Congo. Le journaliste Guy Milex M’BONZ enlevé par les militaires de Sassou N’guesso

0

Guy Milex M’BONZI, le directeur de publication de l’hebdomadaire congolais « La Voix du Peuple » , a été enlevé tôt le matin du 28 septembre 2012, vers 5h45mn, par les éléments de Jean François NDENGUET, le Directeur Général de la Police congolaise.

Sans mandat d’amener ni ordre de perquisition, les sbires de Jean François NDENGUET ont fouillé de fond en comble le domicile de Guy Milex M’BONZI, et ont emporté des ordinateurs de son journal. Emmené Manu militari et conduit au commissariat central, le directeur de publication du journal « La Voix du Peuple » y a été interrogé sur ses liens supposés avec les politiques du pouvoir de Brazzaville, ainsi que sur ceux qui l’alimentent en ressources financières et en informations pour « dire la vérité crue au peuple congolais ».

Selon les témoignages recueillis de bonne source, Jean François NDENGUET et son Mentor Jean Dominique OKEMBA, soupçonnent « La voix du Peuple » de rouler pour les Généraux Pierre OBA, Blaise ADOUA et pour le colonel NTSOUROU Marcel . Une accusation que rejette Guy Milex MBONZI, reconnu par bon nombre de confrères comme impartial dans le traitement de l’information .

Suspendu en son temps par le conseil supérieur de la liberté de communication, qui travaillait et punissait les médias dans l’illégalité, du fait de l’expiration depuis plusieurs années des deux mandats sur lesquels cet organe constitutionnel tire sa légitimité, « La voix du Peuple » a dû soumettre une requête en annulation auprès de la cour suprême pour dénoncer le caractère illégal de cette suspension.

Une brèche sur laquelle monsieur Philippe MVOUO, le nouveau président de CSLC nommé il y a peu par Denis SASSOU NGUESSO, et son frère de la grande loge maçonnique du Congo fondent leur acharnement pour faire taire à jamais l’un des organes qui refuse de jouer le rôle d’encensoir du régime de Brazzaville dévolu au journal « Les dépêches de Brazzaville » de Jean Paul PIGASSE.

Ce qui est à craindre est que Guy Milex M’BONZI s’expose aux tortures de tous genres, sur commande de Jean François NDENGUET, un officier dont les mains sont teintées du sang des victimes de l’affaire des disparus du Beach, encore pendante devant les juridictions françaises.

Ce tortionnaire qui joue au fou du roi de Brazzaville est propriétaire du PSP de Ouénzé Manzaza où il enferme qui il veut quand il veut ; il possède plusieurs cachots à son domicile de M’pila. Jean François NDENGUET aurait rassuré Jean Dominique OKEMBA et Philippe MVOUO de faire de ce petit Bacongo, un bon méchoui à croquer pendant ce week-end end.

Empoisonnement ou exécution ? Vigilance. Le but en fait est de faire taire tous ceux qui peuvent contrecarrer les dérives dictatoriales du pouvoir de Brazzaville, si proche de faire modifier la constitution du 20 janvier 2002 pour permettre à papa Sassou de rempiler à la fin de son ultime mandat en 2016.

Correspondance particulière

 

Laisser une réponse