Croisements dangereux entre les Ouattara, Armajaro et AIG Fund

0

 

Armajaro: Cette société de négoce, dont les bureaux sont à Londres, mais dont le siège social est basé dans un paradis fiscal – les îles Vierges britanniques – est dirigée par Anthony Ward. L’an passé, ce négociant britannique a été l’un des principaux fournisseurs de cacao du groupe agroalimentaire américain ADM, une société présente en Côte d’Ivoire dont les intérêts sont très étroitement liés à ceux de Sifca, Sifca Coop et d’Anaproci Sa.

Armajaro dispose d’un agrément d’exportateur de cacao en Côte d’Ivoire depuis peu de temps.

La filiale ivoirienne d’Armajaro est associée avec Daniel Usher qui est un proche de Georges Ouegnin, lui-même ayant été l’interface entre Anthony Ward et Houphouët-Boigny lors de la guerre du cacao en 1988-1991.

Daniel Usher est également très proche d’Ali Anjani, un trader de sucre, proche de Victor Nembelissini qui assurait, à l’époque où il travaillait à Equator Bank ses financements. Daniel Usher et Victor Nembelissini sont très proches d’Alassane Ouattara et d’Yves Lamblin, même si les relations entre les deux hommes sont marquées par un violent antagonisme.

Au Ghana, Armajaro est dirigé par Steven White, un financier britannique expert de la gestion des fonds d’investissement spécialistes des matières premières sur les marchés à terme ainsi que des montages financiers mettant en jeu des sociétés financières off-shore.

L’essentiel des financements destinés aux mutins auraient transité par la branche ghanéenne d’Armajaro. Plusieurs transferts de fonds en provenance de Londres, de l’ordre de 1,250 million de dollars (820 millions de francs CFA) à chaque fois, ont été identifiés par les Services spécialisés, ces dernières semaines. Certains de ces transferts en liquide ont été opérés et convoyés entre Londres et Accra par Monsieur Maignan, un homme d’affaires français qui, dans un passé récent, était l’homme de confiance pour les opérations financières de plusieurs dirigeants du PDCI.

Armajaro a été fondée par les anciens de Phibro (Philip Brothers), il y a cinq ans. Armajaro, durant ces quatre dernières années, a été impliquée à plusieurs reprises dans des « étranglements de marché » sur le marché à terme de Londres en association avec plusieurs fonds de pensions (AIG Fund, Tiger Fund du financier américain Georges Soros un proche de Victor Nembelissini et d’Alassane Ouattara, African Managment Fund, un fond d’investissement diversifié opéré en partie par la banque sud-africaine Absa, dirigé par Paul Martin, un ami de Frank Kennedy d’Equator Bank et de Victor Nembelissini). Anthony Ward est le conseiller cacao de Mama Ndyaye d’AIG Fund.

Les fondateurs d’Armarajo ne sont pas des inconnus en Côte d’Ivoire.

Ils ont été des acteurs majeurs de la guerre du cacao en 1990.

A cette époque, pour limiter la sortie de cacao de Côte d’Ivoire, Anthony Ward et Derek Chambers n’avaient pas hésité à financer des troubles en pays Krou.

Anthony Ward ainsi que Derek Chambers disposent d’un réseau important de relations dans le monde politique ivoirien, notamment au PDCI, ainsi que des attaches avec plusieurs responsables du RDR. Ces liens étroits se sont noués lors de la guerre du cacao et se sont renforcés avec le règlement du dossier cacao qui opposait la Côte d’Ivoire à Phibro au début des années quatre-vingt-dix. Les deux hommes entretiennent d’étroites relations avec Georges Ouegnin, qui a été leur go-between avec les autorités politiques ivoiriennes de l’époque, et avec Daniel Usher, qu’ils ont financés (SICC) et avec lequel Anthony Ward s’est associé en début d’année pour installer Armajaro en Côte d’Ivoire.

Quelques années auparavant, ces mêmes traders, dans la même structure (Phibro) avaient activement participé au montage du volet financier du coup d’état contre Salvador Allende au Chili.

Cette participation, couplée aux positions de Phibro sur les marchés à terme du cuivre de Londres (LME) et de New York (Comex), avait permis à ces traders d’engranger une plus-value estimée à 14 milliards de dollars américains.

Avant d’être trader chez Phibro, Anthony Ward a appartenu au MI 5, le service secret britannique.

Certains des ex-traders métaux de Phibro ont été, à une époque récente, lourdement impliqués dans des opérations de déstabilisation dans l’ex-Zaïre, notamment pour le contrôle de la production de coltran, un alliage métallique stratégique. Cette participation a été mise en évidence dans un rapport des Nations-Unies sur le pillage des richesses minières du Congo démocratique. Une partie des financements pour ces opérations a transité par les banques sud-africaines Absa et Equator.

Plus récemment des membres de cette équipe de traders, dont certains ont rejoint le broker américain Refco, en association avec AIG Fund, ont participé à deux tentatives de déstabilisation du Président Hugo Chavez du Venezuela. Le motif étant, cette fois, le pétrole.

AIG Fund : Ce fond d’investissement de droit américain basé à New York, spécialiste des placements sur les marchés à terme de matières premières, est une filiale du premier assureur américain, AIG. Sa branche « fond d’investissement » sur les marchés de matières premières est dirigée par le sénégalais Mama Ndyaye.

Cet homme est très lié aux familles Diouf, (actionnaire indirect du groupe de négoce américain ADM, premier utilisateur mondial de cacao) et Wade, ainsi qu’à plusieurs personnalités ivoiriennes dont l’actuel directeur de la CAA, Victor Nembelissini, un proche d’Alassane Ouattara. C’est également un proche d’Yves Lamblin, le président du groupe Sifca, un groupe agro-alimentaire ivoirien très endetté (130 milliards de francs CFA, après intégration de la totalité des dettes des filiales), proche de la cessation de paiement.

Mama Ndyaye est également un proche du banquier français Jean-Luc Lecorre, directeur d’African Merchant Bank, principal créancier de Sifca, et membre actif du Club Jean Jaurès.

Ces trois dernières années, AIG Fund a participé en association avec Armajaro, à plusieurs opérations de déstabilisation sur les marchés à terme du cacao de New York et de Londres.

A la veille des attentats du Word Trade Center en septembre 2001, AIG Fund contrôlait plus de 150.000 tonnes de cacao en filière sur les marchés à terme. Ce cacao a été transféré à Armajaro entre novembre et décembre 2001.

L’attentat du World Trade Center ainsi que la chute du marché des actions depuis près d’un an ont entraîné de très lourdes pertes pour AIG Fund qui cherche depuis à rattraper ces moins-values par une participation intense sur les marchés à terme du cacao.

Le directeur Afrique de Armajero n’est autre que Loic  Follereau, le fils de Dominique Ouattara, actuelle première dame de Côte d’Ivoire.

Article envoyé au Lynx par un journaliste d’investigation

 

Laisser une réponse