Et qui a parlé de suspens?

0

Une interview de Gilbert Bawara ,une arrogance de Pascal Bodjona couplée d’une barbarie de Yark Dahemane le tout avec une brochette d’articles de Charles Debbasch alias Kofi Souza et le journaliste dans son recoupement sait ce que fera Faure… Alors la date du 3 mai 2010 pour une investiture qui va ressembler à une soirée de barbecue ne peut être pour le peuple Togolais un suspens ! Les Togolais sont même étonnés de savoir que l’investiture de celui qui a fait du mensonge au sommet de l’Etat un model de gouvernance soit encore d’actualité. D’autres Togolais, mieux d’africains parlent d’épiphénomène.

Du côté de Faure on a tiré sur la corde pour prendre les poissons dans l’opposition qui voudront rééquilibrer un peu les finances au niveau privé. Et combien sont-ils a avoir les dents jaunies d’impatience de peur de ne pas être appelés pour faire main basse sur les caisses déjà vides de la cité ? Au Togo, curieusement, c’est le politique seul qui croît en l’existence encore de l’Etat au vrai sens du mot. Nicolas Lawson, Tchassona Mohamed, Kagbara, le tout avec la mami de la CDPA Brigitte Adjamagbo le rituel a été le même, la chansonnette révisée avec une répétition qui frise le ridicule. Pour cela, ils ont même sorti un « single » qu’ils chantent en chœur « Il faut passer à autre chose et travailler pour le peuple ».

Dans une interview avec le confrère RFI, le politologue franco-togolais a été on ne peut plus claire : «  C’est probable l’entrée de Gilchrist Olympio dans le gouvernement ». L’interressé sur la même radio reconnaît « Si par hasard on doit entrer dans un gouvernement de ce genre, il nous faut beaucoup, beaucoup de garanties » De quelles garanties parle t-il ? Où une façon bien maligne de préparer les esprits ? Comme si cela ne suffisait pas, Kofi Yamgnane lui profite du canal de Jeune Afrique pour dire ce qu’il pense : J’ai un projet de société clair. Si on me dit : « M. Yamgnane, prenez le gouvernement et appliquez votre programme, développez le pays, on vous laisse carte blanche… ». Et depuis quand au Togo, le RPT a t-il donné des garanties et et des cartes blanches pour une bonne gouvernance aux méritants de la cité ? A cette question le guru de l’UFC et le bassari seuls peuvent détenir le secret. Au Togo,une lecture rapide entre les dires et entre les lignes peuvent déterminer la finalité de ce que veut faire où va faire le politique. Plusieurs indices montraient en 2005 et  montrent encore en 2010 que le pouvoir est pour Faure sa façon « d’être » et « d’exister ».

Quand il disait trois mandats suffiraient pour relever « leur Togo », les Togolais savaient qu’il parlait de 25 ans de pouvoir. Ingrid Awadé l’égérie de la cour tablait en 2007 pour 35 ans de pouvoir à Bruxelles. Le calcul est depuis longtemps fignolé avec minutie. En fait le topo à la Wade mais fait à la sauce Togolaise ! Faure va jongler avec les outils juridiques. Avec 50 députés on va sortir la vieille recette de deux mandats. Mais ce mandat débutera en 2015. Alors, le préfet des sous bois Togolais  [NDLR : Faure Gnassingbé] à son quinquennat assuré. Les deux mandats qui vont débuter en 2015 seront une autre paire de manche. Mais il peut compter sur ce peuple amorphe et timoré. Il peut aussi compter sur une opposition pauvre et sans moyens pour élever un sens à la lutte.

Après 50 ans d’indépendance le Togo se cherche et patauge encore. Les plus voyous ont pris la cité en otage. Ils savent que même si  il n’y a pas de citadelles imprenables, la cité Togolaise, leur cité, ne sera pas prenable …faute de combattants, de vrais.

Anicet Moutouari  Lynx.info

Laisser une réponse