qu’on tente de masquer. Ici, l’objectif est de ne  pas paraître le mouton noir de la cour du prince. Très malin, quand le journaliste demande à Gilbert Bawara de se prononcer sur la longévité des Gnassingbé au pouvoir, l’oreille droit de Faure oppose une fin de non de recevoir catégorique. « Je ne répondrai pas à cette question ». Comme pour dire, ce n’est pas la famille Bawara qui  a fait main basse sur le Togo. Bien mieux, allez demandez aux Gnassingbé, plus aptes à répondre à cette question….

L’argent : Ce qui uni encore Faure et smala !

Il ne faut pas allez chercher le sexe des anges pour savoir et comprendre que, c’est seulement le pouvoir financier qui uni encore Faure et apparatchiks. N’ayant fait aucun travail sur le terrain pour que, chaque Togolais se sente concerner par sa vison politique, il est normal que Faure fasse une démonstration financière pour faire asseoir son pouvoir. Les ralliements qu’on pensait allaient germer de toute part du pays comme des champignons se sont révélés être un fiasco. Unir serait entrain de « désUnir » toute la famille Gnassingbé au sommet et les nostalgiques du RPT à la base. Et c’est le confrère maison, La Dépêche qui s’est empressé de le faire connaître aux Togolais dans article au vitriole : « Après Kpatcha : Faure continue le massacre des siens ».

Quand. Dans la même veine, on apprend que des femmes ont pris d’assaut tout l’appareil financier et le Togo a depuis, pas une « Leïla » à la tunisienne mais des « Leïla » à la togolaise. Dans la liste, Ingrid Awade, Julie Béguédou. Victoire Tomegbé… pour la plupart des fées de minuit du prince !

Quand la radio Europe 1 s’en mêle !

Il est loin aussi le temps où la radio Europe1 avait toutes les peines pour accorder 30 secondes pour une élection au Togo dans son émission. Pour un « banal sit-in » des Togolais devant l’ambassade de France, c’est l’appareil de propagande du groupe Lagardère qui a vite fait de reprendre la manifestation pour le compte de l’opposition togolaise. Au grand désarroi  du pouvoir de Lomé ! La gauche moribonde sous François Mitterrand  pourra t-elle rattraper ses torts qu’elle a faite contre les Togolais et se faire pardonner avec le quinquennat de François Hollande ? Seul le temps nous le dira. Mais une chose peut donner des grains d’espoir quand on entend  le ministre Arnaud de Montebourg (PS) lâché : «  Quelque chose ne va pas au Togo » ! Vivement que l’opposition togolaise ne lâche non plus la lutte !

Djima Matapari Lynx.info

Laisser une réponse