Communiqué de Presse: Menaces sur les opposants au Togo

0

Depuis le début de la campagne électorale, la Coalition des Mouvements Anti-Faure (CMAF-Togo) a noté un certain nombre d’incidents qui trahissent l’intention du RPT au pouvoir d’organiser un énième holdup électoral et d’assoir une dynastie illégitime sur les cadavres des centaines de Togolais.
Dans la préfecture de Tchaoudjo, deux anciens ministres du RPT, notamment le General Seyi Memene et Mr. Foli-Bazi Katari, en campagne pour le compte du candidat-président Faure Gnassingbé, ont proféré des menaces de mort à l’encontre des représentants locaux du FRAC, des chefs de village et des populations de cette préfecture si leur candidat venait à perdre le 4 Mars dans cette préfecture. Mr. Foli-Bazi, en quête de visibilité au sein du RPT qui l’a mis au garage, a déclaré dans une presse locale que le RPT et l’armée prendront le pouvoir par la force quelque soit le résultat des élections et qu’il n’y a pas lieu de rêver à une arrivée de l’opposition togolaise au pouvoir.

On se souvient qu’en 2005, à la veille des élections présidentielles, le même Foli-Bazi, alors Ministre de l’Intérieur par intérim avait proféré des menaces similaires à l’endroit des populations de Tchaoudjo. A l’issu du scrutin, il avait mis ses menaces à exécution en faisant fusiller deux jeunes militants de l’UFC dans le quartier de Salimdé à 100 mètres de sa résidence, avant de faire saccager les domiciles des leaders d’opposition. La récidive planifiée de ce RPTiste au zèle incommensurable est la conséquence de l’impunité qui règne encore sur les crimes de 2005 et il s’avère aujourd’hui urgent de dénoncer ce genre de complots.

Dans la préfecture de la Kozah et de Doufelgou, des militaires en civil identifiés comme éléments du Régiment Parachutiste Commando (RPC) à la solde du Lieutenant-colonel Yao Kpelenga perturbent les meetings et réunions du FRAC et brutalisent à leur gré les leaders locaux du FRAC.

Dans la préfecture de l’Ogou, le Major Kouloum a recruté et armé des milices à sa solde qui se réunissent et s’entrainent dans sa maison à Atakpamé en préparation pour la confiscation des urnes et des résultats le 4 Mars prochain.

A cela s’ajoutent les menaces proférées par le ministre Titikpina et le colonel Yark Damehane à l’encontre du Mouvement Citoyen pour l’Alternance (MCA). Ces menaces furent réitérées par le président-candidat Faure Gnassingbé en personne au cours de sa campagne dans la préfecture de l’Ogou où il a déclaré qu’il « ne peut accepter qu’un mouvement ait pour slogan l’Alternance ou la Mort » et que « rien ne vaut la vie d’un Togolais, même l’alternance ». Cette déclaration trahit les intentions réelles du candidat Faure Gnassingbé et de ses acolytes à pérenniser une dynastie sanguinaire.

La Section Américaine de CMAF-Togo a saisi ce jour le Bureau du Procureur de la Cour Pénale International (CPI), la Fédération Internationale des Ligues Internationale des Droits de l’Homme (FIDH), le International Crisis Group (ICG), Human Right Watch et Amnesty International sur les risques de violations massives des droits humains que prépare le RPT et son candidat et a lancé par ailleurs un appel aux observateurs de l’élection du 4 mars ainsi qu’aux amis du Togo afin qu’ils se déploient massivement dans ces régions à risque.

Les menaces qui planent sur les représentants du FRAC de Cinkassé à Lomé, confirment que le RPT n’est pas prêt à organiser une élection pacifique au Togo comme le prêche son président-candidat dans les medias. La mobilisation des populations en faveur du FRAC est le témoignage de l’adhésion des populations au changement incarné par le candidat Fabre et le rejet d’un système d’ère du Cro-Magnon qui n’a jamais œuvré pour le bien-être du peuple togolais.

CMAF-Togo appelle les populations togolaises à la résistance et les encourage à continuer d’être constamment mobilisées et de se battre aux cotés du FRAC pour que triomphe la vérité des urnes le 4 Mars 2010.

N’AYONS PLUS PEUR, RIEN NE SERA PLUS COMME AVANT !!!

Fait à Lomé le 28 Février 2010

Pour CMAF-Togo,

Le Porte Parole,
Moussa Issifou
[email protected]
Coalition des Mouvements Anti-Faure

Laisser une réponse