Mali : Impressionnant retour dans la rue du M5-RFP pour chasser IBK du pouvoir [Par Ndam Njoya Nzoméné]

0

Réunis dans le cadre du  Mouvement du 05 juin –Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP), les leaders de l’opposition malienne ainsi que des centaines de milliers de Maliens ont tenu mardi, place de l’Indépendance, au centre de la capitale Bamako, la promesse qu’ils avaient faite de mobiliser massivement pour l’obtention du départ du président Ibrahim Boubakar Keita.    

Une promesse sur fond de défi lancé à eux-mêmes et au régime IBK compte tenu du traumatisme causé par la répréssion sanglante des dernières manifestations du 10 juillet 2020 qui avait fait quelque 20 morts et plus d’une centaine de blessés ainsi que de nombreuses arrestations.

La trêve en vue de la célébration de la fête musulmane de l’Aïd al-Adha à laquelle avait appelé l’Imam Dicko, figure de proue du mouvement de contestation, en mode Ayatollah Rouhollah Moussavi Khomeini au Sahel, avait laissé croire à un recul, surtout que la médiation sous-régionale menée par le Nigérian Goodluck Ebelle Jonathan, et à laquelle se sont impliqués de nombreux chefs d’Etat d’Afrique de l’Ouest, n’a cessé de marteler que ce ne sont pas les manifestations de rue qui résoudront les problèmes politiques du pays, mais les négociations. Hélas !about:blank

Des pneus brûlés dans les rues bamakoises le 10 juillet 2020)

L’appel à la retenue lancée à l’intention des leaders de l’opposition et de la société civile  par la CEDEAO dont la mission de bons offices est conduite au Mali par l’ancien président nigérian Jonathan Goodluck, pas plus que la grande pluie sur Bamako, n’ont pas, en effet, réussi à infléchir la détermination des contestataires conduits par l’Imam Dicko, à obtenir la chute du président Keita, et…, désormais celle de son Premier ministre, Boubou Cissé.  

« Notre objectif est la démission d’IBK et de son régime », a réitéré Issa Kaou Djim, le coordinateur de la plateforme Coordination des Mouvements et Associations Sympathisants de l’Imam Mahmoud Dicko (CMAS) qui appuie le dignitaire religieux à la fois controversé et respecté.  Une détermination que l’on pouvait lire sur le presque principal message, “IBK dégage”, inscrit sur les pancartes brandies par milliers hier à) Bamako.

Comme quoi, le pouvoir a encore du chemin à faire, lui qui a fait récemment des concessions dans l’optique d’apaiser les manifestants. La nomination des neuf membres de la Cour constitutionnelle reconstituée à la demande de la mission de médiation de la CEDEAO, participait de cette démarche.

Pas suffisant pour l’opposition dont l’objectif d’éviction du régime IBK n’a pas varié depuis.

Laisser une réponse