5 février 2005/ et 5 février 2010

0

Une Date gravée dans la mémoire du peuple togolais pour l’éternité.Eyadema président du Togo de 1967 à 2005.Un Grand Homme s’en est aller! Un vent a soufflé sur tout le territoire de la frontière Hila-Kondji jusqu’a Cinkassé.

Qui l’eu cru? malheureusement c’est une pure réalité de la vie.Cette roue de la vie tourne,tourne,et tourne sans jamais s’arrêter et ne s’arrêtera jamais.La vie, cette vie n’est qu’un début du commencement,juste nous arrivons sur cette terre et déjà nous devons nous préparer à la quitter comme une feuille morte qui tombe d’un arbre sous l’effet du vent.Ainsi sera la volonté du créateur Dieu le miséricordieux.

5 février 2005/5 février 2010,á ce jour du 5éme Anniversaire de la disparition subite du président Général Gnassingbé Eyadema ,un monument historique du TOGO et de l’Afrique en général, Homme de paix,qui a régenté l’histoire du Togo. Par le Destin il a suit contre vent et marée préserver la paix civile,souci permanent du bien être de son peuple. Nous devons à nos âmes et conscience lui rendre hommage,et laisser l’histoire suivre son cours, seul Dieu peut juger chacun de nous.

j’ai eu la chance de connaitre l’homme, de gagner sa confiance, nous avons collaborer ensemble,il est gentil, généreux, pragmatique,forte personnalité hors paire,un physique de Gladiateur ,vrai phénomène de la nature,humble dans toute sa simplicité,il avait beaucoup d’humour, aimait les choses les plus simples de la vie.Un Homme de parole,reconnaissant et fidèle dans ses engagements.Je tiens à lui rendre Hommage par une anecdote édifiante.Témoignage!

 

Avril 1999 au cours des préparatifs de l’organisation du 38 ieme sommet de l’OUA 2000,en conseil des ministres dans les divers, j’ai proposé au président Eyadema, le projet de la cité de l’Oua.Séance tenante,il donna automatiquement son accord,se lève,sort de la salle et me fais signe de le suivre dans son bureau.Arrivé je m’étais agenouillé pour lui parler,il dit; assieds- toi à côté de moi sur un canapé 3 places( louis IX). Il m’a demandé, du champagne! Tu es sûr de tes amis? je dis oui mon Général. Bon on se retrouve à Pya ( son village natale) pour le conseil de ministre du 17 nov. 1999 pour la signature du décret qui devait lancer le projet.

le jour »J » nous devons quitter avec lui par avion présidentiel avec tout le gouvernement et le Président de l’Assemblée nationale d’antan Gabriel Messan Agbéyomé Kodjo » .
Ironie du sort mal renseigné par un coup fourré d’un ministre sur l’heure du départ de l’avion présidentiel,tout un complot,  je rate l’avion à 5 minutes du décollage. J’étais dans tous mes états mon absence équivaudrait a l’enterrement du dossier.Sur conseil d’un officier supérieur de l’armée ,j’ai pu loué un petit coucou de 4 places mon collègue ministre Adadé qui était dans la même situation que moi.Ensemble nous avons difficilement décoller, toute ma vie je n’ai jamais pris un tel coucou, je me suis dis c’est maintenant ou a jamais il faut prendre le risque, mais il est énorme, dans le petit coucou mon collègue a passer tout le temps du vol (1heure) la Bible à la main. Il avait la peur au ventre ,réaction quand même normale ,on n’as qu’une seule vie.

Bienque,le président Eyadema était  renseigné sur notre périple, il  ajournât le conseil, et donna des instructions au protocole pour qu’on nous envois une voiture avec chauffeur à l’aéroport de Niamtougou. J’ai compris que la discipline dans l’armée a obligé  l’officier a rendre compte a qui de droit .En fin rusé,nous avons été surpris de nous retrouver derrière le convoi présidentiel qui se dirigeait au palais des Congrès de Kara où avait  lieu le conseil .

J’ai eu juste le temps avec un clin d’œil complice de mon ami Agbéyomé qui marchait côte a côte avec le président, de sauter d’un pas pour rentrer dans la salle de conseil. Tous les collègues nous regardaient comme des extra-terrestres.Séance tenante le président Eyadema a demandé qu’on saute l’ordre du jour pour nous donner la parole.

Moi et mon collègue du  ministère du Logement et de l’ Urbanisme,avions  notre dossier bouclé en 5 minutes.

Avant de signer, le président Eyadema  lance à mon endroit, » Samarou toi même tu vas construire non ? Le jour là, j’ai compris qu’il voulais attirer mon attention que si moi même je ne donnais pas l’exemple le projet sera un fiasco, et que,avec lui gars á moi si je l’embarquais dans un chemin sans issu. Sourire ! Il m’estimait,m’aimait beaucoup.Heureusement que le projet a été une réussite grâce á Dieu et le gouvernement. Il signa le décret,leva  la séance et dis » Mes amis nous allions être en retard pour accueillir le président Kabila. Mon Dieu il fallait voir la tronche de mes collègues ministres.Lles yeux étaient rouge. C’est ça l’une des facettes de l’homme Gnassingbé Eyadema » alias « KARAMBA »: pragmatisme et action comme devise.
Ce Grand Homme que je n’oublierai jamais, dommage qu’ à la fin de ses jours, il est parti avec le cœur meurtri,rempli de tristesse ,déçu des hommes, touché dans son for intérieur par les évènements du 05 octobre 1990, de l’injustice dont son pays était victime par la rupture de la Coopération en 1993, »la psychose du coup d’ Etat permanent » souci de protéger sa famille, ont eu raison de l’être qu’il était.
Après moi ce sera pas le déluge « la vie c’est un combat il faut combattre pour vaincre,et vaincre pour vivre » .

Rendons lui hommage dans le recueillement et dans la prière.

Le président Gnassingbé Eyadema,respect à sa mémoire que la terre lui soit légère,que son âme se repose en paix. Que Dieu lui pardonne ses erreurs, et le glorifie de ses bienfaits.Quelque soit les circonstances la loyauté et la fidélité dans nos engagements ne doivent jamais nous abandonnées.Ne jamais renier son passé c’est ça aussi l’homme.

La vie c’est la vanité des vanités.

Je ne peux terminer sans souhaiter une Bonne chance a tout les postulants à la candidature de la présidence de la République, que le meilleur gagne,dans la paix et sans violence aucune.

Que Dieu nous protège,nous éloigne des Ténèbres et nous garde dans la Lumière.
A vous « mon Général »  pour l’ Eternité.

Issa samarou saibou
Ancien député a l’Assemblée nationale
Ancien Secrétaire d ‘Etat chargé du Secteur du Privé

Laisser une réponse