Côte d’Ivoire. C’est notre histoire : « Ils ont regardé sa carte d’identité et l’ont abattu »

0

Il faut que les victimes soient reconnues comme victimes, les bourreaux soient jugés et condamnés

Il y a quatre ans, Duekoué. Un massacre parmi tant d’autres. Des exactions de toutes sortes ont été commises partout en Côte d’Ivoire. Les victimes se comptent parmi les pro ceci, les pro cela, mais surtout parmi des personnes (enfants, femmes, hommes, jeunes vieux, handicapés) qui n’avaient aucun camp et dont les crimes se résument à avoir été aux mauvais endroits aux mauvais moments, à avoir porté le mauvais t-shirt, avoir eu la mauvaise consonance de patronyme, la mauvaise religion. Des années plus tard, les bourreaux ne sont toujours pas jugés, les victimes n’ont toujours obtenu ni justice, ni réparation, les gouvernants pratiquent la vengeance justicière et une classe politique irresponsable ose réclamer l’amnistie générale…

LIDER s’offusque de ces comportements et revendications, obscènes au regard de la souffrance et de la désolation que ces personnels politiques ont infligées aux populations, sans avoir à en subir eux-mêmes les conséquences. LIDER s’oppose fermement à toute impunité ou à une quelconque amnistie. Il faut que cela cesse. Il faut que les victimes soient reconnues comme victimes, les bourreaux soient jugés et condamnés, et que tout le monde comprenne que lorsque l’on commet des crimes, en période électorale, il y a des conséquences lourdes à la clé.

En ce jour de triste anniversaire, et à la veille de nouvelles élections que le gouvernement s’entête à vouloir organiser dans des conditions qui annoncent d’ores et déjà des violences plus meurtrières qu’en 2010, nous invitons l’opinion à (re)lire le rapport d’Amnesty International sur les violences post-électorales commises sur tout le territoire à l’issue de la dernière présidentielle, qui porte le titre suffocant: «Ils ont regardé sa carte d’identité et l’ont abattu». Nous espérons que cela nous fera prendre conscience, individuellement et collectivement, de l’urgente nécessité qu’il y a à tirer les leçons du passé, à mettre en place les conditions de scrutins démocratiques et transparents et à adopter des comportements responsables, empreints de savoir vivre.

Lisez ici le rapport d’amnesty

LIDER News | 

Laisser une réponse