Côte d’Ivoire– Des éléments FRCI abattus, des armes de guerre emportés hier

0

Un assaut d’une rare violence, mené par un commando armé, à la « Cité perles grises », à Cocody-Vallon, a été fatal à deux éléments des Forces républicaines de Côte d’Ivoire ( Frci). Le drame s’est produit dans la nuit du mercredi 13 au jeudi 14 novembre 2013. Nos sources nous rapportent en effet que compte tenu de l’insécurité qui continue d’avoir la peau dure, le sieur I.S, entrepreneur de son état qui habite la « Cité perles grises », sollicite les Frci afin que soit assurée la garde de son domicile. C’est ainsi que Diabaté Sania et Ouattara Doh dit Bakary, de la «Compagnie Tracteur » des Frci, sont désignés par leur hiérarchie pour monter la garde au domicile de l’entrepreneur. Sûr de ce que sa sécurité est désormais bien assurée, I.S, son épouse M.C et leurs enfants dorment à présent sur leurs deux oreilles. Malheureusement, le cours des choses va changer dans la nuit du mercredi 13 au jeudi 14 novembre 2013. Précisément, aux alentours de 3h du matin, alors qu’une pluie mouille la ville. De fait, alors que son époux séjourne dans une ville de l’intérieur du pays, dame M. C est tirée de sommeil par de violents tirs à l’arme de guerre, à l’intérieur de sa cour. La fusillade, comme on l’a dit, est violente et s’estompe peu après. Mais que se passe-t-il ? C’est la question que se pose dame M.C tremblant de tous ses membres. Les secondes qui suivent, une puissante cognée est infligée à la porte de l’entrée principale de la maison. Visiblement, des individus sont en train de défoncer cette porte, dans le but d’avoir accès à l’intérieur de la maison. Et mieux, une voix depuis l’extérieur de la maison, avec autorité, somme la femme d’ouvrir immédiatement sa porte. Mais où sont les gardes ? Dame M.C jette alors un coup d’œil à travers une baie vitrée.

Là, elle aperçoit un commando fort de trois membres, tous armés de kalachnikovs et vêtus de pantalons treillis et de tee-shirts. Totalement morte de peur, vu qu’elle n’aperçoit pas les deux membres de sa garde, dame M.C secoue ses enfants qu’elle réveille. Et avec ses mômes, eux aussi apeurés, elle se barricade dans sa chambre. Ils sont blottis les uns dans les bras des autres et disent des prières. Car en pareille circonstance, seul Dieu peut tirer d’affaire. C’est à ce moment encore, qu’une violente rafale à l’arme automatique, vient bousiller la grille de protection de la porte. Porte qui est ensuite défoncée par les assaillants qui pénètrent aisément dans la maison où ils débusquent la maîtresse des lieux et ses enfants. Et celui qui semble être le chef de ce commando, lance avec mépris à dame M.C : « Nous avons tué tes Frci là ! ». Puis, les quidams qui, fort heureusement, épargnent la vie à la petite famille, s’emparent de bijoux dont certains en or, de téléphones-portables et d’une importante somme d’argent. Et ils décampent. C’est donc après le départ des quidams qui au passage, emportent les kalachnikovs des deux éléments des Frci, que dame M.C et ses enfants sortent de la chambre. Et une fois dans la cour, ils découvrent le corps sans vie et en sang, de l’un des gardes. A savoir, Diabaté Sania. Le second, Ouattara Doh dit Bakary, grièvement atteint par balles également, très mal en point, gît dans une mare de sang. A la vue du sang et du corps sans vie, l’infortunée mère de famille et ses gosses quittent la maison et vont se réfugier chez des voisins. Les éléments du commissariat de police du 30ème arrondissement informés, débarquent sur les lieux avec un important contingent d’éléments des Frci. Le constat effectué, le soldat Ouattara Doh blessé, est évacué à l’Hôpital militaire d’Abidjan ( Hma). Hélas, il y succombe à ses graves blessures. Son corps est alors transféré à la morgue du même hôpital.

Par Kikié Abou Nazaire

Soir Info

Laisser une réponse