Pour un Nouvel Ordre Africain (IVème Partie) : Le pape François, la dernière chance pour l’humanité ? [ Par Me. Maxmibubé Sitti]

0

Un événement passé presque inaperçu de la galaxie des observateurs et autres spécialistes de l’Afrique, à l’occasion de la visite du pape François en Afrique Centrale entre septembre et octobre 2014-15 et relayé par les antennes de la cité  éternelle, Radio –Vatican et  Radio Maria entre autres :  le cadeau du pape à l’archevêque de RCA, représentant une copie de la statue miraculeuse de la Vierge noire et de l’enfant Jésus !

Une copie suppose toujours l’existence d’un original. Dans le cas qui nous intéresse, où est l’original et d’où vient-il ?  Comment est-elle arrivée en Europe, et dans quelles circonstances ? Pourquoi cette appellation de « statue miraculeuse ?

N’est-il pas, pour le moins,  paradoxal que ce soit le pape qui offre une telle statue à un dignitaire ecclésiastique africain et non l’inverse ?  Simple question de bon sens après tout, pour qui en a !

C’est en vain qu’on  chercherait à  nier qu’elle renvoie indiscutablement à l’Afrique et  au Dieu surgi de la Matière noire, laquelle  régit l’univers dans une proportion d’environ 85%, selon David Elbaz du Commissariat à l’Energie Atomique ! (Le Monde daté, 4/5 avril 2018- Du même auteur : A la recherche de l’univers invisible- Matière noire, Trous noirs et Energie noire : Odile Jacob- Éditeur)

Qui ne verrait là, l’étrange identité entre  cette statue miraculeuse et  la Matière noire dont elle est faite ,comme si elle devait correspondre à une image et on devine laquelle ! Celle du Dieu qui en a surgi, le Dieu venu du Sinaï !

Quelle(s) signification(s) peut revêtir le geste du pape François ? Nous en proposons deux que voici :

Un clin d’œil au continent, un message du  pape François  à l’Afrique et à la nation noire?

 Deuxio, il peut s’analyser comme une volonté de lever enfin le voile sur les mystères d’une statue pas comme les autres et dont l’humanité entière serait l’usufruitière.

La question est loin d’être anodine, puisque des photos montrent  son prédécesseur Jean-Paul II, se prosterner devant la statue miraculeuse de la vierge tenant dans ses bras , le fils de Dieu ! 

On n’imagine pas le chef de l’Église Catholique Apostolique et Évangélique Romaine se prosterner devant une simple pièce de musée, une statue profane ou quelconque !

 De toute évidence,  cette statue raconte une histoire, voire, une double histoire, celle de l’humanité et celle du continent qui a vu naître  tous les autres : le continent noir !  

Par ailleurs, la présence inexpliquée en Europe de la statue miraculeuse, à l’histoire elle-même mystérieuse, soulève la question du culte des vierges noires en Europe, contrairement au continent noir, d’où il paraît absent !

C’est le lieu de mentionner une tradition Tsigane, gens du voyage, du culte de Sarah, autre vierge noire !

Retour sur  sur la statue miraculeuse.  En effet, d’aucuns vont jusqu’à penser que la statue miraculeuse de la Vierge noire et de l ‘enfant Jésus serait le signe de l’alliance entre Dieu et l’humanité, noire, du moins au « Commencement », et qu’elle serait par ailleurs, le symbole de sa présence au sein de cette humanité, « Une » et sans distinction de couleurs à ses débuts, formant alors,  un seul et même peuple !

 De L’Urgence d’une initiative forte du pape !

Dès lors, des questions subséquentes viennent à l’esprit : ainsi, pourquoi la « translation » de la statue miraculeuse en Europe ? Dans quel but ? Qui avait intérêt à cette « translation « ? Pas d’intérêt, pas d’action, dit l’adage ! A qui profiterait  le crime, si crime, il y a ? Ces questions en appellent une autre, substantielle : c’est celle  des conséquences pour l’humanité !

En effet, cette « translation », ne constitue-t-elle pas un détournement de destination, un acte de désobéissance, celui-là même dont parle la bible du concile de Nicée, qui serait le péché originel, à l’origine de nos malheurs sur terre ?

Mais des malheurs injustement partagés ou supportés, puisque certains s’en sortent mieux que les autres dont tout semble faire des éternels damnés !  

  N’y aurait-il pas lieu, dans cette hypothèse hautement pertinente, nous semble-t-il,  de réviser la théorie biblique de la désobéissance imputée à Adam et Eve, l’Arlésienne ?

Et  que dire des  tentatives reconnues dans des documents officiels,  de blanchir  la statue ? Sans succès bien sûr ! Ne sont –elles pas constitutives de sacrilège voire de blasphème condamné par l’Esprit, au sens biblique du terme?

Enfin, quel(s) signe(s) que ces incendies dont elle est sortie indemne ? Pour mémoire, rappelons que le premier de ces incendies remonte à l’an 1029 , suivi de trois  autres le 5mai 1226, le 21 avril 1465 et le 10 mars 1509 !

L’origine de ces incendies est restée mystérieuse à ce jour. C’est assez significatif pour être mentionné.

Quoiqu’ en pensent les uns et les autres, cet amoncellement de signes ne saurait laisser indifférent et  justifierait à notre sens, que le pape convoque un concile ou à  tout le moins mette en place un comité « pour la vérité de la statue miraculeuse », composé de  gens de divers courants  de pensée et confessions : Athée, Laïc, Chrétien, Musulman, Gnostique, Agnostique, khamite etc.

A cet égard, il pourrait paraître surprenant que des historiens d’horizons aussi variés que les  Paul Veyne, , les Jean-Charles Gomez-Coovi, les Michel Onfray et  les Bruno Dumézil pour ne citer que ceux-là,  soient restés muets sur un sujet de cette importance, indissociable de la culture judéo-chrétienne !

Ils pourraient revoir leur copie pour le bonheur de l’humanité !

Ce panel aurait à sa disposition  les archives du Vatican sur la statue miraculeuse et publierait un livre blanc à l’usage de l’humanité entière, toutes confessions confondues !

Qu’il nous soit permis de plaider pour un signal fort du pape , en direction  du Dieu venu du Sinaï, le Dieu jailli de la Matière noire, de l’Énergie noire, dont la patience pourrait avoir atteint ses limites.

Et si la survie aux incendies répertoriés plus haut , de la statue miraculeuse de la Vierge noire et de l’enfant Jésus, traduisait une injonction divine, savoir :  que  la statue retourne sur ses terres d’origine, qu’elle n’aurait jamais dû quitter ?

C’est pourquoi,  nos regards sont tournés vers sa sainteté, le pape François, qui pourrait être alors,  la dernière chance pour l’humanité.  (A suivre)

AMS

Pour rappel : Les trois premières parties de la série ont pour titres :

  1. Pour une indispensable catharsis collective
  2. Eloge du Dieu d’Afrique et de l’univers
  3. Une exigence de vérité historique

Laisser une réponse