Afrique. Immigrer et se dépigmenter la peau pour devenir blanc !

0

La dépigmentation pour certains hommes et femmes n’a apparemment pas de frontière. En tout cas, c’est l’un des constats fait dans la capitale française Paris et bien d’autres villes de ce pays. Des femmes et étonnamment (c’est selon) des hommes africains semblent trouver du plaisir à « brûler » leur peau, dans un environnement pourtant favorable à un changement naturel de celle-ci.

Déjà en 2009, les résultats d’une enquête réalisée en France, a révélé qu’environ 20 % des femmes et 5 % d’hommes d’origine afro-antillaise faisaient recours à des produits éclaircissants, bien que les effets soient nocifs pour la santé. Alors, avec une association d’unité de réflexion et d’action des communautés africaines, la mairie de Paris avait mené une campagne d’information et de sensibilisation sur les dangers de la dépigmentation.

Cinq ans après, le phénomène persiste et pire avec des hommes qui visiblement paraissent plus accros que les femmes. A-t-on encore besoin d’égrener les méfaits d’une pratique devenue depuis belle lurette une mode ? Sont-ils (elles) conscient (e) s des risques qu’ils encourent.

Ainsi, qu’ils soient en Afrique ou encore en Europe, les accros de la dépigmentation ne s’en lassent pas. Ils se « rincent » la peau pour avoir un teint clair, avec des produits et autres pommades éclaircissants en vente dans les boutiques dites exotiques.

A cet effet, le Château rouge, la Guillotière…. sont connus pour être un quartier de « Blacks » dans la capitale française. Et des boutiques cosmétiques sont effectivement ouvertes, offrant effectivement les pommades dont nous parlons à des prix pas comme on peut les acheter dans certains pays africains.

C’est assez cher ! Bien entendu ! Mais visiblement pas cher pour les adeptes et accros de la dépigmentation. Se dépigmenter pour avoir quoi ou pour ressembler à qui ? C’est toute la question.

Si dans certains pays en Afrique, des femmes justifient ces pratiques par le besoin de plaire aux hommes friands de femmes claires, quelles sont donc les raisons qui poussent les hommes à se dépigmenter même en Europe ? Et pour plaire à qui ? C’est une vieille habitude connue et ce n’est peut-être pas un mal en soit, puisqu’il s’agit d’un plaisir. Le plaisir d’avoir une peau claire, donc un joli teint. Un plaisir qui cependant, si l’on n’y prend garde, peut-être fatale.

Toujours est-il que, selon les dermatologues, les premières séquelles de la dépigmentation peuvent être gravissimes. Les détériorations majeures de l’épiderme, les acnés résistantes, les vergetures, les affinements extrêmes de la peau… sont les conséquences à court terme. A moyen terme, des risques d’hypertension, de diabète, voire la perte de la vue peuvent survenir.


Bassératou KINDO


L’Express du Faso

Laisser une réponse