Togo. Pour qui roule l´officier Gerry Taama ?

0

Monsieur Taama manque de courage pour jouer son rôle d´opposant crédible en prenant clairement position contre le régime en place,comme savent le faire Abass Kaboua, Olivier Amah

Depuis quelques semaines nous assistons à un remue-ménage et aux gesticulations des uns et des autres dans le paysage politique togolais.
Nous nous sommes retrouvés confrontés à des rumeurs concernant l´exclusion ou non de M. Abass Kaboua du CAP 2015, rumeurs que ce dernier avait toujours refutées, arguant il s´agissait d´un malentendu qui serait réparé.
Et la suite tout le monde la connaît: Abass Kaboua était bel et bien présent vendredi 12 décembre lors de la marche de protestation à la tribune à côté des autres leaders de l´opposition. Avec d´ailleurs M.Kagbara qui n´avait pas été épargné par la polémique pour les mêmes raisons.
Mais le personnage qui retient le plus notre attention dans ce tohu-bohu politique est bien sûr l´officier Gerry Taama.

Qui est Gerry Taama ?

Laissons parler sa biographie:

« Gerry Taama est né le 2 février 1975 à Siou, dans la préfecture de Doufelgou (nord-Togo)
Après une Licence en sociologie à l’Université de Lomé, il intègre l’Ecole Supérieure Militaire de Saint-Cyr, où il obtient son diplôme d’Officier et une Maîtrise en droit international humanitaire.

De retour au Togo, il sert dans un régiment blindé, avant de partir pour la Côte d’Ivoire en mission onusienne de maintien de la paix.
Depuis 2008, Gerry Taama est en disponibilité de l’armée.

Il est auteur d’un roman « Parcours de combattants » (Editions Harmattan,Editions Moffi, 2009) et d’un recueil de nouvelles, « Chroniques de la caserne » (Editions Moffi, 2010).

En juillet 2013, Gerry Taama et le jeune parti dont il est le président (le NET, Nouvel engagement togolais, lancé durant le 1er trimestre 2012) participent à leur premier scrutin; sans succès. Le NET est actuellement en train de se positionner pour la présidentielle de 2015. Il est le premier officier de l`armée togolaise à s`être lancé ouvertement en politique. »

Un officier de l´armée togolaise chef de parti politique et opposant au régime?

S´étaient demandé beaucoup d´observateurs de la vie politique togolaise.

Depuis l´arrivée de l´officier Taama sur l´échiquier politique togolais ses prises de position ont toujours été mi-figue mi-raisin. Malin qui pourrait dire à quel jeu il joue.

Un jour, vous l´entendez tenir des propos d´un opposant radical au régime en place, et un autre jour vous le voyez se comporter comme le porte-parole de Faure Gnassingbé.

Bref, l´ambiguité occupe une place de choix dans le comportement politique de notre Saint-Cyrien.
Et les hommes politiques ambigus sont dangereux, car imprévisibles, surtout dans la situation actuelle de notre pays où aucune erreur n´est plus permise.

En tant qu´ancien militaire M. Taama sait qu´il ne peut pas être opposant à ce régime, vivre au Togo et continuer à vaquer à ses occupations; un régime dont justement l´assise repose sur la force militaire.

Pour ce pouvoir illégitime qui ne voit que des menaces à sa survie partout, un officier en position de non-activité comme lui est encore plus dangereux, car personne ne peut contrôler ce qu´il fait.

L´engagement de Gerry Taama en politique est tout à fait légitime. Il en a le droit comme tous les autres citoyens. Mais la classe politique togolaise, du moins celle qui est près du peuple, se met à douter de sa crédibilité quand il prétend s´engager auprès de l´opposition vraie. Non pas parce qu´il était militaire, non pas parce qu´il est losso, donc du Nord, mais parce que ses prises de position sont floues, parfois contradictoires. Il a tendance à caresser le régime des Gnassingbé dans le sens du poil.

Monsieur Taama manque de courage pour jouer son rôle d´opposant crédible en prenant clairement position contre le régime en place,comme savent le faire Abass Kaboua, Olivier Amah (aujourd´hui en exil) et les autres.

