Pascal Bodjona et Sow Agba Bertin sont des « stars » selon La Dépêche

0

  « Pascal Bodjona est adulé par les siens et aimé partout au Togo et au-delà de nos frontières ». C’est Kao Victoire qui le déclare sans vergogne dans La Dépêche N°648 du 07 novembre 2012. Entre nous, quel sondage aussi sérieux ou quelle investigation réalisée sur des bases aussi rigoureuses permet à la Dépêche de se livrer à une telle affirmation à la limite gratuite ?  Et notre confrère qui dissimule mal sa rage d’avoir été privé des billets craquants de ses « généreux donateurs », Sow Agba Bertin et Pascal Bodjona de poursuivre : « En pays Kabyè, on n’emprisonne pas un frère. Quelle que soit l’ampleur de la faute, on sait se pardonner ». L’on n’en revient pas. On se croirait dans un autre monde. Selon la Dépêche, un Kabyè fut-il criminel ou voleur de grand acabit ne doit en aucun cas être inquiété par son frère président de la République et garant des institutions.  Pour la Dépêche, si un Kabyè se réveillait par exemple un de ces quatre matins et se mettait à zigouiller tout un village de Togolais, tant que son frère est au pouvoir, il ne doit être inquiété outre mesure. Mais, on est où là comme le disent si bien nos frères ivoiriens. Ecrire de telles insanités en plein 21è siècle nous paraît insupportable au Lynx et nous pousse à révéler un tant soit peu la vraie raison qui enrage notre confrère et le pousse à péter les plombs.

 

Tout le monde à Lomé sait que l’ex ministre Pascal Bodjona et son collègue d’infortune Sow Agba Bertin arrosaient bien de personnes y compris les journalistes. Mais ceci est une raison pour que l’on en vienne à affirmer que Bodjona « est aimé partout au Togo et au-delà des frontières ». Pour nous au Lynx, c’est un gros mensonge. Il ne s’agit ni plus ni moins d’un formatage des esprits en vue de ce que l’on sait. La Dépêche a prêché son évangile, il appartient à présent à Faure de donner l’ordre pour que le couple Bodjona et Agba soit libéré. D’aucuns ont soif des billets craquants des deux généreux donateurs que même s’ils commettent des gaffes, c’est tant pis. Agba et Bodjona au gnouf, qui va encore les arroser de billets de banque ? La Dépêche ne dort plus d’un sommeil de juste à Lomé. Il ne fait que déverser sa bile sur tous ceux qui de près ou de loin auraient contribué selon lui, à garder ses bienfaiteurs au frais en attendant le verdict de la justice. Vivement que les cris de détresse du confrère soient entendus dans la faune togolaise remplie de lions prêts à dévorer tout ce qui leur tombe sous les pieds.

Taffa Biassi Lynx.info

 

Laisser une réponse