Combien sont-ils dans la masse silencieuse à profiter du fait qu’un fils Gnassingbé soit au pouvoir ?

0

« En attendant le vote des bêtes sauvages, tel  est le titre évocateur d’un livre publié entre-temps par Ahamadou KOUROUMA. A bien des égards, le titre de cette œuvre cadre avec la réalité togolaise surtout en ce qui concerne le RPT parti au pouvoir.Voilà un parti qui a toujours cru que le pouvoir d’Etat est sa propriété privée et personnelle et que ni personne ni aucun autre parti ne peut l’en priver.

Mais là où le bât blesse, c’est quand le régime RPT qui est constitué de castes bien structurées prend les autres pour des imbéciles, des idiots malléables et corvéables à merci. Cet article s’adresse ainsi bien aux soi-disant militants et sympathisants du RPT, ceux-là qui se sont toujours donné corps et âme pour que cette formation dirige toujours le Togo mais, qui au finish ne récoltent que des miettes et rien que ça. Nous voilà à nouveau en période de campagne électorale. Beaucoup d’anonymes miséreux sont au front pour permettre au candidat du RPT de passer pour un second mandat. Que ceux qui pensent que nous racontons de n’importe quoi à travers ces lignes, ouvrent grandement leurs yeux pour voir la suite si le candidat dudit parti passait après le 04 mars prochain.

Nous nous fondons uniquement sur des données vérifiables par tout le monde. En tout cas, personne d’entre les misérables anonymes qui parcourent les artères des villes et hameaux les plus reculés du pays pour convaincre les uns et les autres de voter pour Faure n’aura rien comme changement dans sa vie après le 04 mars. Tous ces gens animés d’une bonne volonté retourneront d’où ils viennent pour refaire face à leurs pauvres et miséreuses conditions. Les ministres, DG, fonctionnaires et autres personnes qui pourront tirer profit de la probable réélection de Faure, ce sont las amis, copains, copines, proches parents. Ici,  les intelligences et autres savoirs ne comptent pas ; ce qui a de l’importance, c’est la chance que l’on peut avoir d’être né sous la bonne étoile (c’est-à-dire avoir un patronyme tel Gnassingbé, Walla, Edjéou, Bonfoh,Barry,…) ou être proche d’un haut placé dans le sérail. Sans ça, l’on est foutu à jamais. Les concours dans la Fonction Publique, recrutements au sein de l’armée, la police ou la gendarmerie, tu es persona non grata. Les sociétés du genre Togotélécom, Togocel, TdE, SNPT, LONATO, CNSS, n’en parlons pas. Elles sont la chasse gardée de certains privilégiés bien connus au pays. Il y a des noms qui ne passent pas dans ces sociétés, sauf si tu prends sur toi de changer de patronyme avec tous les risques que cela comporte.

Combien sont-ils dans la masse silencieuse à profiter du fait qu’un fils Gnassingbé soit au pouvoir ? A part les miettes et autres pacotilles achetées à vil prix que la minorité rusée composée de ceux que tout le monde au Togo connaît, balance de temps à autre aux uns et aux autres pour les flouer, quel changement substantiel connaît la fameuse « majorité silencieuse » dans sa vie. De toutes les façons, à chacun de voir ce qu’il gagne concrètement dans toute cette affaire.

Ahmed Bamba Lynx-info

Laisser une réponse