Silence Charles Debbasch écrit à Josépha. Son cousin lui répond !

0

Cher Charles,

Lettre de Charles Debbasch alias Kofi Souza à Josepha

Je suis le cousin de Josépha. Je viens de finir la lecture de la lettre que tu viens d’envoyer  à ma cousine et m’empresse de te répondre. Tu sais Charles, le Togolais que je suis te comprend. Chassé du Maroc par la cour royale où tu vendais ton expertise, tu es récupéré par l’ex-premier ministre Joseph Koffigoh pour le même rôle avant de déposer définitivement tes valises aux côtés de feu Gnassingbé Eyadema. Depuis, tu n’as plus quitté la dictature. Mieux, tu y apportes ton Savoir-faire et, en contrepartie, tu as des émoluments de 5 millions de Franc CFA comme salaire mensuel. Je n’invente rien. Jeune Afrique, qui a les mêmes entrées que toi, avait fini par lâcher le secret. Tu vois, bien que dans ton pays la France, même avec le titre de doyen dans une faculté de droit, tu as à peine la moitié de ce que tu prends à un pays classé parmi les plus pauvres du monde. Pourquoi te priverais-tu  de ce paradis sous les tropiques ? Pendant ce temps, ton petit chien de race « Chiwawa » pisse et défèque dans les allées de la Marina et de pauvres militaires doivent être aux petits soins pour sa propreté. Il parait que tes fans, pour la plupart des femmes kabyè, l’ont élevé aussi au rang de chien le plus puissant du Togo. Désormais, c’est avec ce chiot le plus respecté au Palais de la Marina que tu n’as même plus de gène pour te montrer aux Togolais comme un ennemi de l’opposition togolaise. Pour peu que ça, le diplomate Eric Bosc avait été sommé de quitter le Togo, pour connivence avec l’opposition. Mais qui peut chasser celui qui, à lui tout seul, peut « faire » les Gnassingbé et « défaire » toute l’opposition, par des clés de passe-passe juridiques  dont on dit autour de Faure que tu serais le seul juriste au monde à en avoir le secret.

D’ailleurs, c’est par ton rôle d’ennemi juré de la démocratie togolaise, que nous avions appris par les médias de ton pays, la France, que tu étais un repris de justice . Pourchassé par tous les procureurs et juges de France, il paraît que tu ne jures plus que par le Togo. As-tu déjà restitué le patrimoine des Vasarely ? Je n’ose pas le croire, d’autant plus que tu es encore sur la liste des hommes les plus recherchés par toutes les polices de frontières au monde, donc Interpol. Te rappelles-tu Charles, quand  les Belges t’ont choppé à l’aéroport de  Zaventem à Bruxelles, et que tu fus jeté dans un coin, comme un vulgaire bandit même en possession d’un passeport diplomatique de l’Etat Togolais en main ? A ce que je sache, tu ne bénéficies pas de la double nationalité pour te pavaner et faire autant de mal aux Togolais ! Sais-tu Charles, les Togolais sont un peuple accueillant et ont eu à le prouver. Mais je te rappelle ceci. N’oublie pas la phrase que Me Yaovi Agboyibor t’avait lancée  au visage : « Le jour où les Gnassingbé ne seront plus au pouvoir,  Charles Debbasch quittera de lui-même le Togo ». Quand on a travaillé pour un peuple qui vous a donné refuge, on n’a pas besoin de prendre le premier vol quand son protégé n’est plus au pouvoir. D’ailleurs, dans quel pays au monde, un pépé de ta moralité a encore sa place dans la société, si ce n’est au Togo ? Fier de ton rôle de destructeur émérite  et patron des patrons dans notre présidence, tu as aussi rang de ministre. Tu vois un peu comme les Africains peuvent être un peuple de nuls, de naïfs ? Tu sais Charles, tes diplômes en droit sont devenus l’épée de Damoclès sur nos têtes au Togo. Combien de concitoyens de ton protégé Faure ne traînent-ils pas sans emplois dans les rues de Paris, et priés de se tenir loin de l’Elysée avec les mêmes diplômes que tu as ? De ton séjour dans mon pays, je retiens la furia qui t’envahit toutes les fois que l’opposition semble avoir le vent en poupe. Diantre ! Charles, as-tu voté lors des dernières élections en France ? Je ne saurais le dire. Mais je sais que tout un journal d’un pays qui se veut souverain ne pouvait faire cette gaffe, cette erreur qui ne pardonne pas aux peuples  opprimés comme dans mon pays. C’est par le canal de republicotogo et de l’Union, tes journaux, que tu peux jeter ton dévolu sur Jean-Pierre Fabre, sur tous les opposants et finir par les injures. Dans ta lettre à ma cousine Josépha tu  vas jusqu’à ironiser : « Pour les uns tu étais victime d’un dérèglement psychique troublée que tu étais par l’échec des marches du CST ». En quoi une guerre entre Togolais est-elle ton problème si tu ne vis pas aux dépens des Togolais que tu suces comme une punaise par la faute et l’idiotie de la classe dirigeante ? Le plus dure à avaler est que, tu es gagnant sur tous les plans. Le site et sa gestion sont payés par les contribuables togolais pour que tu viennes débiter tout ton opportunisme et ta boulimie financière. Le tout empreint d’un racisme puant de journaliste, avec un nom tout Togolais de Koffi Souza comme bonus à la liberté  dont tu jouis dans mon pays. Je vis en Europe et sais comment ton pays la France ne peut donner cette opportunité à Kofi Yamgnane qui a passé sa vie à le servir  avec loyauté.

