Ali Coulibaly : N’ayez pas le complexe de colons…bombardez seulement !

0

 

L’Algérie a connu ses « pieds noirs ». La Côte d’Ivoire vient de connaître les leurs. Au menu de ces « pieds noirs ivoiriens », des civils de taille de la rébellion, tous membres affiliés à la filière Alassane Ouattara, Blaise Compaoré , Franc maçonnerie, Bolloré, Bouygues et la France. La rébellion du « petit gros », Guillaume Soro viendra habiller le décor. Dans l’ordre des fidèles parmi les fidèles du Boucher d’Abidjan, on peut retrouver le journaliste Aly Coulibaly. Mi- orateur, mi politique, mi- journaliste, mi-diplomate, ses sorties ont plus déçu mêmes les caciques et fanatiques du guerrier Dioula à cause de son incapacité à poser le problème et trouver la solution.  Comparé au Dr Ahouan Don Melo proche du président Laurent Gbagbo, c’est comme le jour et la nuit. Ambassadeur nommé  en pleine crise, c’est par la force brute et les bruits de bottes d’une certaine couche de fanatiques Dioulas qu’il s’assied en toute impunité et avec l’aval de la France comme représentant d’Alassane Ouattara à Paris. Désormais dans l’habit de porte-parole du gouverneur, il va vite se mettre au travail.  Là où on attendait qu’il lance des appels au calme, à la palabre africaine et à la paix, du haut de sa gueule, on est frappé par des appels aux massacres, aux bombardements. Le résultat de ces appels est encore dans les mémoires. Dans les nuits du 6 avril 2011, la France et ses chiens de guerre de Légion étrangère déversent pendant deux heures de temps des tonnes de bombes sur le camp d’Agban comme sur la présidence. Les morts se comptent par milliers, et  Sarkozy est pris de panique, tétanisé par les premières photos prises par satellites. Les politiques gaulois  tentent de calmer le carnage par des histoires à faire dormir debout de reddition. Gbagbo résiste tant bien que mal. Ali Coulibaly viendra enfoncer le clou : « N’ayez pas le complexe de colons,… bombardez seulement » . Sarkozy ne demandait pas mieux. A l’Elysée, on invente des histoires de sauver l’ambassadeur du Japon. Les Mig24 et les hélicoptères de guerre reprennent du service et tuent encore un bond nombre. Gbagbo tient le coup.  On ressort un autre alibi, qu’il faut sauver l’ambassadeur d’Israël. On profite pour jeter les derniers stocks de bombes comme de missiles, et au final, on fait encore des milliers de morts. Depuis, personne n’a plus jamais voulu  qu’on parle des «  pieds noirs ivoiriens », ceux-là qui ont aidé à décimer des Ivoiriens pour rien et par le seul gout et le simple souci de diriger la Côte d’ Ivoire au prix de 10.000 vies. Mme Dominique Alassane Ouattara avait lâché qu’ils viendront au pouvoir même au prix de 100.000 morts. La prophétie vient de se réaliser. Il ne restait qu’à se mordre les doigts quand l’ex- soldat  de la rébellion, Abdoulaye Traoré avertissait au monde entier le rôle de chaque « collabo » proche du Boucher : « Nous avons eu plusieurs réunions avec lui-même à Ouagadougou avant les attaques du 19 septembre 2002. Quelques fois, il nous faisait venir certains de ses émissaires. Il s’agit de Hamed Bakayoko, Amon Tanoh, Aly Coulibaly, Amadou Gon…”. Tout est dit!

Adolphe Hitler n’avait pas exterminé tout seul les juifs, il y eu ceux qu’on a appelé  « Die Helfer » entendez les Aideurs mieux les complices. Alassane Ouattara qui ne comprend rien à la vie humaine, a préféré  trucider ses propres frères. Ce n’est pour rien que le bourreau et ses aideurs ont fait un passage en revu le 11 mai 2011 sur ceux, qu’ils appellent désormais les « martyres », leurs martyres. Il paraît que les généraux s’écroulaient de remords l’un après l’autre après le constat de la folle journée dit des martyres où on voyait le bourreau triomphant faire les yeux clinquants à ses seigneurs de guerre. Comme pour dire « Bon boulot » les gars. Alassane ne rentrera pas dans l’histoire africaine. Il n’en a pas aussi apparemment besoin. Sinon, il n’aurait pas transformé un pays en boucherie pour un pouvoir d’une durée de cinq années. Je dis seulement cinq ans !

PS : « Pied noirs » : Traîtres algériens qui ont lutté aux côtés de la France contre les indépendantistes du Front National. En France, ces « pieds Noirs » sont aussi aux yeux des français, des citoyens de seconde zone.

Camus Ali Lynx.info

Laisser une réponse