Dans le secret des préparatifs Kamaka 2012

0

 

Les Tems de Bafilo arrivent. Et, ce serait bien le 7 avril 2012 dans la mythique ville de Kinzweiler en Allemagne. Ils en ont fait de la salle des fêtes de cette petite ville leur temple avec l’accord tacite des habitants et du maire. Et c’est cette calme bourgade qui  attend voir les milliers de togolais,d’européens et d’africains prendre d’assaut la ville pour la manifestation culturelle la plus appréciée en terre germane. Il va s’en dire que la ville sera en ébullition et la dernière édition avait été marquée par la couleur jaune qui est presque devenue le symbole de toute la ville. Mais derrière toute grande œuvre humaine, se cache de grands Hommes. Et ici, il ne faut pas avoir honte de dire que ces hommes qui vont l’histoire de Kamaka dans leur pays d’adoption qu’est l’Allemagne se compte au bout des doigts. Quand le Lynx a voulu savoir où,et quand cette messe annuelle aura lieu, c’est leur petite prodige Abass Issifou qui nous a invité le samedi 30 janvier 2012 à venir toucher du doigt le secret des préparatifs de la fête culturelle des Tems. Rendez-vous fut pris au Marktplatz de la ville de Eschweiler à 12 heures.

En Photo, le Trotter et le maire en 2010

Quand Abass Issifou arrive, c’est Max Krieger le porte parole du maire  qui le reçoit dans ses bureaux. Le Lynx est bien présenté et la discussion peu commencer. Les deux hommes passent en revue les éditions Kamaka précédentes. Max  enchaîne des propositions. Abass essaie de voir les avantages et ils trouvent  un consensus. Le maire Bertram sera bel et bien le parrain de la fête. On parle des sponsors. On cherche tous les arguments qu’il faut pour convaincre. La publicité est discutée. On a vu la troisième chaînede télévison allemande WDR laisser plus de dix minutes aux allemands voire devant leurs petits écrans, les plats, les danses et la culture des Tems de Bafilo avec un Abass expliquant dans un parfait allemand aux journalistes de la télévision tout sur sa ville de Bafilo . Jamais un peuple n’avait convaincu en terre allemande ! A cela, Max ajoute que la chaîne de télévision RTL est bien aussi intéressé. On en veut encore…. Une grande fête veut aussi dire, toucher un grand public par la pub. Max, boit un verre d’eau. Eh ! Abass combien de fêtards attends- tu ? Le Tem avale sa gorgée d’eau aussi. Max, je voulais 1500 en 2010. J’ai vu plus de 2500. Sincèrement,  je n’ai pas une idée sur le nombre. Mais, et la salle, faut-il avoir une plus grande ? Max, je suis débordé…mais je veux être franc. On fait avec la dernière salle et on prie que toute l’Allemagne ne se retrouve dans notre temple. Unglaublich Abass !

Tu sais Abass, je vais essayer de voire Julian pour les affiches publicitaires et je compte sur l’aide du  journaliste Camus Ali  pour  le lay-out de ces affiches. Dans la semaine, je t’appelle Abass pour le rendez-vous avec le maire. Ok Max ! On parle du Brésil et de la fête. Et on fini le rendez-vous par cette note de Max : « Quand on a fêté 3 ou 4 fois dans cette ville, ceci devient une tradition.Tout le monde y adhère désormais « . C’est la philosophie de la ville dirigée par le maire Bertram.

Alors que le Lynx demandait à prendre congé avec l’organisateur Abass, celui-ci nous fis comprendre qu’il y a une botte secrète qui tire Kamaka vers le haut que le Lynx devrait faire connaissance. Il faut absolument faire un tour chez elle. A 14 heures, c’est une Beate Grimmer qui fêtait le soixantième anniversaire de son mari qui laisse visiteurs et parents pour s’occuper des préparatifs de Kamaka. Inédit! On quitte les lieux après ces échanges avec le Tem et sa complice. Abass, quel secret as-tu pour faire partager aux allemands la culture Tem lui ai-je demandé ?  « Il faut être honnête et bien s’intégrer. Les allemands ne demandent pas plus » glisse t-il. Comme Abass Issifou aussi d’ailleurs. C’est par cette note que le trotter prend congé de nous. « Dimanche 5 Février 2012, je vais commencer les entraînements avec les femmes » lance t-il avec son humour légendaire . Après les indépendances, on chantait au Togo : »Qu’il n’y avait rien de plus joli  que le 27 avril « . Aujourd’hui, on chante en Allemagne.  » Qu’il  n’y a rien de plus joli que  la fête Kamaka ».

Quand les Tems de Bafilo se décident à écrire l’histoire de leur culture en pleine civilisation allemande !

Camus Ali Lynx.info

Laisser une réponse