Donc son prétendu engagement comme opposant ressemble plutôt à jouer de la comédie en faisant semblant d´être contre le régime, alors que le but visé est de semer la zizanie au sein de l´opposition vraie pour faire durer le statu quo.

Pour souligner l´attitude ambigüe de l´“opposant“ Taama depuis la création de son parti je voudrais citer un passage des propos pertinents qu´un compatriote a tenu dans un forum sous le pseudonyme Cosiginger:

„….je n’ai pas d’élements suffisants et probants pour classer Mr Gerry dans le rang de taupes; je peux seulement soutenir que certaines de ses interventions sur la toile et sur les medias m’ont laissé vraiment perplexe sur sa réelle identité, ses profondes convictions d’opposant et son vrai rôle dans le CAP2015. Je l’ai toujours aperçu comme un jeune politicien intelligent mais aussi rusé voulant par moments contenter et l’opposition et le pouvoir Rpt/unir….“

Comme on le voit, soit on est opposant, soit on ne l´est pas. On ne peut pas être les deux à la fois.

Le président du NET nous dit qu´il est opposé aux marches insurrectionnelles et qu´il opte pour une alternance par des élections libres et transparentes.

Très bien !

Mais il oublie que nous sommes au Togo où des militaires en tenues peuvent, en toute impunité, entrer dans les bureaux de vote, s´emparer des urnes bourrées de bulletins déjà votés et prendre la fuite devant des chaînes de télévision internationales.
Quand on est opposant, qu´on veut vraiment le changement et qu´on fait partie d´une coalition, on ne quitte pas à la première mésentente pour aller faire des déclarations qui arrangent ceux qu´on prétend combattre.

Organiser des conférences de presse pour vilipender certains leaders de l´opposition et leur jeter de l´opprobre ressemble au comportement de quelqu´un qui sait ce qu´il fait.

Si l´opposition n´arrive pas à gagner c´est que le RPT ou UNIR est mieux rôdé en politique, investit mieux le terrain et que surtout les leaders de l´opposition ne s´entendent pas.
Voilà, l´opposition togolaise est divisée, c´est la querelle permanente, à cette allure comment peuvent-ils prétendre arriver à l´alternance face à adversaire aguerri comme le régime UNIR.
Et c´est cette division qui explique les „échecs“ répétés dans le passé.

De telles déclarations ressemblent curieusement à celles que pourrait tenir le porte-parole de l´UNIR ou de Faure Gnassingbé.
On n´a pas besoin d´avoir passé par la Sorbonne à Sciences po pour savoir à qui profitent les gesticulations de l´officier Taama.
Gerry Tamma se peint en personnage politique incontournable à qui les autres leaders de l´opposition feraient la cour pour qu´il fasse partie de leurs rangs.
Pas étonnant dans un pays où tout le monde peut créer un club d´amis et l´appeler pompeusement parti politique, alors que tous ces petits regroupements qui poussent un peu partout n´ont rien à faire valoir que leurs sigles.

Il suffit que le fondateur maîtrise la langue de Molière pour pondre de temps en temps des communiqués, des déclarations, des démentis et organiser des points de presse pour faire des monologues. Et apparemment ça suffit au Togo pour devenir « homme politique incontournable », se décreter opposant et semer la zizanie. Alors que derrière le leader il n´y a personne, il n´y a rien. Le reste n´est que coquille vide.
Je trouve ridicule que Gerry Taama se livre à de la gymnastique inutile pour se donner le poids qu´il n´a pas et se présenter en grande victime d´une opposition « qui ne peut pas s´entendre ».

M. Taama nous rappelle qu´il était militaire, nous précise ses origines éthniques. A-t-il besoin de tout ça?
« Je ne troquerai pas ces origines et ce passé pour rien au monde »
Ici Monsieur Gerry Taama mélange torchons et serviettes.

