A bas le coup d’Etat du Général DIENDERE au Burkina Faso ! [Le Parti des travailleurs]

0

Il appelle tout le peuple togolais et toutes les organisations qui parlent en son nom à se mobiliser pour…

Le jeudi 17 septembre 2015, alors qu’un processus électoral était engagé au Burkina Faso et devait se conclure au mois d’octobre par des élections législatives et présidentielle, survenait un coup d’Etat organisé par le Régiment de la Sécurité présidentielle (RSP), un corps d’élite naguère formé pour préserver le régime du dictateur Blaise COMPAORE qui avait été contraint à prendre la fuite par l’insurrection révolutionnaire victorieuse du peuple burkinabè des 30 et 31 octobre 2014.

Les exigences formulées par ce corps séditieux cantonné à Ouagadougou, qui a autoproclamé un pseudo « Conseil National pour la Démocratie (CND) », ne sont rien d’autre qu’une tentative de restauration du régime du dictateur COMPAORE car portent sur la dissolution des institutions mises en place à sa chute (présidence, gouvernement et conseil national de transition), l’arrêt du processus électoral engagé et la mise en place d’un nouveau gouvernement fantoche.
Le Parti des travailleurs du Togo dénonce et condamne avec la plus grande vigueur ce coup d’Etat qui est une tentative de contre-révolution d’autant plus sanglante qu’elle a d’ores et déjà occasionné plus d’une dizaine de morts après l’arrestation du président du gouvernement de transition Michel KAFANDO, du Premier ministre Isaac ZIDA et de ministres qui sont toujours en résidence surveillée malgré l’annonce de leur libération suite aux pressions nationales et internationales.

Le Parti des travailleurs du Togo salue et soutient la mobilisation populaire spontanée qui, à l’appel des organisations citoyennes dont le mouvement du Balai citoyen, des centrales syndicales et partis politiques, a immédiatement couvert toute l’étendue du Burkina Faso d’une puissante grève générale pour mettre en échec ce putsch. Tout comme pour l’insurrection victorieuse des 30/31 octobre 2014, il formule ses plus vœux sincères vœux de réussite à l’endroit de ce légitime mouvement de résistance qui est suivi avec une grande sympathie et attention sur tout le continent africain et dans le monde entier.

Le Parti des travailleurs tient tout particulièrement à dénoncer les pressions exercées par la mission des chefs d’Etat du Sénégal et du Bénin qui, au nom de la CEDEAO et des grandes puissances, s’est rendue au Burkina Faso en vue d’une « médiation » pour laquelle elle en vient à proposer la garantie d’une amnistie, c’est-à-dire une totale impunité au Général putschiste Gilbert DIENDERE. Car, comment peut-on ignorer que la situation actuelle résulte du même type de pressions naguère exercées sur les nouvelles institutions se mettant en place au lendemain de l’insurrection victorieuse d’octobre 2014 pour que soit maintenu en place le tristement célèbre Régiment de la sécurité présidentielle (RSP), soient préservées les institutions du régime de Blaise COMPAORE notamment son parti, le CDP, et que lui soit garantie une totale impunité ainsi qu’aux éléments de son RSP qui avaient massacré plus de 30 citoyens burkinabè innocents lors de l’insurrection ?

N’est-ce pas la suite logique de toutes ces pressions que nous voyons avec le putsch d’aujourd’hui si on a à l’esprit la mise en garde de cette grande figure de la révolution française de 1789 que fut St JUST qui disait : « Ceux qui font des révolutions à moitié se creusent des tombeaux ! » ? N’est-ce pas cette impunité, garantie à Blaise COMPAORE et son clan, qui a conduit au putsch que Gilbert DIENDERE a organisé le jour même où la famille de feu Thomas SANKARA – dont il serait l’assassin – devait avoir accès au dossier judiciaire après son autopsie, alors qu’il serait par ailleurs impliqué, outre l’assassinat de Norbert ZONGO, dans de sinistres trafics d’armes et autres entreprises de déstabilisation de nombre de pays d’Afrique de l’Ouest ?

C’est pourquoi, estimant impérieux de mettre fin à la latitude laissée à Blaise COMPAORE et autre Gilbert DIENDERE de continuer à fomenter la déstabilisation du Burkina Faso et des pays de notre sous-région, le Parti des travailleurs exige qu’ils soient arrêtés, avec tous leurs semblables, et mis à la disposition du peuple burkinabè pour répondre de leurs crimes.
Le Parti des travailleurs tient enfin à mettre en garde le régime du génocidaire Faure Essozimna GNASSINGBE contre toute velléité d’envoi de soldats togolais au Burkina Faso comme jadis pour qu’ils y participent, aux côtés du RSP, à la répression sanglante de la mobilisation du peuple burkinabè contre le putsch du couple DIENDERE-COMPAORE !
Il appelle tout le peuple togolais et toutes les organisations qui parlent en son nom à se mobiliser pour exiger :

— A bas le putsch de Gilbert DIENDERE-Blaise COMPAORE !
— Libération inconditionnelle, immédiate et effective de tous les responsables arrêtés !
— Bas les pattes devant la révolution du peuple burkinabè ! Respect de la souveraineté et de la démocratie !
— Non à l’impunité : arrestation et jugement des putschistes et coupables de crimes contre le peuple burkinabè !

Lomé, le 19 septembre 2015
Pour le Parti des travailleurs,
Le Secrétaire chargé de la coordination

Claude AMEGANVI

{fcomment}

 

Laisser une réponse