Démocratie de crabe ( Au Front du refus de la CÔTE D’IVOIRE, à tous les vrais Résistants panafricains ) [ Sénouvo Agbota ZINSOU]

0

Des milliards partent en fumée
Une population est affamée
La Bête crie:“ On vote chez nous on vote!“
Comprenez que le système vole
Dans le désert ou sur la côte
Partout opère la même bestiole
Les maîtres applaudissent, tout contents
Car le cirque tourne selon leurs plans
Ils disent : « Watwat est vraiment nôtre
Il n’est pas du tout comme l’autre
Envoyé à la CPI

Watwat est en tout exemplaire
C’est pourquoi nous l’avons choisi.
Watwat fera bien notre affaire
Que Watwat vole ou massacre
Déchiquette, dévore au cirque macabre
Les maîtres n’y trouvent-ils pas leur compte
Quel que soit ce que l’on raconte ?
Déployant sur tout ses mille pinces
Portant des costumes vides de princes
Watwat marche bien sûr à reculons,
Nous connaissons cet animal
Pour lui, c’est tout à fait normal,
Réduisant lois, constitutions…
Toutes les valeurs humaines en miettes
Ses maîtres sonneront les trompettes,
Lui diront : tu as notre soutien !
Bravo, Watwat, car tu joues bien !
Encore un tour ! Encore un tour !
C’est à vie, ton rôle, c’est à vie
N’est-ce pas cela votre démocratie ?
On vote non ? Messieurs quoi encore ?

Porté par ce soutien sonore :
L’animal marche kintchin ! kintchin !
Et se croit plus que tous malin
Prenez ! Prenez donc le bulletin
Nul ne m’ôtera mon butin
Je veux cette démocratie-là
Avec Assemblée et Sénat
Et même avec la Chambre des Rois
Si personne ne touche à mes droits
Nous aurons la paix, le progrès
Ou, voulez-vous d’amers regrets ?
Vous dites démocratie de crabe ?
Eh, si vous osez, je vous frappe !

Vocifère-t-il menaçant.
Et le cauchemar des crimes de sang
Qu’il a réussi à commettre
Aidé, béni par son grand Maître
Nous fait encore frémir d’horreur
Watwat distingué dans l’arène
Et pour les beaux yeux de sa reine
Dangereux et mortel joueur
Se proclame désormais vedette
Et n’en veut plus faire qu’à sa tête
Mais le peuple s’est levé, dressé
Ce peuple qu’il a mille fois blessé
Pour lui lancer à la face : Non !
Nous ne marchons pas au bâton :
Il y a bien un jour où tes tentacules
Face à nous seront ridicules
Et le peuple contre la Bête se dresse
Contre la Bête et toute son espèce
Et les écrase tout comme des poux.
Et certains fuient, rentrent dans leurs trous.

Sénouvo Agbota ZINSOU

{fcomment}

 

 

Laisser une réponse