Me Songué-Balouki Mawaba explose : « La mort du colonel Madjoulba est un crime d’Etat. Une plainte au Togo n’aboutira pas »

0

Ni flétris par le caractère violent de la mort du colonel Toussain Bitala Madjoulba, ni émoussés par le crime , Me Songué-Balouki Mawaba et un collège d’avocats partent à la découverte de la vérité sur une mort au coeur d’un camp militaire qui a secoué le subconscient collectif d’un peuple, le peuple togolais. Avec plus d’une stratégie à leur arc, ils saisissent les Nations-Unies. Pour elle, une « Une plainte au Togo n’aboutira pas ». Elle va plus loin et parle de la mort du colonel Bitala Madjoulba : « Sa mort est un crime d’Etat ». Quant à l’expertise balistique, elle voit une pure diversion. Beaucoup de facteurs qui ont amené cette avocate du barreau de Lille à vouloir prendre les devants. Un entretien au cours duquel, elle dit ce qu’elle pense et les lignes de défense qu’elle entend avec d’autres confrères mettre en place afin de pousser le pouvoir togolais à coopérer avec les Nations-Unies pour découvrir la vérité sur la mort du colonel Toussain  Bitala Madjoulba. Lecture !

Lynxtogo.info : C’est lors d’une interview avec le confrère Radio Galère basée à Marseille, que les Togolais découvrent Me Songué-Balouki Mawaba. Pourquoi le cas du colonel Bitala Madjoulba est pour vous, une impunité de trop ?

Pour moi, toute mort impunie est de trop quelle que soit la victime. Mais l’assassinat du Colonel Toussaint Bitala est non seulement de trop mais particulière sur plusieurs points notamment:

  • le moment où cela s’est produit (le jour de la prestation de serment du Président Faure GNASSINGBE)
  • la période (temps de couvre-feu)
  • l’endroit où cela s’est produit (dans son bureau à l’intérieur du camp militaire)
  • la qualité de la personne exécutée (Colonel dans l’armée chargée de la sécurité de la capitale et de ses environs)
  • l’effroi que cette mort a généré au sein du peuple togolais
  • le silence absolu des autorités togolaises
  • etc.

Tous ces faits rendent la mort du Colonel MADJOULBA, très particulière et m’ont poussée à me préoccuper de ce dossier. Il est temps qu’au Togo les auteurs de crimes rendent compte. On ne peut plus laisser ces atrocités se perpétuer sans réagir. Justice doit être à toutes les victimes de crime dont la liste ne fait que s’allonger de jour en jour.

Lynxtogo.info : Pourquoi n’avez-vous pas saisi les tribunaux au Togo au lieu de monter la barre très haute avec les instances chargées des Nations-Unies ?

Vu le caractère particulier de ce crime, le Procureur de la République aurait dû s’auto saisir. Il ne l’a pas fait.La famille du défunt n’ose pas non plus porter plainte au Togo par peur de représailles. Une plainte au Togo n’aboutira pas. Et la personne qui serait à la base de cette plainte aura forcément des soucis avec les autorités togolaises.

C’est pourquoi, j’ai constitué un Collectif d’avocats pour réfléchir à la meilleure option et nous avons décidé de saisir le CDH DES Nations Unies à fin que, l’Etat Togolais soit convoqué pour donner une explication sur l’assassinat extrajudiciaire du Colonel MADJOULBA.

Nous avons demandé à L’Institution de ne pas communiquer au TOGO,  le nom du membre de famille du Colonel MADJOULBA qui se plaint.

Lynxtogo.info : Comment expliquez-vous, le silence des autorités togolaises et la commission chargée de faire la lumière sur la mort de votre client, feu Bitala Madjoulba ?

Je ne saurai répondre à cette question. Je peux juste tenter une approche de réponse qui consiste à dire qu’elles sont peut être embarrassées et ne trouvent pas d’explications plausibles à donner au peuple pour justifier cet horrible assassinat.

Lynxtogo.info : On a parlé d’une commission composée de quelques officiers pour une enquête et après, on parle des munitions qui doivent connaître une expertise balistique en France. C’est une diversion pour gagner du temps du pouvoir ou une volonté manifeste de faire jaillir la vérité ?

