Togo. Ce que veut dire être « ami» de Faure !

0

  Faure a quelque chose de spécial, de particulier que n’a encore un chef d’Etat de la sous-région : « Lui d’abord, et ensuite les autres ». En langage familier on dira : « Il s’aime lui-même ». Point et barre. Et pourtant, on pensait que ce vilain caractère qu’il transporte depuis sa naissance s’abattait seulement sur les Togolais. Que nenni ! Laurent Gbagbo qui s’était précipité de le reconnaître aux élections de mars 2010 comme président a été sa première victime à l’international. Alors que le bété pensait à une bonne cohabitation du fils dont le papa avait aidé les Ivoiriens, Faure ne s’est pas fait du soucis pour renverser la donne. Les premiers hélicoptères de la Licorne atterissent à Lomé avant de prendre le vol pour Bouaké, quartier général des rebelles, donc de Ouattara. Pis, il ne s’arrêtera pas là. Il ouvre le sanctuaire pour la capture du ministre Lida Kouassi et le boucher d’Abidjan vient emballer dans les soutes de son avion ce dernier qu’il cherchait dans la galaxie pro-Gbagbo qui erre dans tous les pays de la sous région à la recherche d’une sécurité. Alors que, tous les yeux sont rivés sur cette manière de livrer les autres, il paraît que le prince aurait rassuré que d’autres proches de Laurent Gbagbo  pour peu, que la françafrique le lui demandera, il exécutera les ordres. Son pouvoir, il vendrait même Sabine sa mère pour le garder. Passons.

Ensuite, Mouammar Kadhafi qui a été dans toutes les sauces et dans tous les soutiens pour qu’il s’incruste au pouvoir au lendemain de sa brutalité de février 2005 est dans sa tombe le plus malheureux de ceux qui ont aidé le prince du Togo.

Traîné dans la boue par les médias pro Faure et surtout le site www.republicoftogo.com du français Charles Debbasch, qui galvanisait les soldats de l’OTAN pour la capture du libyen, Faure saisira cette occasion pour se rapprocher d’Abdoulaye Wade dans la longue chasse des Occidentaux contre le Libyen. La devise fut : «  Kadhafi doit partir ». Les milliards pour la réfection de l’hôtel du 2 Février du guide, royalement partagés entre le clan « kabyè » et les Gnassingbé dorment dans les banques étrangères et ne seront plus source de poursuites. Que dire de l’ami Dupuy Dauby- dauby qui était sur le port de Lomé du vivant du général défunt, père de Faure Gnassingbé ? Bousculer par Sarkozy qui lui aurait signifié que les amis doivent s’entraider, Faure ne réfléchit pas deux fois pour chasser l’homme d’affaires espagnol. Ces argousins avec un procureur « boiteux » dans la tête iront perquisitionner le domicile de ce dernier sans aucun mandat et à son absence. C’est d’ailleurs avec les jambes au cou que l’Espagnol quitte Lomé sans plus jamais faire parler de lui. Pour peu, que Vincent Bolloré, réputé proche de Sarkozy voulait le port autonome de Lomé, Faure le lui a remis comme un cadeau. Au nom bien sûr de son pouvoir ! Le plus courageux des opposants togolais, Nicolas Lawson à beau faire remarquer que, Vincent Bolloré se sucre sur le dos des Togolais, il n’a ni l’AFP, France 24, Rfi, TV5…pour se faire entendre.  C’est dans ce foutoir du faux que Faure excelle et vit.

Une source très proche du prince confie : « Avec Faure, on marche sur des œufs ». Même observation faite par un journaliste de Lynx.info : « Faure, on le sert pas le contraire !». Plus loin, un nostalgique du parti Rpt enfonce le clou : « Comment voulez-vous que Faure ait peur ? Sa sécurité n’est pas au Togo comme son pouvoir d’ailleurs ». Résultat,il suffit que, ceux qui tiennent le Togo dans l’ombre et le dirigent de loin ouvrent la boîte pour que Faure mette séance tenante les têtes demandées et referme aussitôt la boîte comme s’il en était rien !

Agbéyomé Kodjo, alors premier ministre, l’a aidé à connaitre les milieux d’affaires. Au finish, il a fermé les yeux quand Kpatcha l’a cueilli et en a fait son prisonnier particulier. Au plaisir de Faure ! Ici, il faut reconnaître que le caractère brute de Kpatcha a plutôt aidé Faure qui attendait le « cogner » mais cherchait l’occasion propice. Ensuite Kpatcha lui-même est repris par Faure et fait prisonnier. Au plaisir des Etats-Unis et de la France qui voyaient d’un très mauvais œil ce demi-frère fougueux au sommet de l’Etat. Il faut se demander à qui profite l’arrestation des uns et la mort des autres ? La même tactique, Faure voulait la faire avec le commandant François Boko. Alors que, Charles Debbasch peaufinait un plan pour mettre dans la chambre de l’officier des arsenaux de guerre afin de l’inculper pour tentative de coup d’Etat, Faure au courant a acquiescé positivement.

Quand  la ministre Michelle Alliot-Marie de l’intérieur sous Nicolas Sarkozy envoie des mercenaires de la DGSE française  « ramasser » et « ratisser » toutes les archives compromettantes depuis l’assassinat de Sylvanus Olympio en passant par le bradage de l’OTP et le ballet des mallettes de billets entre la France et le général défunt, Faure ouvre le boulevard… On en finirait pas avec les exemples. Si vendre un ami où son pays peu garantir son pouvoir, le fils de Sabine ne se laisse pas conseiller. Sinon comment comprendre que se soient les amis et les demi-frères qui payent cash sa dictature sans que ce dernier ne s’émeuve ?

En conclusion, il faut remarquer que, Faure a des gènes qui font de lui un « égoïste » et cet égoïsme, les Togolais le payent cash. Pour son pouvoir, il est prêt à mettre tout son peuple sur le bûcher. Pour se sauver en amont et garder son trône en aval, plus question d’amitié, de fraternité, de camaraderie. Et les retombées sont très néfastes pour le peuple. Les Togolais n’ont plus aucune fierté. Trahir est devenu normal dans la cité et l’esprit d’entente à finalement disparu au profit de celui du gain rapide comme l’enseigne Faure Gnassingbé qui devrait cultiver les valeurs.

Comme on le voit, faire amitié avec Faure peut relever de l’absurde. On a pas encore parlé de ses femmes qu’il a ravi à ses amis… Pour la simple raison qu’il est le plus « Faure » dans le sérail.

À quarante six ans, le sang guerrier, nationaliste patriotique de Thomas Sankara coule sur le corps de Faure comme l’eau sur les plumes d’un canard. Et avec des godillots de sa trempe au service de l’Occident , point de souveraineté pour l’Afrique. Il paraît aussi que Faure n’en a cure de la souveraineté du Togo, le pays qu’il dirige !

Taffa Biassi Lynx.info

 

Laisser une réponse