De quelle UFC parle Me Dodji Apevon du CAR ?

0

Des crocs-jambes tout le temps et pendant vingt bonnes années de lutte, on finit toujours par ne même plus connaître qui on combat et avec qui on doit se mettre en rang pour combattre. Le Comité d’Action pour le Renouveau (CAR) n’est pas non plus un parti que les Togolais auraient voulu avoir comme partenaire dans ces moments éprouvants ! Point n’est plus de faire revivre aux Togolais les moments dits de gloire de ce parti et de son chef , Me Apolinaire Yaovi Agboyibor alias le Bélier Noir. En Ouganda Idi Amin Dada se faisait appeler le sanglier. Au Zaïre, Mobutu était le Léopard. Chez nous au Togo, il y a aussi un bélier. Il faut dans les dictatures tropicales, effrayer son propre peuple en s’identifiant par les noms de ces animaux qui ne lésinent pas à « cogner ». Revenons à l’essentiel.

Qui dirige le CAR ? À cette question, le Dr David Ihou a sa petite réponse : « Englué dans une fausse passation de relais entre Me Agboyibo et Me Apevon, le Comité d’Action pour le Renouveau se meurt, dans l’indifférence générale». Plus loin encore et selon les mots de David Ihou « Un parti qui avait réussi à placer 36 députés en 1994 et qui n’en obtient que quatre (4) en 2007, c’est-à-dire qu’en treize ans, le CAR a presque tout perdu ! L’erreur politique fatale de Me Agboyibo, au lendemain de sa victoire de 1994, lui a fait exploser le parti. » Tout est dit . Le CAR n’est plus qu’une compilation de vieilles récettes composées d’avocats qui ont été presque tous des leviers à la dictature et une jeunesse perdue et sans repère à force d’être trompée tout le temps. Même en Allemagne où le parti avait magistralement réussi à s’implanter, tout n’est plus que ruine et désolation. Ici, on parle du CAR au passé. La jeune garde qui paradait dans les villes allemandes pour parler du parti a rectifié l’erreur et s’est casée depuis. Leur petite icône Denis Nayone a été vite rappelé à l’ordre et prié de chercher ailleurs quand le CAR s’est retrouvé en possession de la primature. Le virevoltant Jean Kissi , rentré brutalement au Togo pour porter main forte pouvait « peut être faire quelque chose ». Mais quels moyens matériels et humains a t-il quand le « savoir faire » des Watchi, l’ethnie de Me Agboyibo a déjà fait du père fondateur du parti un dieu, et l’ estampiller leur dieu vivant ?

Si au CAR on peut être davantage plus clair…

Dans la guerre UFC contre UFC ou plus clairement Fabre et Gilchrist, le CAR est l’un de ces partis a n’avoir pas pris position. Par une lecture politique rapide de ce «  ni,ni » on peut aisément dire que le CAR, comme tous les partis politiques, s’est frotté les mains avec tout ce qui se passait à côté, à l’Union des Forces du Changement (UFC). On n’est pas loin de la lecture qu’Eyadema faisait de la mini- guerre inter-ethnique entre les Kabyès et les Kotocolis de Soutouboua. L’ogre tranchera devant des chefs traditionniels hilarés : « Les Kabyès n’ont pas tord, les Kotocolis aussi ! ».  On se demande si avec de tels jugements une cours d’Assise ou un palais de justice a encore un sens d’être ! Mais au-delà de l’hypocrysie patente et latente du CAR, il y a noter le manque de vision politique de Me Dodji Apevon  et les jeux de mots que le Lynx sait lire entre les lignes. Du haut de ce « savoir faire » quand il s’agit d’enterrer une autre bête politique, Dodji lâche : «  Aujourd’hui, je ne sais pas comment les choses vont évoluer. Mais demain, si nous constatons que ceux qui sont du côté de Gilchrist sont résolument dans le processus déterminés à combattre ceux qui prônent l’arbitraire, nous allons travailler avec eux ». Quand on sait que c’est après les révélations brûlantes d’Andoch Bonin sur Gilchrsit Olympio que le nouveau  « Lider Massimo » du CAR sort de ces insanités. Il  n y a plus ici à prononcer clairement de quelle UFC, le CAR est partenaire. Dans la triangulaire, on peut dire ceci. Le RPT arrose le CAR par Agboyibo,ce dernier a pour soutien Gilchrist. Dans les nouvelles contorsions, Gilchrist est arrosé avec les vases communicants du RPT et  Gilchrist fait rejaillir les avoirs reçus pour Agboyibor en retour. Rien n’est difficile à comprendre. À moins que les Togolais décident de mourir les yeux toujours ouverts pour ne pas regarder la vrai réalité. Mais dans votre journal préféré, nous n’avons jamais cacher de vous réveler au risque de toutes les injures et menaces des inconditionnels d’un roublard vieillissant et fatigué que le CAR n’a rien d’un parti politique qui lutte pour la cause des déshérités dans le Togo actuel. Solitoki Esso n’a cessé  aussi de le  marteler : « Il est malade et nous faisons beaucoup pour lui ! »  Entende celui qui le veut ! Le vieillot sécrétaire du RPT  n’a jamais cessé de dire qu’Agboyibo est dans la marmite, dans leur marmite.

Mais une chose est plus que certaine, Agboyibo disait ne pas faire de la « politique spectacle » avant même que les Togolais aillent laisser quelques bulletins dans les urnes le 4 mars 2010. Aujourd’hui c’est la « politique spectacle » cynique du CAR et de ses deux maîtres que les Togolais sont obligés d’assister.

Camus Ali Lynx.info

Laisser une réponse