Arrêt sur info ! La CPP dit qu’elle est aussi implanté dans tout le Togo

0

« S’agissant des élections, la CPP est implantée sur toute l’étendue du territoire avec un programme de sociale démocratie mettant l’accent sur le bien être des populations. Nous avons choisi une démarche de construction du pays sans exclusive » martèle le colosse Francis Ekon que Me Ocanssey (paix à son âme) traitait au Benin devant une foule de Togolais hilares : « C’est l’homme le plus faux que j’ai vu dans ma vie ». Curieusement, celui que le patriarche Edem Kodjo a choisi pour animer son parti politique. Allez y comprendre !

Si on s’entient à ce que Faure a dit dans son discours de vœux de fin d’année, c’est qu’il y aura des élections législatives et locales au plus tard, fin du premier trimestre 2013. Et comme le Togo n’a toujours pas deux grands partis pour animerr la vie politique en s’alliant avec de petits partis, tout ce beau monde semble être populaire. Et pour cause. La CPP d’Edem Kodjo est populaire. Obuts d’Agbeyomé Kodjo est populaire, Le MCD de Me Mohammed Tchassona est populaire. Le Net de Gerry Taama est populaire. La CDPA, l’aïeul de tous les partis politiques du Pr. Leopold Gnininvi est aussi populaire même si la taille et le poids de tous ces foutoirs de partis ne font pas 2 % du corps électoral. Une anecdote raconte comment le jeune Justin Yagui, une fois dépêché à Dapaong par le Pr Gnininvi au nom de la CDPA s’était retrouvé devant un père de famille, sa femme et ses enfants qui étaient les seuls membres du parti. Passons.

C’est ici qu’on voit le hideux visage des hommes et femmes qui animent le paysage politique au Togo. Tous sont populaires au point qu’il est difficile de savoir pourquoi tous ces chefs de partis qui n’ont pas  un électorat de la taille d’un lycée se bandent les muscles pour faire peur au nouveau venu toutes les fois qu’il y a élection qui se pointe à l’horizon. Quand on connait l’histoire de l’UTD qui a fini par peinturer le parti par un autre sigle (CPP) pour les circonstances, on peut aisément dire que ; c’est une question de gros sous. En effet, être un parti « charnière » comme Edem Kodjo avait su donner le nom, donne une force financière qui peut faire des jaloux. Hier le RPT avait besoin de ces marabouts politiques pour brouiller les pistes avec l’UE. Apparemment Unir aussi en a toujours besoin de ces mêmes marabouts qui vendraient comme Edem Kodjo peuple, femmes et enfants pour ce fauteuil ô combien convoité de premier ministre. Même au prix de toutes les contorsions les plus abominables et les plus honteuses.

Bienvenue dans le Togo nouveau du prince Faure Gnassingbé !

 

Aniicet Mouatouari Lynx.info

 

Laisser une réponse