Pr Aimé Gogué : Plutôt que subtil, Faure est cynique, prompt à faire porter un masque de fer à ses rivaux.

0

Lorsque la tête du poisson est pourrie, c’est tout le poisson qui est pourri. L’OTR ne peut à elle seule apporter une solution à la corruption endémique que connaît le Togo

Lynx.info : Beaucoup d’analystes disent que, Faure est plus subtil, fin et rusé que son père. Vous qui le combattiez depuis, comment vous le trouvez ?

Les manières de communiquer et d’agir varient suivant les périodes. Plutôt que subtil, Faure est cynique, prompt à faire porter un masque de fer à ses rivaux. C’est tout à fait une rupture avec la finesse. Pour rusé, il l’est car il a su utiliser l’Accord politique global (APG) pour légitimer son pouvoir en s’abstenant d’apporter la contrepartie contractuelle que constituent les réformes constitutionnelle, institutionnelle et électorale. C’est un mélange de ruse, d’entêtement et de manque d’intégrité. Dans tous les cas, la ruse, n’est pas une bonne manière de diriger un pays dans l’intérêt général de la population. Le mécontentement grandissant de la population sur la gouvernance du pays illustre bien le fait que malgré sa ruse, sa subtilité et sa finesse, il n’arrive pas à ses fins.

Que dit l’économiste Pr Aimée Gogué sur OTR créé pour combattre la corruption au Togo ?

Il ne faut pas être économiste pour répondre à cette question. La corruption est un phénomène malheureusement généralisé dans le pays. Elle n’est pas moralement bonne. Des Togolaises et Togolais n’hésitent pas à demander des contre parties de toute nature pour des services rendus à des concitoyens alors qu’ils sont payés par la fonction publique ou par l’entreprise pour laquelle ils travaillent. Des Togolaises et des Togolais, pour avoir recommandé des jeunes pour une consultation, n’hésitent pas à réclamer de ces jeunes une partie non négligeable des honoraires.
Et nous tous crions être contre la corruption. La lutte contre la corruption est une œuvre de longue haleine qui demande la participation de chacun de nous.

Lorsque la tête du poisson est pourrie, c’est tout le poisson qui est pourri. L’OTR ne peut à elle seule apporter une solution à la corruption endémique que connaît le Togo. Des pays qui n’ont pas des institutions analogues à l’OTR ont un niveau de corruption faible alors que certains pays disposant d’organe autonome de régies financières comme l’OTR ont des niveaux de corruption élevés.
La corruption concerne aussi bien les institutions de collectes des recettes (douanes, impôts) que les organes dépensiers (ministères par exemple). L’OTR ne touche pas tous les organes en charge de la collecte des recettes. Demandez aux opérateurs du port autonome de Lomé de vous énumérer les différentes taxes qu’ils paient : il est difficile de savoir si toutes les sommes ainsi payées vont dans les caisses de l’état. L’OTR devrait être sous le contrôle de l’Assemblée nationale. Très peu de gens connaissent le processus, les critères et modalités de recrutement du premier responsable de cette institution.

En outre la corruption concerne également les dépenses. Or l’OTR ne touche pas le côté des dépenses ! Vous n’ignorez pas les problèmes de surfacturation et aussi les dépenses pour biens et services publics non réalisés/délivrés.

Interview réalisée par Camus Ali Lynx.info

Laisser une réponse