Bassirou Ayeva: Il recadre Agbéyomé Kodjo

0

 

Comme si le livre La  Lettre à Rissa de l’écrivain et journaliste Bassirou Ayeva où il décrit le drame de Fréau Jardin et la discussion houleuse qu’il a eu avec l’ex ministre de l’intérieur ne suffisait pas, le natif de Sokodé est revenu encore pour éclairer les uns et les autres et cette fois de vive voix sur ce qu’il sait de Fréau Jardin. Très remonté contre Agbeyomé Kodjo l’homme ne va pas des quatre chemins : “Lorsque nous avions appris que la manifestation allait être attaquée, je me suis permis d’aller voir M. Agbéyomé au cabinet avec deux membres du MO5. « Monsieur le Ministre, nous avons appris que le meeting sera attaqué, est-ce que vous pouvez nous aider pour empêcher cette agression ? » lui dis-je. Et je me souviens très bien que M. Agbéyomé s’est levé et il a fait le tour de son beau bureau, et il nous a répondu que « Si vous l’avez appris, donc annulez votre manifestation ? ! » « On ne peut pas annuler, c’est déjà planifié, on veut profiter de la visite des Ministres allemands et français pour montrer que la population est mobilisée pour le changement », lui avons-nous répondu. Finalement, on ne s’est pas entendu et on s’est séparé sur ce souhait de M. Agbéyomé de voir la manifestation être annulée Et quand je le lis, je ne comprends pas qu’il n’accepte, ne serait ce que sa responsabilité de n’avoir rien fait, pour empêcher le carnage ». Plus loin, le journaliste est encore plus clair ; « J’ai lu qu’on avait appris cela à 30 minutes de la manifestation. J’ai rigolé. Ce n’est pas possible. Il y avait, en fait, deux forces très opposées. D’un côté, le MO5 et ses jeunes. Et puis de l’autre, le HACAME, ETOMOG, etc. affiliés au RPT. Et parfois, des deux camps partaient des informations…. C’est plutôt vers 11 heures que nous sommes allés voir M. Agbéyomé au bureau et non 30 minutes avant. J’ai lu également Agbéyomé dire qu’il a été prévenir M. Gnininvi. Je ne prétends pas être dans la conscience de M. Gnininvi, mais je dis que je ne crois pas du tout. Il ne pouvait avoir péril sans que ce dernier ne me prévienne en tant que premier responsable du MO5, pour que je prévienne mes membres à mon tour ».

Un coup  de gueule qui aurait dû, sous d‘autres cieux, ameuté tous les connaisseurs du droit à commencer par les procureurs de la république et des juges indélicats. Mais ici, nous sommes au Togo. Et il y a une forme d‘impunité bétonnée pour les tueurs, les voleurs en col blanc et surtout quand on a servi le RPT, on détient tellement  de secrets pour aller en prison et inquiété les autres avec qui on a fait des forfaits sur la population. Ainsi, la formule est de faire fondre la vérité dans la nature. Sinon, comment comprendre que l‘armée grand partenaire de la barbarie togolaise ne se sente pas mêlée à une destruction totale du pays et aux tueries dont on dit chaque famille togolaise en compte au moins un mort?

Pis, tous les politiques ont magistralement déclinés toutes formes de responsabilité dans la tuerie de Fréau jardin. Du Pr. Léopold Gnininvi  qui savait tout et qui avait laisser entendre à Me Agboyibor peu avant la marche que « Ça va chauffer» ,personne ne veut jouer franc jeu.

C‘est ici, que le Lynx avait révélé toutes les faiblesses de cette commission bancale, dirigé par un prélat aux comportements flous. D‘autant plus que le prélat savait que sa commission ne pouvait pousser les uns et les autres à dire les vérités et faire une contrition, on se demande pourquoi, il a voulu jouer au jusqu‘au boutiste, au point même de venir en Europe et en Amérique se faire ridiculiser qu‘il voulait s‘entretenir avec une diaspora ignorée par son mentor Faure sur une  JUSTICE-VERITE- RECONCILIATION  aux élans d‘un jeu pour endormir le peuple togolais.

Et c‘est Faure qui est encore gagnant !

A la différence de son père, Faure n‘a pas besoin de faire beaucoup d‘efforts pour avoir ce qu‘il veut. Des pantins de tout acabit aux loubards de tout poils sont là pour sa cause. Et pour cause, là où il doit discuter avec son opposition pour sauver la république, il préfère envoyer ses seconds couteaux. En lançant une Commission Vérité Réconciliation, le métis kabyè-ewé savait que le retour de la manivelle sera à son avantage. Il a désormais Gilchist Olympio pour lui. Les médias sont aussi attentifs à son œuvre de bâtisseur. Jeune Afrique exulte et écrit:  « Faure est en passe de réussir“.

 Seul hic, tous ceux qui ont tué sont du côté de  du pouvoir, donc de Faure. Et faire une vérité réconciliation vraie, et sincère demande que Faure livre à la justice tous ses gros bras qui ont encore des mains dégoulinantes de sang de pauvres Togolais. C‘est comme demander à Alassane Ouattara de livrer son flingueur maison Guillaume Soro à la CPI. Et  Bassirou a raison de ne plus rien comprendre des menteries des seigneurs de guerre en col blanc qui ont ordonné qu‘on tue une centaine Togolais pour rien !

Taffa Biassi Lynx.info

Laisser une réponse