Crises socio-politiques au Togo : La gauche française « roublarde » s’en mêle !

0

C’est d’abord le belliqueux Arnaud de Montebourg (ministre PS) qui annonçait qu’il y a « problème au Togo ». Mais entre le « dire » et le « faire», il y a depuis une forme du dire qui a pris le pas sur le faire. Avec la démonstration de force du CST dans les rues de Lomé mardi dernier, c’est le ministre des Affaires Etrangères Laurent Fabius (PS) autrefois « parrain » du sang contaminé qui avait fait des dizaines de morts,semble aussi abondé dans le même sens en envoyant un message aux responsables du CST, message que seule la France connait les tournures des mots et son explication  : « La France suit les évènements actuels au Togo ». Que veut dire « suivre » et rester timoré quand on est  entrain de casser les jambes et que les grenades traversent les têtes et les pectoraux des Togolais ? La même chansonnette, la même rengaine, la même roublardise de cette gauche française qui n’a rien de socialiste nous tape au visage quand, on sait que le choix des mots  n’a de sens que pour ceux qui les prononcent. Surtout quand ces mots viennent d’un parti qui a fait voir aux Togolais de toutes les couleurs par sa roublardise; quand la dictature d’Eyadema venait de remettre tous les acquis de la Conférence Nationale Souveraine avec la mise en parenthèse de la constitution en 1992. Ce qu’on peut noter en attendant que la France «deal» avec Faure est qu’elle a laissé leurs chaînes et partenaires lâcher leur medias pour la cause populaire. Ainsi, la chaîne Ô France a montré dans son édition la brutalité des soudards de Faure. La CNN américaine n’était pas du reste. Que dire de la chaîne hollandaise BNV qui a brûlé l’impolitesse à la chaîne France 24 qui fait et défait les présidents en Afrique en montrant elle aussi la nudité du prince. Togolais, le pleutre de la république est nu ! C’est l’heure de mettre les bouchées doubles. C’est l’heure de harceler ce fils né avec une cueillère d’or dans la bouche qui a cru porter les chaussures plus lourdes en voulant s’opposer à la voix du peuple. A l’heure où nous mettons ces lignes sous lecture, il paraît que Faure aurait bien dit à des proches « qu’il joue son dernier match » contre le peuple Togolais. Et le meilleur combat serait celui que; les Togolais gagneraient sans la gauche française socialiste. Sinon, ce parti aux élans fascistes peut  prendre le contre-pied de la lutte et imposer pire que Faure Gnassingbé au final si la victoire devenait réalité.

Tout sauf les chancelleries en poste à Lomé. Il ya une odeur de pétrole sur nos côtes !

Tout ce qui ont eu l’expérience avec Bruno Delay, alors ambassadeur de France au Togo en pleine crise sociopolitique de 1990 peuvent témoigner. La France fonctionne un peu comme le fait les rats- Elle souffle dans la main gauche et pique dans la main droite au nom de ses intérêts. Les responsables du CST devraient apprendre que les « Sans Culottes » n’avaient pas eu besoin des Togolais pour mettre du feu aux fesses à Louis XVI par une révolution monstre. On devrait aussi s’inspirer des frères Musulmans en Tunisie comme en Egypte qui n’ont pas demandé l’accord et les négociations des chancelleries dans leurs pays pour déboulonner leurs satrapes. Et depuis quand, une chancellerie à jamais roulé pour une opposition sous les tropiques ? Il est temps de prendre distance vis-à-vis de ceux qui ont toujours tournés le dos aux peuples d’autant plus qu’il y a actuellement une odeur de pétrole sur les côtes togolaise. Les pays Occidentaux n’ont d’amis que ceux qui le leur remette cadeau, gratuit ces puits de pétrole. Au Togo, ces deniers ne connaissent qu’un nom qui peut leur servir ce sésame : « Les Gnassingbé ». Il appartient au CST comme à tous les Togolais qui ont compris que de deux choses, il n’y a qu’un seul choix : « Faire partir Faure de gré ou de force ou mourir ! ».

Bada Djermakoye Lynx.info

 

Laisser une réponse