Côte d’Ivoire. Retour de vols de deniers publics et de népotisme doublé de clanisme

0

Il n’est pas interdit de se comporter en esclave volontaire qui supporte bêtement et dit amen à tout ce qui lui arrive, mais de là à ne pas vouloir que d’autres personnes qui ne supportent pas les injustices évoquent les spoliations, les abus de pouvoir et vols de deniers public, je trouve cela osé de la part de certains.

L’ère de la pensée unique est révolue. certains ont encore de vieux réflexes hérités sous les régimes de parti unique, mais qu’ils sachent que cette époque est révolue.

Nous avons dit non à cela depuis 1990 ; ce n’est pas à l’an 2010 ou en 2013 que nous accepterons de régresser vers des pratiques archaïques et folkloriques.

Que les privilégiés, nostalgiques des « belles époques « des périodes post-coloniales et celle des dérives de l’houphouetisme, se réveillent de leur sommeil léthargique et qu’ils sortent de leur nostalgie.

Qu’ils comprennent que nous, la génération nouvelle, ne pouvons plus accepter que nos enfants soient utilisés de manière contrainte pour servir de haies d’honneur pour un Président en exercice ou pour accueillir ses amies qui sont en visite officielle dans notre pays. Nous avons combattu de telles pratiques et nous n’accepterons pas en silence que des individus enclins aux pratiques d’arriération de ce type, fassent subir à nos enfants des pratiques de « république de bwana » que nous avons combattues. L’accepter sans rien dire, ce serait régresser de manière dangereuse et honteuse !

Nous observons le retour en force des pratiques de vols de deniers publics et de népotisme doublé de clanisme. Certains voudraient qu’on accepte tout ceci dans un silence de résignation et de complicité tacite. Que ces nostalgiques des temps passés se ravisent, car le temps où il était normal de ne pas regarder dans la bouche des « grilleurs d arachides » est dépassé. Aujourd’hui un centime public de Franc CFA est considéré par nous comme un centime public, et nous ne pouvons pas nous taire si ce centime est volé par un individu qui a la charge de affaires publiques et qui se croit plus rusé que le reste de ses concitoyens.

Si nous avons crié « houphouet voleur » dans les rue en 1990 par dépit et pour protester contre la gestion rentière du pays, c’est pour voir disparaître ce type de pratiques et non pour les laisser prospérer ou se reproduire, en les admettant comme normales, pour faire plaisir à ceux qui en profitent.

Il faut que les prédateurs à l’appétit vorace comprennent que le temps où une nomination politique équivalait à un feu vert pour l’enrichissement illicite est terminé : Des individus comme Cissé Bacongo ne l’ont pas compris, lorsqu’ils violent la loi pour passer des marchés publics de plus de 100 Milliards de gré à gré, pour s’enrichir aux frais du contribuable. Ils agissent peut être avec la complicité du Président lui-même, puisqu’ils celui-ci les récompenses en les maintenant dans son gouvernement ! mais que ce type d’individus sachent que le peuple ne les lâchera pas jusqu’à la fin de leurs jours politiques.

Ils passeront tôt ou tard devant les tribunaux et ils s’expliqueront devant la justice qui leur fera cracher chaque centime volé au peuple. Certains rêvent peut-être de s’en tirer à bon compte, mais qu’ils sachent qu’ils se trompent royalement car ils rendront au peuple les biens volés.

C’est mon intime conviction, exprimé sans haine et sans zèle !

Bon weekend à tous.

Doumbia Major

 

Laisser une réponse