Ces 30 millions de Faure qui saoulent Dimas Dzikodo

0

 

Connaître qui est qui est une question de temps au Togo. Il se prenait pour le plus intègre et le plus inflexible des journalistes togolais. Mais les sirènes du pouvoir de Faure ont fini par avoir raison de lui. Jean Baptiste DZILAN alias Dimas Dzikodo, directeur de publication du quotidien privé Forum de la Semaine a désormais ses deux mains dans la marmite bouillante de Faure. Avant la présidentielle du 04 mars dernier, Dimas Dzikodo a été  gratifié d’une rondelette somme de 30 millions de F CFA pour  faire baisser d’un cran la tension de son côté et regarder si possible  en quelque sorte dans la même direction que Faure et ses affidés. Sans compter ce qu’il reçoit de temps à autre de Pascal Bodjona, la mallette ambulante du régime. Du coup, le plumitif Dimas a oublié son ami Kpatcha qui le lui rendait bien chez lui à Kégué avec des sachets pleins de billets craquants.  Il ne charge plus Faure et ses potes. Oh non,  le cas Kpatcha est devenu le cadet de ses soucis. Le nouveau riche Dimas pousse ainsi la grosse tête allant jusqu’à chanter des bêtises à ses collaborateurs,  notamment Blaise Sallah, son rédacteur en chef le monsieur à tout faire du canard Forum de la Semaine, Ferdinand Ayité aujourd’hui directeur de publication du journal L’Alternative, Maxime Domegni, Edem Assignon. Perdant les pédales, il  change de fond en comble sa ligne éditoriale et fait souvent des clins d’œil au pouvoir. Comme quoi, la bouche qui mange ne parle pas. Pour le Lynx, Dimas peut rouler pour qui il veut. Il peut rouler la mécanique comme les togolais de son acabit savent le faire: pleurnicher d’être innocent dans la main droite et dans la main gauche, rassembler tous les ingrédients pour meurtrir le peuple, c’est ce que nous dénonçons. Aussi, ameuter certains confrères dans sa cause et tirer à  boulets rouge sur un Jean-Pierre Fabre et de pauvres protestants traiter subitement de voyous à ses yeux qui veulent sa peau et jouer à la victime après comme Dimas le fait, c’est ce que nous refusons. Aussi, le journaliste a compris. Pour monter sa valeur devant les Gnassingbé, il faut beaucoup crier, il faut beaucoup se faire la victime de la victime de l’opposition et au final, ce baromètre tenu secret par les Gnassingbé de père en fils peut aisément fixer votre prix. Au demeurant, la sale guerre mener par Dimas à Lucien Messan et son « Combat du Peuple »  n’était qu’une lutte pour évincer le « Vieux » Messan aux côtés du clan. Dimas, c’est la bouche qui est ouverte pour toutes les soupes !

Avant lui, il y a eu les Messan Lucien du journal Combat du Peuple, Holonou Hounkpati de Carrefour. Concernant Messan Lucien, celui-ci s’est beaucoup gavé dans les mains de feu Eyadema qui lui donnait des centaines de millions.  C’est d’ailleurs avec ses sous que le vieux Messan a pu se taper une imposante demeure dans son Avévé natal (préfecture des Lacs). Une bâtisse que des manifestants en colère ont voulu saccager en 2005 après l’élection catastrophique de Faure.

Holonou Hounkpati quant à lui en a suffisamment reçu du défunt général avec son association ATEPP entendue Association Togolaise des Editeurs de Presse Privée dite proche de l’opposition. Malin comme un lièvre, ce monsieur prenait soin de manger des deux côtés, du pouvoir et de l’opposition  tout en faisant croire à ses amis opposants qu’il ne travaillait qu’avec eux et eux seuls.

Aujourd’hui, ces deux larbins de la presse togolaise ne sont plus que l’ombre d’eux-mêmes. Leurs canards, Combat du Peuple et Le Carrefour n’ont plus de crédibilité aux yeux des Togolais. Les deux journaux ne paraissent plus qu’au gré des humeurs de leurs géniteurs respectifs.

Dimas Dzikodo, le nouvel initié de la secte devrait s’inspirer de ces deux cas pour savoir raison garder. L’on peut toutefois manger sans pousser la grosse tête au point d’avoir du mépris pour ses collaborateurs avec lesquels l’on a traversé les moments difficiles. La vie nous réserve toujours des surprises et lui Dimas n’en est pas à l’abri.
Que Dimas sache enfin qu’une fois que le pouvoir aurait fini de l’utiliser, il va le jeter à la poubelle comme un déchet puant et inutile. D’autres avant lui ont vécu le même sort et ce n’est pas lui Dimas qui changera quoique ce soit à la donne.

Et au Lynx personne ne sera plus à  l’abri de nos feux si il veut jouer le rôle du bon journaliste, du bon ministre, du bon directeur de société  et en sous mains torpiller le peuple. Ce peuple à Dimas aussi….

Igomzikpé Malika Lynx.info

Laisser une réponse