Je vais terminer ma lettre parce que tu dois être occupé avec le retour de Faure. Il te faut aussi lui lire la lettre que tu as envoyé à ma cousine Josépha et lui faire un résumé de tout ce que les opposants ont fait quand il n’était pas au Togo.

J’oubliais ! Un de mes pigistes t’a encore vu comme toujours au Jazz Club « Le Mandingue » sis à Assigamé. Entouré de quelques petites mineures, tu jouais au pianiste de la soirée avec une belle bouteille de Whisky à côté. Tu vois comme un Français ne peut être à l’aise seulement que, quand il est chez les autres .Ton concitoyen Dominique Strauss Kahn a eu moins de chance quand il a mis toute sa boulimie sexuelle sur une « negresse » parce que l’ayant fait au pays des Blancs. Il se raconte que l’ex-ministre de la  culture Jaques Lang, était allé guincher avec  Laurent Gbagbo et danser au « Zoblazo ». C’était  dans une boîte de nuit  sur la Rue Princesse à Abidjan avant de le tourner le dos quand ta patrie la France appelait tous ses enfants lors de la crise postélectorale en Côte d’Ivoire. Notoirement soupçonné de pédophilie l’homme a depuis quitté ses amis africains. On sait désormais pourquoi vous opposez peuples contre peuples et ethnies contre ethnies en Afrique.

Pardon Charles, mange, prend ce que tu peux prendre…mais n’humilie plus la jeune fille togolaise par tes vices ! Laissée à elle-même, il ne lui reste  plus que sa dignité.

De toutes les façons quand, tu écriras de nouveau à ma cousine Josépha, elle me fera lire la lettre et je te promets de toujours répondre. Josépha ne sais ni lire ni écrire, le savais-tu ? Dans le pays de Josépha, le Togo, Charles Debbasch expatrié et consultant touche 5 millions de Franc Cfa par mois. Il n y’a plus d’argent pour l’alphabétisation de la jeune fille togolaise.  Est-il encore necessaire d’avertir à Josepha de se méfier de Toi à cause de ton casier judiciaire  trop lourd en crimes économiques ?

Ton dévoué

Camus Ali cousin de Josépha

 

Laisser une réponse