Selon moi l’expertise judiciaire sollicitée auprès de la France est une pure diversion. De toute façon, notre Collectif a envoyé un courrier au bureau des entraides judiciaires, le 24 juillet 2020 pour savoir s’il y a réellement une entraide judiciaire sur le dossier.

Nos objectifs en saisissant ce bureau des entraides judiciaires sont de nous constituer  auprès du Juge chargé du dossier en France et d’avoir accès aux pièces et aux rapports le cas échéant.Pour l’instant, nous n’avons pas de réponses. Quant à la commission d’enquête militaire, je ne vois pas trop son efficacité. On nous avait dit au début qu’elle devait rendre son rapport sous quinzaine. Ce délai est largement dépassé.

Lynxtogo.info : Après la mort de Thomas Sankara  et celle du journaliste burkinabè Norbert Zongo  des « présumés coupables » étaient indexés …. Avez-vous une idée, un soupçon, quelques sources recoupées de ceux qui peuvent avoir tué votre client ?

Le Colonel MADJOULBA n’est pas notre client. Il est mort. Donc juridiquement, il ne peut plus rien faire. Notre client est un membre de sa famille. Ceci étant dit, je n’ai pas d’idées sur ses assassins. Tout ce que je peux dire en remettant bout à bout ce que l’on découvre et la manière dont les choses se passent est que sa mort est un crime d’Etat.

Je déduis du silence du Président de la République, Chef Suprême des Armées, Ministre de la Défense, ceux des Chefs d’Etats-majors, de tout le gouvernement togolais, du Procureur et de toutes les personnalités du Togo que les commanditaires et ou les exécutants sont au plus haut niveau de l’Etat togolais.

Lynxtogo.info : Avez-vous avec vos petits amis de la profession des moyens de pression sur le pouvoir de Faure Gnassingbé afin que, le corps du colonel Bitala Madjoulba soit remis à la famille pour un enterrement digne ?

Je n’aime pas trop le terme « vos petits amis de la profession ». Je le trouve péjoratif. Nous sommes des confrères et consœurs.Ceci étant dit, nos moyens de pression sont les différentes procédures et démarches que nous sommes en train de diligenter. Nous avons aussi sollicité le soutien d’Amnesty International en France. Nous attendons aussi sa réponse.

Lynxtogo.info : Vous dites avec le Confrère Radio Galère que, Calixte Madjoulba, ambassadeur du Togo Paris se tait parce qu’il : «a le genou du pouvoir sur son coup ». Une bonne manière de votre part de le dédouaner quand à Siou on l’accuse de complicité avec le pouvoir ?

Je ne dédouane en rien Mr Calixte Batossie MADJOULBA. Je fais part de mon sentiment.  C’est son frère qui a été assassiné. S’il n’avait pas des pressions ou des menaces sérieuses, il ne se tairait certainement pas.

Pourquoi serait-il complice de l’assassinat de son frère, Que gagnerait-il en faisant cela ? Je crois en l’humain et à la force des liens fraternels. Je ne le crois pas coupable sinon je l’aurais dit. Peut-être que je me trompe. Mais seul l’avenir nous le dira.  

Lynxtogo.info : Que répondez-vous à ceux qui disent que votre client, c’est aussi les brutalités et les tueries. Beaucoup prennent les exemples des manifestations courant 2017 ou les militants du Parti National Panafricains (PNP) reconnaissent ses éléments dans leurs brutalités….

Les gens peuvent dire ce qu’ils veulent du Colonel MADJOULBA. Il n’est plus là pour se défendre.  Ont-ils des preuves formelles le montrant avec les éléments dont ils parlent au moment des faits allégués ? Ce que je sais de la victime est tout le contraire de ces affirmations. Je laisse chacun responsable de ses prétentions.

Lynxtogo.info : Vous avez un mot en direction des enfants, et de la famille de votre client feu Bitala Madjoulba ?

J’aimerais encore une fois présenter mes condoléances aux enfants et à la famille du Colonel MADJOULBA. C’était une personne formidable qui ne méritait pas de finir comme ça. J’aimerais qu’ils comprennent et soutiennent  notre action. Nous voulons tous que justice soit rendue même si les voies empruntées sont différentes.

Lynx.info : Je vous remercie

C’est moi qui vous remercie.

Interview réalisée par Camus Ali, LynxTogo.info

Laisser une réponse