Nous sommes partis pour 30 ans de pouvoir ! Quand la prophétie d’Ingrid Awadé fait son petit chemin

0

Je ne veux pas m’éterniser au pouvoir 

Quand Faure Gnassingbé met les pieds dans le boeing pour son premier voyage comme chef d’état à Bruxelles après avoir clouté ses propres concitoyens en 2005, la midinette Ingrid Awadé est aussi dans l’avion présidentiel. Le gouvernement réunit avec les traîtres comme Zarifou Ayeva (aujourd’hui presque tétraplégique) et ex ministre des Affaires Etrangères est aussi dans le groupe. Le nouveau président est par monts et vaux pour expliquer et réexpliquer aux européens qu’il n’a rien en commun avec son père. Le « Lui, c’est lui et Moi c’est moi » est dans toutes les bouches de quelques politiques européens. La presse qui apporte l’éternel soutien indéfectible aux Gnassingbé nous le décrit comme un économiste avec une mère du sud et un père du nord, donc capable de faire le pont dans un pays où l’ethnie est le rempart pour être président. Dehors, le public togolais assiste hilare au silence de la communauté internationale. En effet, le pouvoir venait de sortir son propre rapport dirigé par l’ex premier ministre Kokou Koffigoh qui fait état de 106 Togolais cloutés et le sang encore visible sur les cravates de Faure Gnassingbé. L’Onu du sieur Ban-Ki Moon enverra aussi son missi dominici : Doudou Diène. Résultat de fin d’enquête : 400 morts. La CPI quant à elle regardera ailleurs. Kofi Yamgnane profitera du vide pour dire qu’il enverra tous les tueurs au tribunal de La Haye. Depuis les Togolais attendent … ! Dans ce méli-mélo entre Faure Gnassingbé qu’on nous présentera comme jeune et réformateur, il y avait des louves, des nostalgiques du père défunt dans la délégation. Parmi ces louves qui sont devenues par endroit des objets sexuels du prince, on peut citer sans avoir peur de se retrouver devant un juge à Lomé (preuves irréfutables en mains) : Ingrid Awadé. La dame se fera le plaisir de lancer devant témoin cette phrase qui en dit long sur la suite de la malédiction togolaise : Nous sommes partis pour 30 ans de pouvoir ! Et ceci, après qu’elle ait montré son petit ventre qui poussait…comme pour dire, je porte son enfant. Le temps montrera que la midinette, que beaucoup d’ex-ministres racontent qu’elle venait leur vendre dans les ministères des produits entre autres, les téléphones portables et autres gadgets faisait monter les enchères et le fanatisme. Dans le fond, son petit ventre n’était qu’un cocktail de feuilles de patate accompagné d’une grosse pâte, de boyaux de chèvre et quelques hectolitres de champagne…comme ils les aiment là-bas à Unir [ndlr, parti du nouveau président].

Comme on peut le voir, et avec un petit courage, Faure Gnassingbé nous fera ce plaisir comme son père défunt : 30 ans de pouvoir. Merci Ingrid ! Au soir de l’an 2035, le fils et le père auraient tous les deux totalisés 68 ans de pouvoir. La preuve, l’enfant de Sabine a été on ne peut plus claire avec nos confrères de Jeune Afrique dans son interview du 22 avril 2015 : « Je ne veux pas m’éterniser au pouvoir » louvoie-t-il. Sans jamais dire l’année qu’il pensait quitter le pouvoir….La griffe d’un fauve, d’un félin !

Djima Matapari Lynx.info
 

Laisser une réponse