Qui lui demande de troquer ses origines et de renier son passé de militaire avant de se battre auprès du peuple pour le changement?
Si notre pays est arrivé à cet état de pourriture avancée; c´est justement parce que ce militaire patriote, digne fils du Togo, quelle que soit l´origine, que nous attendons tous, n´est pas encore sorti des rangs pour prendre ses responsabilités.
Les Togolais n´ont pas d´aversion pour les militaires en tant que tels, mais pour une armée qui se comporte comme en territoire conquis.
Le commandant Olivier Amah était miltaire, originaire de Pya; tout le monde sait qu´il est opposant au régime des Gnassingbé dont il dénonce avec virulence les crimes et les injustices. Il a connu la prison, la torture.
Il y a quelques mois il a dû prendre le chemin de l´exil parce qu´il savait que s´il répondait cette fois-ci à la convocation du juge aux ordres, il ne ressortirait pas vivant.
Ici nous avons affaire à un opposant qui ne joue pas la comédie et qui opère sans masque. Donc dangereux pour la survie de la monarchie qui ne dit pas on nom.
Les Kagbara, Kaboua, Pr. Wolou, Abi Tchessa ne sont-ils pas des Kabyès, donc du Nord? Sans oublier tous les autres de la socièté civile, Adjaré, Bodé etc…

Ont-ils été exclus parce qu´ils sont du Nord ?

Notre Saint-Cyrien doit connaître mieux que moi l´histoire du Commandant Boko qui, Kabyè à 100% était également militaire. Mais comme il ne voulait pas cautionner la prise anticonstitutionnelle du pouvoir par Faure Gnassingbé, il avait dû prendre la fuite. Et la suite lui avait donné raison.
À lire notre officier on dirait que le Togo est divisé en deux et qu´il serait le premier du septentrion à tenter une alliance avec ses compatriotes du sud, et que ces derniers le rejettent parce qu´il ne serait pas des leurs.
Monsieur Gerry Taama se livre à un jeu dangereux en tentant de surfer sur la fibre éthnique pour expliquer son exclusion de l´opposition.
C´est dangereux et irresponsable!

Rejeté de partout, le régime des Gnassingbé ne jure que par ces deux gangrènes qui rongent la société togolaise: tribalisme et régionalisme.
Le bon sens aurait voulu qu´on ne remue plus dans la plaie éthnique grandement ouverte par le comportement méchant et irresponsable d´Eyadéma et perpétuée par son fils.

L´intelligence, la pondération, le sens de l´intégrité constituent certains des points cardinaux du caractère de beaucoup de nos frères de Doufelgou.

J´ai eu le plaisir de servir une année scolaire au lycée de Niamtougou en qualité de professeur d´allemand et je connais bien le village de Siou, village natal de M.Taama.

Quel beau paysage! Quel peuple acceuillant, simple, travailleur, gentil, le peuple losso!

Vous vous sentez tout de suite comme chez vous.

Avoir réussi à Saint-Cyr n´est pas donné à n´importe qui. Il faut faire preuve d´une intelligence hors norme.
Mon cousin qui a également passé par l´ESM me disait qu´en France, quand quelqu´un rencontre des élèves-officiers de cette grande école de guerre de renommée il s´écrit: „ah les grandes têtes! »
Donc M.Taama est une grande tête, un homme intelligent qui sait ce qu´il dit et de quoi il parle.
J´aurais aimé que le savoir-faire, la jeunesse et l´intelligence de notre compatriote Gerry Tamma profitent à la jeunesse togolaise dans son ensemble et non aux fossoyeurs du peuple.

Les Togolais sont fatigués, ils ont déjà vu de toutes les couleurs, ils sont assez intellingents pour savoir à quel jeu se livre un homme politique à travers ses propos et gestes.

Je ne peux pas continuer à nourir et à entretenir un cheval dont je ne suis pas sûr que le jour de fête il ne m´infligera pas des coups de sabots.
Monsieur Terry Taama, on ne gaspille pas comme ça son intelligence, sa jeunesse pour tenter de sauver ce qui ne peut plus l´être.
Le régime RPT/UNIR avec son système liberticide a fait son temps. Pour les Togolais la traversée du désert n´a que trop duré, c´est pourquoi ils ne veulent plus d´opposants de complaisance.

Samari Tchadjobo
Allemagne
 

Laisser une réponse