Pouwi Dadja : le petit dictateur de la HAAC

0

Petit de taille, environ 1,65 m, Pouwi Dadja est celui qui fait plus de misère aux journalistes togolais. Les convocations des directeurs de publication et de leurs rédacteurs en chef à la HAAC, c’est lui. Pour une peccadille, l’homme monte sur ses egos et intime subtilement l’ordre à son président Phillippe Evégnon devenu une marionnette à ses yeux, d’appeler les confrères pour qu’ils fournissent les preuves de leurs écrits. Un confrère ironisait comme quoi la HAAC était devenue un « Nuremberg des temps modernes » de la presse bien sûr.

Officiellement vice-président de la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (HAAC), il est en réalité le vrai président de cette institution. Au début, il voulait être à la tête de la HAAC mais c’était sans compter avec les objectifs de Faure qui étaient de prouver aux yeux de l’opinion nationale et surtout internationale que ce machin était dirigé par un « opposant ». Ainsi,  les ambitions de l’homme s’envoleront en éclats. Ce que Pouwi Dadja n’a pas du tout digéré.

Pour la petite histoire, il était DG de Togo-Presse au bon vieux temps de feu Eyadema Gnassingbé. Une boîte qu’il gérait selon ses humeurs. Les employés de Togo-Presse qui ont vécu les frasques de l’homme témoignent de ce qu’il leur faisait souvent des misères pour un oui ou non. Un dictateur dans l’âme, Pouwi Dadja l’est. Il est de la race d’individus complexés qui croient dur comme fer qu’il faut compenser ses faiblesses en brimant ses semblables.

A la HAAC, Pouwi Dadja se croit en véritable territoire conquis. Un petit chef plus royaliste que son président Philippe Evégnon qu’il fait semblant de porter dans le cœur alors qu’il le hait comme une peste parce que, selon lui, Philippe a usurpé sa présidence chérie de la HAAC. Tous les journalistes convoqués à la HAAC gardent encore en mémoire ses sautes d’humeurs. Morceaux choisis : « Président, ils n’ont rien à dire. Ils n’ont qu’à aller écrire un contre article » ou « Donnez-moi vos preuves ». Pouwi Dadja est plus qu’un gendarme à la HAAC.

Dire que l’Assemblée s’apprête à renouveler le mandat des membres de la HAAC qui expire en septembre prochain.

Igomzikpé Malika (Stagiaire)

Laisser une réponse