Ces locales qui n’arrivent pas toujours et qui font perdre des milliards de F CFA aux collectivités au Togo!

0

Gilbert Bawara, ministre de l’Administration du Territoire et des Collectivités Locales à la barre. Lui qui est allé soulever tout un député français pour venir nous apprendre ce que nous connaissons déjà sur la démocratie participative. Les dernières élections locales au Togo remontent à l’an 1987, soit 26 ans en 2013. Jusque-là, les collectivités locales qui n’ont plus connu d’élus sont gérés par des délégations spéciales. Des machins qui ne roulent que pour eux-mêmes et ceux qui les ont mis là-bas ce, au détriment des collectivités et autres structures déconcentrées. Tout semble indiquer que, le système RPT hier avec Gnassingbé père et aujourd’hui UNIR avec le fils n’organisera les locales que lorsqu’il sera assuré de les remporter. Depuis, les municipalités, préfectures et régions sont orphelines d’élus et sevrées de financements des partenaires intérieurs et extérieurs.

Pour ceux qui l’ignorent, les délégations spéciales font perdre des milliards de F CFA par an aux collectivités locales. Elles ne sont comptables devant personne. Les populations n’en veulent pas du tout et les partenaires en développement s’en méfient comme d’une peste. Parlant des partenaires intérieurs et extérieurs, il faut signaler que tous sans exception ont fermé leurs robinets attendant la mise en place d’élus beaucoup plus comptables et crédibles pour les ouvrir à nouveau. En clair donc, les locales viendront délivrer les municipalités, préfectures et régions des griffes des démons noirs des délégations spéciales. En 2011,  le pouvoir de Lomé annonce son intention d’organiser les locales. Les Togolais se frottent les mains mais patatras, le même pouvoir se rétracte pour repousser ces échéances aux calendes grecques. Mais pourquoi les locales tardent-elles à venir ?

Des sources proches du pouvoir de Lomé, il ne reste que quelques petits réglages pour que les locales soient organisées. Des réglages qui portent sur la logistique et les moyens financiers. Ce que rejettent en bloc les opposants qui croient dur comme fer que le pouvoir mijote encore un plan de fraudes en vue de faire élire ses hommes.

En tout cas, à l’heure qu’il est au Togo, seuls Faure et ses potes savent avec exactitude la date de ces élections locales qui n’arrivent pas toujours et qui font perdre des milliards de F CFA aux collectivités et autres structures déconcentrées.

En effet, les populations sont fatiguées des délégations spéciales plus portées sur la mauvaise gestion et la corruption car se sachant non comptables. De toutes les façons, ces délégations spéciales créées de toutes pièces par le régime en place n’ont fait que ruiner les collectivités et structures déconcentrées. Une opacité indescriptible entoure leur gestion. Tout ce que l’on sait, c’est qu’elles se sont enrichies comme il n’est pas permis et ce, au grand dam des collectivités obligées de se contenter des miettes converties en bâtiments scolaires et hangars de marchés. Sur ce plan, le cas le plus frappant est celui de Lomé, la plus grande agglomération du pays, 1,3 million d’habitants pour un budget d’environ 3 milliards de F CFA. La commune de Lomé a baigné pendant deux décennies dans les eaux troubles et opaques. Entre-temps, un certain Amouzouvi Akakpo enseignant au département d’Histoire de l’université du Bénin aujourd’hui université de Lomé était aux affaires à la municipalité de la capitale togolaise et en avait profité pour s’en mettre plein les poches. Il avait été éclaboussé et son image écornée dans une affaire de détournement mise à jour par la commission nationale de lutte contre la corruption et le sabotage économique dirigée par Folivi Assiongbon à l’époque également secrétaire général de la présidence. Après le « maire » Amouzouvi Akakpo, une délégation spéciale placée sous la houlette de son vice-président Aouissi Lodé (le président Koffi BAËTA qui vient de décéder était frappé par une maladie qui l’avait cloué au lit) est arrivée avec sa manière particulière de gérer. Une gestion qui a causé des dégâts financiers importants au point que Faure en soit amené à faire appel au contre-amiral Fogan Adégnon déjà lourdement chargé avec ses bagages mouillés du port autonome de Lomé. Fogan Adégnon a été sollicité pour mettre de l’ordre à la mairie de Lomé où beaucoup de grilleurs d’arachide ont élu domicile mais à l’heure du bilan à mi-parcours de la gestion du contre-amiral sans bâtiment de guerre, il faut souligner que peu de choses ont changé. Le décor est resté le même. Du cas de la délégation spéciale de la commune de Lomé à celui de la préfecture de la même localité, le pas est très vite franchi.

À la délégation spéciale de la préfecture du Golfe où officie le sieur Aboka Kossi Agbényiga, président de la délégation spéciale le même scénario se déroule à quelques petites exceptions près. L’occupant des lieux Aboka s’occupe plutôt de remplir ses poches que de veiller au développement de la préfecture. Ancien enseignant d’Anglais au lycée d’Agbalépdogan à Lomé, Aboka a débarqué à la préfecture du Golfe en 2002 à la faveur de la nomination des délégations spéciales pour diriger les conseils de préfectures en attendant les locales. Aujourd’hui, Aboka Kossi Agbényiga est devenu riche en se livrant aux trafics de tout genre. Des timbres parallèles au circuit de lotissements de terrains en passant par l’extraction de sable, il n’y a aucun domaine dans la préfecture du Golfe où les mains du sieur Aboka Kossi Agbényiga et ses réseaux ne passent et repassent. Surchargé, Aboka s’est résolu à confier certaines de ses affaires à sa femme artiste de la chanson Déla Délali. Il en a tellement fait qu’il a fini par susciter le courroux du préfet Mélébou Koffi du Golfe qui l’accuse d’outrepasser ses prérogatives et de chasser dans son pré. Le conflit reste toujours ouvert entre les deux.

Un peu partout sur toute l’étendue du territoire, la même situation prévaut. Les délégués spéciaux se préoccupent de se remplir les poches que d’œuvrer pour le bien des collectivités dont ils ont la charge. Quant aux partenaires, ils ont à plusieurs reprises signifié à Lomé que, sans les locales, ils ne vont pas mettre la main au portefeuille. Comme on peut le constater, seules les locales viendront sauver les collectivités. Mais le problème, c’est quand auront-elles exactement lieu ?

Pâ Tamba Lynx.info

Laisser une réponse