Media—Bill Gates Corrompt la presse Occidentale pour combattre le COVID-Organics et l’Afrique [Dr Feumba Samen]

1

Les media en occident ont toujours été une entreprise délicate. Ils n’ont presque jamais été une source d’objectivité dans tous les domaines. Et leur indépendance discutable. Singulièrement en France où 9 milliardaires possèdent 90 % des media. A ce championnat de ceux qui soumettent et corrompent les media, Bill et Melinda Gates Foundation s’est ajouté avec pour focus une ligne éditoriale encourageant la dépopularisation de l’Afrique.

Générosité corruptive de Gates

Pour cet agenda, et sous le chapitre ‘Inform engage communities,’ Bill and Melinda Gates Foundation a versé en 2019 des sommes énormes aux mediamendiants Européens achetables mais pas vendables, et autres groupuscules du même calibre—Der Spiegel: $2 537 294, Die Zeit: $297 124, Le Monde: $2 126 790 (2015: $438,083, 2016: $516.601, 2017: $680.675, 2019: $2,126,790), The Atlantic: $500 222, The Bureau of Investigative Journalism: $1 068 169, The Guardian: $175 000, The Project Syndicate (tribunes libres): $1 619 861).

Ces organes qui veulent faire de l’argent ont un seul créneau. Diaboliser ceux qui ne partagent pas l’idéologie de leurs financiers. Cogner sur tous ceux qui essaient de mettre en péril leur mode de vie et leurs privilèges. Dans cette forêt de journalistes affamés, la compétence, la vertu et la justice, n’ont pas droit de cité. Bill Gates le sait. Il a sorti son chéquier pour recruter au sein de cette meute sans éthique. Ils ont pris le grisbi pour leur mission funeste en direction de l’Afrique.

Campagne de désinformation

Le COVID-Organics (CVO), médicament traditionnel Africain antiCOVID-19 à base d’artémisia annua, découverte par les Malgaches, donne à ces enrôlés des industries, l’opportunité d’exercer l’une de leur spécialité. Le despotisme journalistique qui fait appel aux désirs les plus inconscients. Puisent dans les peurs et les désirs les plus profonds des masses pour les manipuler. Inclinent l’opinion publique dans le sens des pouvoirs politiques et des puissances financières et économiques. Leurs publications sont un tissu de mensonge. Les sources peu fiables voire inexistantes. Leur seule référence est, quelqu’un ou une source anonyme nous a dit. Un vrai-faux argument puisqu’ils n’ont personne sur le terrain. Ce qui explique que tout ce qu’ils écrivent, rapportent ou montrent n’est que cliché, déformation, contrefaçon, et charge. Donc, non-vérifiables. Mensonge illustré par des images déchirantes prises ailleurs ou falsifiées et soutenu par des titres caricaturaux.

RFI, radio-pro-gouvernement Français tout comme la télévision publique France 24 dont les lignes éditoriales sont dictées par le Quai d’Orsay, opposent le COVID-Organics au vaccin-Gates—qui serviront selon l’actrice Juliette Binoche ‘à mettre des ‘‘puces sous-cutanées’’ à la population.’ Dans une interview accordée au Président Malgache Andry Rajoelina portant sur la découverte du COVID-Organics, RFI et France 24, deux des instruments de manipulation de la communication, tentent de discréditer ce médicament avec les thèses onusiennes. Mais Rajoelina leur donne un cours de médecine conventionnelle et de phytothérapie accès sur la virologie. Tout en les instruisant sur le nationaliste et le patriotisme. Ceci ne leur suffit pas. Les Africains-esclaves qui ont vendu leurs âmes pour des miettes pour se faire employer par les media publics Français, entrent en cours de jeu. Apportent l’eau au moulin de leurs maîtres.

