NOSO-Régionales—Rêve brisé des Media-prostitués [Par Feumba Samen]

0

Le Cameroun fait peur. Ce pays fait vraiment peur. Il fait peur à ses détracteurs. Ils ont espéré sur les actions terroristes pendant les ‘Elections Régionales’ dans le NOSO pour enflammer le Cameroun. Mais le NOSO ne s’est pas embrassée.

A quelques jours de ces Régionales, Josiane Kouagheu, s’est masturbée dans un article intitulé ‘Cameroon holds first ever regional elections, separatists vow disruption.’ Corrigé par Edward McAllister et Emelia Sithole-Matarise, il est publié par Reuters. Mal-structuré malgré trois signatures, ce papier-commandé est d’une nullité-analytique-absolue.

Etablissant un pont entre les ‘Elections Régionales’ et l’Administration Biya, Kouagheu écrit. « Le vote mettra fin à une insurrection séparatiste de quatre ans dans l’Ouest Anglophone, qui est devenue la plus grande menace pour son règne de près de 40 ans. » L’esprit de cette phrase révèle la nature des papiers qui sont écrits dans le salon d’un parti politique, d’une ambassade, ou d’une ONG, sous la dictée du chef-des-lieux ou du dernier de ses représentants.

Cette canaillerie journalistique a l’art de fabriquer ses spécialistes. Equinoxe tv l’a fait avec entre autres Stéphanie Djomo, la pleureuse sous le faisceau de lumière des camera. Reuters et Kouagheu a coopté Stéphane Akoa sous le titre ronflant d’analyste politique.’ Pour le besoin de la cause il a déclaré. « Ce n’est pas parce que nous aurons des délégués régionaux que les coups de feu cesseront et que tout ira bien. » Le Cameroun ne pourra pas dire qu’avec un tel personnage il n’a pas produit des idiots.

Le dossier du NOSO pour ceux qui maîtrisent les méandres de la déstabilisation du Cameroun orchestrée par Paris et Washington, savent une choseCette crise n’a jamais été une menace pour la République. D’ailleurs, la foireuse insurrection est morte depuis deux ans. La cendre du feu des armes est maintenant tiède. Les terroristes presque tous regroupés dans les DDRs après avoir déposé les armes.  

Néanmoins, Kouagheu, comme tous ceux qui, au Cameroun appartiennent à la galaxie de la ‘media-prostitude,’ s’est inscrite dans le registre qu’ils connaissent le mieux faire—la propagande. Elle écrit. Les « combattants séparatistes ont juré de perturber le vote dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.«  Poursuivant dans le formatage des esprits, elle mentionne que ‘les combattants séparatistes ont déclaré qu’ils arrêteraient tous les participants’ aux élections Régionales. Oubliant(?)que ces mêmes tueurs qui avaient promis célébrer le 1er Octobre, leur indépendance—qu’ils n’ont pas et n’acquerront jamais—, dans Kumba, Buea, et Bamenda n’avaient pas pointé leur nez dehors.

Ces ‘cowards’ avaient aussi placé la rentrée scolaire du 5 Octobre dans le NOSO sous des menaces non-exécutées. Le 5 Novembre, ces clowns-armés toujours agressifs mais peureux n’avaient pas osé troubler les obsèques des enfants qu’ils avaient assassinés dans une école à Kumba. Pourtant, ces braillards avaient promis empêcher ces cérémonies qui s’étaient déroulées dans le ‘Parc d’Attractions’ de Kumba.

Ces menaces non-exécutées étaient prévisibles pour tout esprit sensé. Sauf pour les des pigistes et prétendus-journaliste sous la perfusion-monétaire de l’occident.

Puisqu’un menteur peut citer sans nommer, Kouagheu utilise les ‘opposants’ pour leur faire dire qu’ils ‘craignent [que les Régionales aident à]maintenir la longue emprise du Président Paul Biya au pouvoir.’ Les opposants dont elle se réfère sont les militants du MRC(sans conseillers municipaux). Donc, sans voix au chapitre. Puis, elle accentue. ‘Les opposants disent que le vote n’offre qu’un semblant d’autonomie régionale.’ Attendu qu’il n’est pas aisé de soutenir un mensonge, elle se contredit et devoile. ‘Les conseils auront leur mot à dire sur le développement, y compris les infrastructures telles que les routes.’  

Pataugeant d’une contradiction à une désinformation, elle accouche que cette élection ‘arrive trop tard pour régler le conflit. « Alors que les ‘Régionales’ tenues le 6 Décembre, avaient au contraire pour objectif de finaliser le processus de ‘décentralisation’ du système politique Camerounais et non de ‘régler les conflits.’ Ni de ‘modifier les lois promulguées par l’Assemblée Nationale et le Sénat’ comme la scribouilleuse de Reuters le souhaiterait.  

Sans imagination. Copiste. Josiane Kouagheu a conclu son chiffon sur le modèle de leur maître à penser—AFP. « Le conflit séparatiste a tué plus de 3 000 personnes et contraint 500 000 à quitter leurs foyers. Cela a commencé en 2016 lorsque la police a réprimé les manifestations pacifiques dans l’Ouest des avocats et des enseignants, exigeant qu’ils soient autorisés à travailler en Anglais« 

Sur ces faits, rien à attendre du gang de ceux qui ont la critique-mensongère. Appartiennent à la secte des dominés mentaux.  Et ouailles des ‘Eglises de réveil’ des ‘Papes’ de ci ou de ça.

Feumba Samen

Laisser une réponse