Une aberration au 21ème siècle : Au Togo, le Président est rééligible à vie

0

La Constitution togolaise telle qu’elle est actuellement mérite des amendements, un toilettage allant dans le sens de l’intérêt supérieur de la Nation. Des dispositions introduites en 2002 notamment celles relatives à aux articles 59 et 62 sont à réviser. Voici ce que stipule le fameux article 59 : « Le Président de la République est élu au suffrage universel direct et secret pour un mandat de cinq (05) ans. Il est rééligible… ». En plein 21 ème siècle, est-il bienséant qu’un Président garde le fauteuil jusqu’à ce que mort s’en suive si l’on sait surtout les conditions dans lesquelles les élections présidentielles sont organisées sous les tropiques ? Deux mandats successifs ne suffisent-ils pas ?  Et l’article 62 donne autorisation pour être candidat à la Présidence en ces termes : « Nul ne peut être candidat aux fonctions de Président de la République s’il :

n’est exclusivement de nationalité togolaise de naissance ;

n’est âgé de trente cinq (35) ans révolus à la date du dépôt de la candidature ;…»

Comme on peut le constater, l’article 59 permet au président qui le désire de briguer autant de fois la magistrature suprême et le 62 exclut formellement de la Présidence les jeunes de moins de 35 ans, environ 60% de la population togolaise. Ils ne sont pas aptes à exercer à ce poste, le plus important de la République. Par contre, les vieux séniles de plus de quatre vingt (80) ans sont autorisés à faire acte de candidature à la Présidence. Au Togo, de 35 ans à un pas de la tombe, l’on peut devenir donc Président. Ce qui nous pose problème au Lynx. Comment peut-on interdire aux jeunes de moins de 35 ans de faire acte de candidature au moment où rien n’est dit à propos des vieux séniles de plus de 80 ans ? Pourquoi le constitutionnaliste n’a-t-il pas prévu d’âge limite à la Présidence?

Alors que celui-ci aurait pu insérer par exemple dans la loi fondamentale ceci : « Nul ne peut être candidat aux fonctions de Président de la République s’il :

est âgé de plus de quatre vingt (80) ans ;

Autant un jeune de moins de 35 ans n’est pas apte à présider aux destinées du peuple togolais, autant un vieux de plus de 80, 90 ou 100 ans et plus a de la peine à exercer en tant que Président de la République. Entre nous, au-delà de 80 ans, tout homme voit ses capacités diminuées et tombe dans la sénilité.

Certes, d’aucuns diront qu’il n’y a pas débat car, personne, surtout les jeunes majoritaires dans le pays, n’accepteront accorder leurs voix à un vieux de plus de 80 ans pour les diriger. Mais il est encore mieux d’introduire une disposition claire et nette fermant les portes de la Présidence aux vieux. Au Bénin, un candidat âgé de plus de 70 ans n’est pas autorisé à la Présidence selon l’article 80.

En Côte d’Ivoire, l’article 35 fixe l’âge limite à la présidence à 75 ans. Au Togo et ce, dans un contexte où tout le monde a les yeux rivés sur le fauteuil, qui va prendre l’initiative en vue d’empêcher le président de s’éterniser au pouvoir et les vieux séniles de se présenter à la Présidence ?

Anicet Moutouari Lynx.info

Laisser une réponse