Président, Kpatcha Gnassingbé à une fortune estimée à 67 millions d’Euros !

0

Faure est « cynique », il est même fort à parier que le premier bénéficiaire de ce mensonge ne soit pas…

Nous avions parlé de l’affaire Kpacha Gnassingbé depuis que, les Loméens se sont terrés chez eux une nuit du 12 avril 2009, veille de Pâques quand les obus du général Félix Kadanga aujourd’hui chef d’Etat-major défonçaient les portes en ferrailles du député Kpatcha Gnassingbé, ministre de la défense, député et demi-frère du président Faure Gnassingbé. Nous avions parlé chers Lynxionautes dans votre journal préféré de tous les généraux kabyès, de tous ces cadres de cette région qui mangeaient et dans les mains de Kpatcha et de Faure. Nous avions parlé du colonel Assih Agossoye (exilé en France sous le père et rétablit dans ses droits sous le fils. Le Lynx vous rappelle que sa solde lui a été entièrement versé depuis qu’il est revenu au bercail) qui a d’abord fait en sorte de hisser Kpatcha Gnassingbé au rang de « vrai kabyè », de kabyè « pur-sang » comparé à son frère président. Nous avions été le seul journal d’investigation a vous parler de la fouille dont avait été victime Kpatcha Gnassingbé alors ministre de la Défense et les heures qu’il avait passé à l’aéroport de Paris-Roissy avec les services d’immigration français lors de son voyage d’Etat en Chine. Nous avions été le seul journal à avoir écrit (cliquez pour lire la lettre) à Jakob Kellenberger, ex patron du CICR à Genève pour lui faire part des tortures du député dans les geôles du tortionnaire émérite Massina Yotroféi. Quand la réponse du CICR (cliquez pour lire la réponse) tombe à la rédaction de Lynx.info, nous sommes estomaqués. Il est question, des bonnes conditions dans lesquelles le plus populaire des prisonniers togolais baignait. Le procès et les déclarations des différents prisonniers une fois devant le juge Abalo Pechélibia ouvriront les yeux au monde entier sur la vraie nature du pouvoir de Faure et le gros mensonge de l’institution que dirigeait le diplomate Suisse Jakob Kellenbeger.

Président, votre demi-frère à une fortune estimée à 67 millions !

Même si on ne l’aime pas pour son goût à la brutalité et dont des milliers de Togolais ont payé en 2005 au prix de morts et d’handicapés à vie, notre devoir de journalistes est d’éduqué dans l’impartialité et surtout de faire en sorte que le mensonge des plus forts n’écrasent pas les plus faibles. Pour atteindre à leur fin, les services secrets togolais avec le concours de tous les ennemis de Kpatcha Gnassingbé ont trouvé de quoi donner des sueurs froides à Faure Gnassingbé. Soixante-sept millions d’Euros comme fortune, c’est le dernier mensonge que le cercle fermé autour de ce dernier a dû lâcher comme une bombe pour effrayer l’enfant à Sabine [Nom de la mère du président Togolais, Ndlr]. Ici, la stratégie, de tous ces roitelets qui vivent sur le dos de Faure est que l’ennemi, leur ennemi juré ne recouvre la liberté. Il est question d’amener Faure Gnassingbé à comprendre que, aussitôt libéré, les « supposés » soixante-sept millions d’euros servirons au député à corrompre les officiers « kabyès » connus pour être dans l’armée togolaise les plus gradés et les plus corrompus, donc à lui retourner l’humiliation qu’il a fait subir à son frère. Mieux, Massina Yotrofei qui jouait à l’agent le plus secret des services secrets et qui a déposé le lourd dossier de la fortune de Kpatcha sur la table de son « président » ne s’est pas privé de trouver les banques fictives et les numéros fictifs dans lesquelles l’homme aurait planqué toutes cette fortune estimé à plus de 100 milliards de nos francs. Faure Gnassingbé n’est pas Vladimir Poutine qui se plaît à s’entourer des agents doubles pour que les mensonges ne lui soient pas servis par quelques agents avides d’argent et gangrenés par la haine. Passons. D’ailleurs, quand l’affaire « Pitea » du nom de ce bateau qui avait révélé le trafic monstre de drogue au Togo avec des ramifications au sommet de l’Etat, le commandant François Boko, alors ministre de l’intérieur nous avait bien dit lors d’un entretien téléphonique qu’un fils Gnassingbé lui promettait sept milliards de Francs CFA afin que, le secret ne tombe dans les escarcelles de l’opinion publique. Etait-ce Faure, Kpatcha, Mey ou d’autres fistons Gnassingbé ? Sans avoir lâché le nom alors que nous insistions, l’officier intellectuel partira avec le secret, son secret. Nous ferons le devoir et ceci depuis trois ans depuis que l’information sur la fortune du prisonnier était devenue à la présidence du Togo la petite chansonnette et dans les cercles fermés pour nous convaincre si le député pesait effectivement cette fortune. Patatras ! De nos investigations, il ressort que, Kpatcha Gnassingbé ne pèse pas soixante-sept millions d’Euros. Le député ne serait même pas aussi fortuné comme ces ennemis sont allés servir au prince. Un proche de Faure et économiste va même plus loin dans l’anonymat : « Pure cynisme politique dans le but d’éliminer quelqu’un de gênant. Une telle fortune d’un Africain ne manquerait d’attirer les foudres des services secrets à l’international. Non ! Il n’est pas aussi si riche ». Fin de partie ! Quand on sait que, Mimi Gnassingbé, la femme du député avait dit publiquement que, Faure est « cynique », il est même fort à parier que le premier bénéficiaire de ce mensonge ne soit pas lui-même le parrain de ce mensonge. Bien sûr, avec pour but de voir son demi-frère mourir à petit feu. L’ex président du Mali Alpha Konaré nous l’avait bien prédit un soir d’avril 2005 au micro de RFI : « Au Togo, il y aura bien une révolution de palais ». Nous y sommes ! Et, depuis que Faure a bien décidé d’éteindre ceux qui l’ont fait prince : Kpatcha Gnassingbé, Pascal Bodjona….

Djima Matapari

Lynx.info
 

Laisser une réponse