ELEGIE POUR MARC PALANGA

0

Frère, quand oublieux deviennent les compagnons

Dans ce bled aux couleurs blêmes de jactance

La gloire te reste d’humilité, d’humanité

Et si je te chante à la lueur de l’ombre

C’est pour graver ton nom sous l’aile tendre du temps

Ignorant dans l’espace les fiers amnésiques

Frère, la nuit a taclé l’éclat du jour lacté

Te voilà toujours debout et splendide

Ton beau corps défie l’oiseau messager noir

Perché sur le fromager du septentrion

Au lugubre croassement menteur de jour

Non, point de désespérance point de chagrin

Frère, c’est ta métamorphose d’adieux ici-bas

Tu pars tutoyer là-haut le Dieu des braves

Que tonne donc au firmament le tam-tam sacré !

Le tambour au son ivre qui vire à l’autre rive

Ponctué des chants polyphoniques des filles pubères

Des battements de pieds frénétiques des évala

 

Frère, écoute la voix grave du glaive de feu

Qui dit ta noblesse que nul affront ne blesse

Ecoute la mélodie Kamou qui t’accompagne

Jusqu’à la porte grande ouverte du paradis

Dans ta digne armure nobiliaire qui brille de paix

Toi le combattant victorieux des palangres

 

Frère, écoute ces mélopées, ces thrènes qui entraînent

Les âmes dans le beau et doux combat corps à cœur

Pour qui sont-ils si différents, sinon pour toi

La pirogue sur l’eau qui se rit des xylophages

Le rônier de la Kozah vainqueur des foudres

Je chante ton corps où tiédissent les fureurs fumantes

 

Frère, les sorciers sourient aux quatre vents des bourgs

Sont-ce les sûrs bourgeons de nos songes hardis ?

Dis, toi qui as goûté à l’eau de l’au-delà

La parole nouée qui rend vertical le vert

Volant de l’arc-en-ciel sceptre du spectre

Créateur au double signe déjà couleur jade

 

Frère, Nlabalè ! Nlabalè ! Grand merci !

Voici la grêle mystique qui règle léger l’envol

Je dis : la pluie cure-ciel sésame des âmes marquées

Va ! Le soleil ne se plaint pas d’insolation

Va ! Vaillant Marc Palanga sans nulle autre pensée

Que d’aider à panser la béante plaie Togo.

Eloi Koussawo

Bruxelles, juin 2009.

 

 

Laisser une réponse