Côte d’Ivoire : incapable de nous affronter, Ouattara se trompe volontairement d’adversaire !

0

Le FPI (Front Populaire Ivoirien) de Laurent GBAGBO est visé de toutes parts, à la fois par le RDR de Dramane Ouattara, par les mercenaires Dozo burkinabè et maliens, par les miliciens du burkinabè reconditionné Koné Zakaria, par la racaille FRCI et ses commandants analphabètes, mais aussi et surtout par Mossi Dramane lui-même.

Les cadres de ce parti politique, icônes du combat démocratique en Côte d’Ivoire, sont pour l’essentiel jetés en prison et sous la torture. Leurs plus jeunes frères sont traqués, assassinés, torturés ou enlevés et contraints de disparaître sans que leurs familles ne retrouvent leurs corps.

Dans le seul mois de juin 2012, ils sont plus de 300 jeunes ivoiriens enlevés et portés disparus, parce qu’ils sont accusés d’être militants du FPI, le parti qui aura mené le combat pour l’instauration du multipartisme, ce combat mené seul face à un Dramane Ouattara alors consultant étranger fait premier ministre avec son équipe composée d’un directeur de cabinet guinéen et d’un directeur de cabinet adjoint béninois.

Ce sont donc les militants de première heure et jeunes cadres du FPI, croyant au combat pour un idéal démocratique et socialiste, qui sont empêchés d’exercer leurs droits politiques, parce qu’en face d’eux, il y aurait l’avènement des anti-citoyens et des anti-ivoiriens, portés à ce niveau de nuisance sociale, économique et politique par les prédateurs fascistes qui finançaient hier l’industrialisation de leurs Economies avec de l’or volé, du diamant arraché par la force, des terres occupées après un nettoyage racial et le commerce d’êtres humains baptisés à cette époque la Traite Négrière.

Mais ces anti-citoyens, ces hors-la-loi reconnus par tous comme tel, se sont donnés pour ambition d’éradiquer de la Côte d’Ivoire, le FPI qu’ils accusent de tous les maux : tentative de déstabilisation, communication subversive, intox, génocide, crime économique, crime contre l’humanité, etc. etc.

Et pourtant le FPI, réduit au silence, avec sa petite face visible comprenant cinq ou six cadres cherchant leurs repères, n’a RIEN à avoir avec le combat citoyen, mené par les dignes fils de la Côte d’Ivoire, pour obtenir la libération de leur pays de l’occupation étrangère franco-voltaïque.

La Résistance Patriotique et Révolutionnaire, ce n’est donc pas le FPI. Pour ceux qui ne croiraient pas, ils peuvent dissoudre le FPI comme ils ambitionnent de le faire. Ils peuvent même jeter tous les 5 ou 6 cadres en liberté provisoire, en prison et les soumettre eux aussi à la torture. Cela ne changera rien à l’engrenage de la tourmente dans lequel ils sont pris.

La Côte d’Ivoire debout, digne et fière, c’est la JEUNESSE ivoirienne dans son ensemble, la JEUNESSE DIGNE, consciente, CITOYENNE, Ivoirienne, qui n’a qu’un seul pays, qui ne profite pas de la Côte d’Ivoire avec deux cartes d’identité nationale au moins dans la poche et qui ne pliera JAMAIS l’échine devant l’envahisseur, parce qu’elle IRA JUSQU’AU BOUT.

Alors qu’est-ce que le pauvre FPI a, à avoir avec cette JEUNESSE, appuyée par les panafricanistes et internationalistes non ivoiriens que nous autres sommes ?

Ouattara se trompe d’adversaire. Mais il se trompe volontairement. Parce que le nom de Laurent GBAGBO s’attache à celui du FPI. Or, Laurent GBAGBO a déjà été décrété à tort, comme ennemi public n°1 de l’Occident et particulièrement des intérêts français. Donc tirer sur le FPI, ramener tout au FPI, c’est tirer sur Laurent GBAGBO et ramener tout contre Laurent GBAGBO.

Pourtant, ni Laurent GBAGBO ni le FPI, n’ont mis en mission la Résistance Patriotique et Révolutionnaire qui est née spontanément, par suite d’un réveil patriotique et citoyen, mais aussi, par suite d’un réveil panafricaniste, pour mener le combat qui grandira l’Afrique en libérant ses composantes nationales, dont la Première est la Côte d’Ivoire.

Oui, c’est à la JEUNESSE DIGNE de l’Afrique tout entière que l’imposture génocidaire, suppôt de l’Occident fasciste, mise en mission en Côte d’Ivoire, a affaire. Or nous sommes une multitude. Nous sommes des millions. Nous sommes des intellectuels de haut niveau. Nous sommes des ouvriers et des paysans.  Nous aimons l’Afrique. Nous croyons en elle. Parce que notre Afrique est notre unique héritage.

Et pour notre Afrique, nous vaincrons, ou aucun envahisseur ne l’occupera paisiblement. Et la réalisation de ce défi-là commence maintenant, en Côte d’Ivoire.

Patriotes de toute l’Afrique, Dignes et fiers guerriers, la Côte d’Ivoire vous appelle ! C’est à nous qu’ils ont affaire ! C’est pourquoi nous devons anticiper l’attaque avant qu’ils ne se donnent les moyens de nous affronter.

Nous ne sommes ni des francophones, ni des anglophones, ni des lusophones, NOUS SOMMES DES AFRCIANS DIGNES !

A Très bientôt.

Hassane Magued

 

Laisser une réponse