Du serpent au coquin et vice- versa [Chronique des veilles VII]

0

Je ne crois pas que les seuls communiqués sur les sites Internet puissent suffire à entendre raison au régime en place

« Je veux vous donner un bon conseil : cet homme qui vous sert de guide est un fieffé coquin, il est connu pour tel dans toutes les prairies de l’Ouest ; je me trompe fort, ou il vous fera tomber dans quelque guet-apens ». (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas)
*
« Ces gens-là sont des sous-humains ; ils ont le quotient prédateur très élevé. Plus élevé est le quotient prédateur chez un individu humain, plus cet individu est de l’espèce sous-humaine » (Afan Huenumadji, La raison hellène, République de l’Atakora)
**
«Le jeu eu politique et économique demeurera l’apanage de ceux qui n’en sont pas qualifiés et ne changeront guère la gouvernance qui assure leur survie. Les seules ententes qui fonderont la fausse stabilité sur la Terre de nos Aïeux seront celles des défaitistes qui, au crépuscule de leur carrière calamiteuse, s’en iront remettre les armes et prétendre aux abatis des faiseurs de paix. » (Dany Ayida, Les équations impossibles de la démocratie)
***

Tout homme qui caresse le serpent qu’il a dans sa tête n’est qu’un coquin. Le serpent qui est en nous, c’est-à-dire les fausses idées, les fausses croyances, la cupidité et l’ignorance crasse, est plus difficile à tuer que le pauvre animal rampant qui circule dans nos champs. Comprenons-nous bien : est coquin tout homme vil et malhonnête ; malheureux mortel de la classe sous-humaine à prendre vitement en pitié. Mais gardons nous de prendre en pitié le mal qui existe en lui de peur de verser le vice partout. Aux tâches nobles et à une davantage que les autres, l’intellectuel doit s’atteler ici et maintenant : extirper du coquin l’abominable serpent qui dort en lui ; tuer le coquin pour ressusciter l’Homme.

Je ne crois pas que les seuls communiqués sur les sites Internet puissent suffire à entendre raison au régime en place. Le gouvernement de Gnassingbé Faure ne s’est pas précipitamment réuni sous l’injonction d’un quelconque communiqué lu sur les sites Internet pour prendre, en Conseil des ministres, des résolutions circonstanciées dont la destitution ( ?) manu militari du bon bras servile du système. La dictature aurait elle si peur d’un communiqué au point que l’on en infère l’absence de la révocation du nouveau préfet de l’Oti par une imputation au problème de connexion internet ou de réseau ? De ce préfet certains n’en veulent pas pour la raison bien démocratique qu’il eût été défraichi au contact de l’armée Prions donc que le réseau soit rétabli – celui aussi des prédateurs, des prébendiers et des démagogues afin que nous y voyions clair. Sacrés coquins !

En attendant la connexion puis la déconnexion définitive et salutaire secouons les étourdis qui ronronnent encore, l’affreux serpent dans la tête !

Gomalex Anani Logo

{fcomment}
 

Laisser une réponse