Togo. Ces Togolais qui n’ont plus droit à une vie privée !

0

Ils sont ministres, hommes d’affaires ou parfois collaborateurs très proche du chef de l’état…donc de Faure Gnassingbé. Leur seul tort : défendre une philosophie qui n’est pas conforme à un certain groupe de Togolais. Et pourtant, la démocratie que nous voulons de tous nos vœux à pour première dure réalité, l’acceptation de l’autre dans sa différence. Bona Ketewili, lui, parle de « Différences positives ». Alors que nous sommes prêts  à tirer sur le groupuscule qui nous dirige d’une main de fer, il est parfois dure d’accepter que dans nos rangs [opposition, ndlr] on a pas encore tous les reflexes qui prouvent que nous pouvions faire mieux si nous étions à la place de ceux que nous combattons. La haine tient tellement une morbide première place qu’on en vient à se demander quelle république voulons-nous bâtir quand ministres, hommes d’affaires ou citoyens togolais lambda n’ont plus droit aux droits les plus élémentaires comme, ceux de la protection de leur vie privée. Ainsi, on a crée sur le tas, des sites web pour salir l’image du Togolais qui n’a plus de civisme, de tolérance. Le Togolais est perçu désormais comme un être incapable de penser, de tenir un raisonnement correct, cohérent  et convainquant. Sinon, que gagnons-nous à traiter des compatriotes qui mènent une vie privée paisible de « putes de la république » fussent t-ils ministres ou amis de Faure Gnassingbé quand ceci ne nous fraye pas le chemin vers le pouvoir ? Certains ont même, faute de pouvoir gérer un site web couteux transformé leurs propres blogs en outil de propagande; à la limite proche de celui de Goebbels sous le régime nazi en Allemagne. Journalistes comme libres penseurs sont devenus de véritables godillots au service de politiciens et d’hommes d’affaires obscurs. Ici, on peut déverser sur la face du monde tous les ingrédients qui rabaissent le Togo et le dépouille de ses valeurs de pays tolérant.

Hier, c’était l’homme d’affaires Victor Sossou qui en avait fait les frais. Son seul tort, avoir visité sa fille aux Etats-Unis. Une photo entre père et fille se retrouvera en première ligne des pages web et du réseau Face book. Rapidement, des thuriféraires ont relayé l’information avec les commentaires qu’il faut : l’homme d’affaires serait recherché par les services secrets américains. La CIA serait sur ses ergots… Sa « capturation » si nous reprenons ce mot très  cher de Kandia Camara, ministre de l’éducation d’Alassane Ouattara serait imminente. En France la DGSE se préparerait à lui mettre la main dessus et tutti quanti. L’homme d’affaires  est traîner dans la boue au point que de farfelus nous poussent à mettre les yeux du Lynx. Résultat final de nos investiguions : il y avait plus de jaloux tout autour de l’homme que de citoyens qui avaient l’amour de la patrie. Fin de partie !

Comme si cela ne suffisait pas, depuis quelques jours, c’est Gilbert Bawara, actuel ministre de l’Administration du Territoire et des Collectivités Locales qui fait les frais d’un buzz de mauvais goût. Une photo du ministre avec une beauté togolaise est publiée encore sur le réseau social Face book. Mark Zukenberg, le génie et géniteur de Face book a crée son machin pour qu’il soit utile. N’allez pas demander aux Africains et surtout aux Togolais de l’utiliser pour de bonnes initiatives, de fins utiles … Et pourtant. Le plus révoltant est que, la beauté ; et il faut le reconnaitre est traité de « prostituée ». Question ? Qui a  désormais le titre de prostituée Togo et qui ne l’a pas ? Faute de réponse, on ne trouvera jamais qui se cache derrière cette sale manœuvre qui ne fait pas avancer le Togo.  On nous dira encore d’avoir des connections très « Faure » avec le ministre qui renflouerait nos comptes avec des billets de banques. Si tel devait être le prochain fouet préparé pour nous empêcher de quitter le journalisme sensationnel, avec honneur et humilité, nous dirons, que Gilbert Bawara est Togolais et à raison d’avoir une vie privée que tout togolais devrait respecter. Le pire de cette ignorance à s’attaquer à la vie privée des hommes  proche de Faure plutôt qu’à leurs œuvres sur le terrain, est que, quand l’opposition perd son temps dans ce sensationnel, ce dernier et ses mousquetaires liment leurs épées pour leurs prochaines cibles. Si on se mettait au travail pour un journalisme professionnel, il est clair que nous démontrerions au monde entier que Gilbert Bawara, ministre de Faure a autant de lacunes comme tout bon serviteur qui coopère et travaille avec un tyran. Actuellement, les histoires de fesses semblent être bien nos préoccupations….bien sûr quand  Faure, Gilbert et comparses  eux, ils avancent !

Camus Ali Lynx.info

Laisser une réponse