Bataille scientifique(?) antiCVO

Les scientifiques ‘reciteurs de cours qui ne se détachent pas de leurs cahiers,’ pour reprendre Dr. Emma Ndjinhs, spécialistes des maladies chroniques et tropicales, sont coptés par ces media pour mener leur guerre antiCVO. Yoann Maldonado, chef de mission pour Médecins du Monde à Madagascar est l’un de ces médecins ‘cahieristes’ et un des ‘membres’ du carter antiCVO. ‘Pour le moment, on n’a pas assez d’informations pour recommander ou déconseiller le CVO, mais dans l’immédiat il risque surtout de faire reculer les mesures de prévention, en donnant l’impression d’être immunisé.’ Avait-il dit. A sa suite, Pierre Lutgen, docteur en chimie qui travaillerait sur l’artemisia gratte dans le sens. ‘Nous n’avons aucun élément fiable sur le COVID-Organics. La distribution du produit a été trop rapide, sa composition n’a pas été divulguée à la communauté scientifique et il n’y a pas eu d’essai clinique.’ Au règne des ‘reciteurs,’ rien d’étonnant. Pourtant, ‘les malades traités avec le COVID-Organics ont été guéris. [Et] Des malades en détresse respiratoire ont été tirés d’affaire et sont sortis de l’hôpital.’ Avait déclaré le Président Rajoelina. Affirmation vérifiée ailleurs.

Attaquant le COVID-Organics sur une autre dimension, Sandrine Houzé, parasitologue à l’hôpital Bichat à Paris estime que ‘c’est l’association [de la molécule d’artémisinine] avec d’autres molécules qui est nécessaire pour soigner efficacement la maladie en retardant l’apparition de résistances.’ Dr. Djinghs apporte un autre angle scientifique. ‘La médecine Africaine a ceci de particulier ce qu’elle ne détache pas les éléments de l’ensemble d’une plante. Une plante bouillie peut faire juste extraire le principe actif si on peut appeler ça comme ça pour le bien.’ Valentin Agon, médecin chercheur qui a mis sur pied Avipirine, cautionne s’oppose à l’hypocrisie suprématiste des médecins-chercheurs-spécialistes(?) occidentaux, agents des ‘Big Pharma.’ Il énonce. ‘Nous n’attendons pas que l’occident valide quelque chose chez nous. Nous attendons que la Communauté Africaine valide ce que nous faisons chez nous. On ne doit pas se faire valider par ce que les autres décident.’

Enjeu géopolitique du CVO

Dans les sillons de Ayon, Dr. Emma Ndjinhs révèle. ‘Madagascar a ouvert une porte qui doit donner de reconnaître la valeur de l’Africain. Ce bout de phrase crève l’abcès que les journalistes commis d’office et les intellectuels-missionnaires cachent—L’enjeu géopolitique du CVO qui pourrait faire de Madagascar un pays-vitrine sur la scène médicale internationale. Voire bousculer l’enclos réservé de la finance internationale. Réveiller les naturopathes et médecins Africains qui sombrent dans l’inactivisme intellectuel. Pincer l’orgueil des autorités politiques. Mieux, propulser la phytothérapie peu onéreuse par rapport aux médicaments-poisons des grandes firmes pharmaceutiques.

Ce futur radieux pour Madagascar particulier, et l’Afrique en général, ne plaît pas à l’OMS qui répète sans cesse qu’‘Il n’existe aucune preuve scientifique que le Covid-Organics soit efficace contre la pandémie du coronavirus.’ Une musique écrite par l’industrie pharmaceutique etBill Gates, son premier donateur à hauteur de $50 millions depuis le retrait des Etats Unis contributeur à $500,000 millions. Des donateurs qui ont naturellement leurs propres intérêts et qui peuvent ainsi facilement orienter les décisions de l’OMS.

Dr Feumba Samen

Lynx.info

Un commentaire

  1. Dr Michel Vertiz le

    Leur plan diabolique va achouer , le temps ou ils viennent en Afrique injecter des virus du sida , de SAAS , pouneumonie , ebola et bien d’ autres sont revolus .il nq qu’ a utiliser le vaccin sur lui et ces enfants.
    Que Dieu benisse l’ Afriqye et nous enleve des jougs de ces malhonnete dirigeants qui nous vendent pour s’ enrichi.

Laisser une réponse