Quand les Américains font courir Faure et ses ministres [ Lynx Invesg’T]

0

A l’heure qu’il est au Togo, Faure et son gouvernement ne pensent qu’à ça, les fonds du Millenium Challenge Account. Un fonds créé par l’administration américaine pour lutter contre la pauvreté. C’est en vue de profiter des milliards de ce fonds que Faure et ses ministres dans une sorte de course contre la montre ce, avec des mesures pour taper dans l’œil des Américains. En Afrique de l’ouest, le Bénin, le Ghana, le Burkina-Faso, le Sénégal pour ne citer que ceux-ci, ont déjà bénéficié des fonds alloués dans le cadre du Millenium Challenge Account. Le Togo lui est actuellement candidat à l’éligibilité de ce fonds avec à la clé environ 400 millions de dollars de financements attendus soit 240 milliards de F CFA, le quart du budget actuel de l’Etat. Une manne que ne veut point rater Faure qui multiplie ces jours-ci des annonces de création de nouvelles institutions jusque-là inconnues des Togolais. Il s’agit entre autres, de l’adoption du décret d’application de la loi portant statut du chef de file de l’opposition, des états généraux de la presse qui ont préconisé la transformation des médias publics en offices et la création en vue de la Haute autorité de lutte contre la corruption. Toutes ces mesures visent à faire la cour assidue aux Américains pour qu’ils mettent la main au portefeuille. Le ministre-conseiller à la Présidence Stanislas Bamouni Baba en charge du dossier Millenium Challenge Account a trouvé du boulot. Il ne se passe plus de jours sans que celui-ci ne rassemble la presse ou ne monte sur les antennes pour expliquer les efforts que fait le Togo dans ce sens. Le pays a été élu pour le programme Treshold qui consacre entre 5 et 40 millions de dollars au pays bénéficiaire. Dans le viseur de Faure, le programme Compact. Au fait, c’est une bonne chose que le Togo, un pays pauvre soit aidé par ceux qui ont plus de moyens que lui. Mais toutes nos craintes se situent à l’après l’éligibilité au programme Compact probablement dans deux ans, en 2018 donc si toutes les conditions y afférentes sont réunies. Connaissant bien le système en place à Lomé, le Lynx voit venir le danger.

Depuis que Faure dit à qui veut l’entendre qu’il va mettre fin à l’impunité ambiante au Togo, qu’attend-il pour franchir le pas ? L’ancien DG de la société publique de télécommunications Togo télécom Sam Bikassam dont la gestion a souffert de malversations se repose avec des millions en poche. Qui l’a inquiété ? Avant lui, il y a eu le cas Tchamsi Ferdinand du Fonds d’Entretien Routier (FER) qui passait son temps à arroser des pontes du régime qu’à entretenir les routes dégradées. Lui aussi s’est éclipsé sans être inquiété. Plus récemment, le premier ministre Ahoomey-Zunu, un ancien chef de petits gangs au grand marché de Lomé qui rackettait les commerçantes, l’homme qui n’a jamais travaillé dans sa vie, est parti sur la pointe des pieds sans rendre compte des fonds collectés auprès des Togolais pour la CAN 2013 comme lui-même avait promis. Tous ces exemples montrent à suffisance qu’en principe, le Togo de Faure est loin de remplir les conditions pour bénéficier des fonds du programme Compact du MCA. Il est inadmissible qu’un pouvoir comme celui de Faure qui a fait de l’impunité son lit et refuse de monter le cheval de la modernité puisse s’évertuer à tromper les Américains pour que ceux-ci mettent la main à la poche. Pour l’heure, les gages sont loin d’être suffisants. De toutes les façons, nous ne voyons pas nos amis américains débloquer des milliards pour aider les Togolais qui souffrent pour qu’une partie importante de ces fonds finissent dans les comptes des petits grilleurs d’arachide qui courent les rues à Lomé. Ce qui reste à faire à présent, c’est de botter sérieusement le cul à Faure et ses amis pour qu’ils lancent le Togo sur la voie de la modernité ou qu’ils dégagent tout simplement le plancher pour permettre à d’autres de faire leurs preuves. Sur ce plan, les Togolais peuvent compter sur le Lynx.

Taffa Biassi Lynx.info

{fcomment}
 

 

Laisser une réponse